Vers l'égalité des sexes : le point sur les avancées et le chemin restant à parcourir

|

Cette page en:

Sans données fiables, il est très difficile d'avancer sur la voie du développement. Le fait de disposer de données ventilées par sexe, en particulier, permet de mettre au jour les disparités entre les hommes et les femmes, une étape essentielle pour pouvoir élaborer des politiques visant à combler ces écarts.

Prenons l'exemple de l'Uruguay, où l'exploitation de données « sexospécifiques » a joué un rôle majeur dans la définition d'une politique nationale globale en matière de soin. Comme d'autres pays, ce n'est qu'assez récemment que l'Uruguay s'est intéressé à l'ampleur du travail non rémunéré effectué par les femmes auprès de leurs enfants et plus généralement des membres de leur famille, pourtant essentiel à l'économie.

Les enquêtes sur l'emploi du temps réalisées dans le pays en 2007 et 2013 ont montré que les femmes consacrent deux tiers de leur temps à des tâches non rémunérées, et seulement un tiers à des activités génératrices de revenu. Chez les hommes, ces proportions sont inversées.

Ces données fiables, ventilées par sexe, ont déclenché une prise de conscience nationale qui a abouti à l'adoption de la loi relative au soin, qui stipule que tous les enfants, personnes handicapées et personnes âgées ont le droit de recevoir des soins dont l'État garantit la qualité en assurant des formations et en les réglementant.

Cette semaine, nous publions la nouvelle édition du Little Data Book on Gender (a), qui permet de trouver facilement des statistiques sur l'état de l’égalité des sexes dans le monde. Ce recueil de données met en lumière les progrès accomplis vers l'égalité des sexes dans 217 pays entre 2000 et 2017, grâce à des statistiques comparables sur les femmes et les hommes.

Il offre une synthèse des données et outils d'analyse plus complets qui sont accessibles à partir du portail de données sur le genre (a) de la Banque mondiale.

Outre des données démographiques et économiques, les indicateurs détaillent notamment la proportion de femmes et d'hommes qui utilisent internet, la prévalence du tabagisme chez les unes et les autres, ainsi que le pourcentage de femmes possédant un diplôme de l'enseignement supérieur en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques. La publication inclut en outre deux indicateurs du rapport Les femmes, l'Entreprise et le Droit : la durée du congé de maternité rémunéré et la possibilité légale pour les femmes de travailler dans les mêmes secteurs d'activité que les hommes.

Cette édition permet aussi d'accéder à des tableaux en ligne (a), actualisés tous les trimestres, ce qui facilite encore plus l'analyse de la situation des femmes et des hommes pour toute une série d'indicateurs mondiaux, ainsi que le suivi des progrès accomplis au fil du temps.

Globalement, on constate des avancées remarquables dans les domaines de l'éducation et de la santé, tandis que des inégalités tenaces persistent pour l'accès aux opportunités économiques.

Les taux d'achèvement du cycle primaire s'élèvent à 91 % pour les garçons et 90 % pour les filles, mais les progrès ne sont pas homogènes dans les pays riches et les pays pauvres . Les écarts au détriment des filles sont généralement plus marqués dans les pays à faible revenu, tandis que dans certaines régions d'Amérique latine, les garçons sont moins susceptibles que les filles d'achever leurs études.

L'espérance de vie des femmes et des hommes s'est nettement améliorée à l'échelle mondiale. L'augmentation de l'espérance de vie des femmes s'explique en partie par une baisse du risque de mortalité pendant l'accouchement. Toutefois, la mortalité maternelle reste élevée en Afrique subsaharienne. 

Pratiquement toutes les données recueillies à l'échelle mondiale indiquent que l'exclusion économique frappe toujours davantage les femmes que les hommes . Le Little Data Book on Gender (a) montre ainsi que les femmes sont moins susceptibles que les hommes de participer au marché du travail et qu'elles occupent plus fréquemment des emplois précaires.

Ces inégalités persistantes entre les hommes et les femmes démontrent combien il est important de poursuivre la collecte et l'analyse de données ventilées par sexe et de qualité.

Auteurs

Caren Grown

Directrice du pôle Genre et égalité hommes-femmes, Groupe de la Banque mondiale

Haishan Fu

Directrice du Groupe de données sur le développement au sein de la vice-présidence DEC, Groupe de la Banque mondiale

Prenez part au débat