Syndicate content

Malnutrition des filles et des garçons : quelle évolution ces dix dernières années ?

World Bank Data Team's picture

Child Nutrition - young child eating food

Globalement, les filles ont moins de chance que les garçons d’aller en classe, d’avoir un emploi stable ou de travailler dans la fonction publique. En revanche, d’après la majorité des indicateurs disponibles, il y a un domaine où elles sont mieux loties que les garçons : la malnutrition.

Grâce à un nouvel instrument comparatif, les universités vont être en mesure de s’évaluer

Adriana Jaramillo's picture

Les ministres de l’Éducation supérieure de plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) ont validé un nouvel instrument comparatif destiné à mesurer la gouvernance des universités  de la région. Cette « grille de positionnement » a été mise au point par le programme sur l’enseignement supérieur développé par le Centre pour l’intégration en Méditerranée (Marseille), avec le soutien de la Banque mondiale. L’idée est d’évaluer les différents modes de gouvernance des universités et leur « adéquation aux objectifs » afin de préconiser des solutions pour améliorer leurs résultats en la matière.

Les citoyens arabes veulent prendre place dans le débat virtuel

Amina Semlali's picture

On a souvent reproché aux agences de développement, et en l’occurrence à la Banque mondiale, de ne pas être suffisamment à l’écoute des populations qu’elles sont censées aider, d’agir sans d’abord s’enquérir systématiquement de l’avis des bénéficiaires sur des stratégies et des projets qui sont pourtant conçus en leur nom.

Donnez votre avis : Quelles devraient être les priorités de l’Égypte, un an après la révolution ?

David Craig's picture

Un an après la révolution de la place Tahrir, l’Égypte est confrontée à des défis immenses : dégradation rapide de la situation macroéconomique, pauvreté persistante, chômage élevé (en particulier chez les jeunes), faillite du système éducatif…  La capacité de l’Égypte à faire face à ces défis à brève échéance aura des conséquences importantes sur sa stabilité et son développement à moyen et long terme.

Le Groupe de la Banque mondiale s’est engagé à appuyer les efforts entrepris par l’Égypte pour réussir sa transition.

Une nouvelle application mobile de la Banque et Fotopedia pour promouvoir l'égalité femme-homme

Olivier Puech's picture

Il y a cinq mois, lors des assemblées annuelles de la Banque mondiale, nous avions donné la plus large place possible à la campagne #thinkEQUAL pour l’égalité femmes-hommes . Cette campagne venait appuyer les conclusions du Rapport sur le développement humain 2012 : égalité des genres et développement.

L’infrastructure à la rescousse de l’emploi

Les besoins d’infrastructures dans la région sont estimés à 106 milliards de dollars par an sur une décennie. Si elle parvenait à satisfaire ces besoins, la région pourrait créer 2 millions d’emplois directs et 2,5 millions d’emplois liés à l’infrastructure, sachant cependant que ce potentiel varie beaucoup d’un pays et d’un secteur à l’autre. En raison des disparités de revenu par habitant, un milliard de dépenses crée six fois plus d’emplois à Djibouti qu’au Liban, mais il sera beaucoup plus facile pour ce dernier de financer ses dépenses d’investissement. De même, pour un montant identique de dépenses, celles consacrées à la construction de routes et de ponts créeront deux fois plus d’emplois directs que n’importe quel autre secteur.

Mesurer les avancées après le Printemps arabe

Omer Karasapan's picture

À quels indicateurs recourir pour évaluer si nos pays sont sur la voie d’une croissance "inclusive" et "durable" à l’heure où ils tournent le dos aux régimes du passé et à leurs politiques caractérisées par le népotisme et souvent marquées par les gaspillages ? C’est une question récurrente, à la fois au sein de la Banque et à l’extérieur. Eh bien, ces indicateurs sont justement en cours d’élaboration et vont permettre de mesurer un certain nombre d’aspects liés à la transition dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord). Pour paraphraser Jeffrey Sachs, le développement durable consiste à parvenir à une croissance économique largement partagée et protégeant les ressources vitales de la planète. Or, notre économie mondiale actuelle n’est pas durable : plus d’un milliard de personnes sont exclues du progrès économique et l’environnement planétaire souffre de très graves dommages causés par l’activité humaine.

Faut-il continuer à s’inquiéter des prix alimentaires?

Otaviano Canuto's picture

Les prix des produits alimentaires baissent enfin après une année d’envolées périodiques et de grande instabilité. Mais la vigilance reste de mise : certaines denrées demeurent très chères et, à travers le monde, des millions de personnes risquent encore de souffrir de la malnutrition et de la faim.

Comment parler au cœur de toutes les familles

Inger Andersen's picture

Durant le chat en direct que j’ai accueilli le mois dernier, nous avons abordé nombre de sujets importants. Mais il est un sujet que le nuage de mots généré à partir de la discussion a fait ressortir au premier plan. C’est celui de l’ÉDUCATION.

Rien de surprenant à cela. J’imagine que nombre des internautes qui ont participé au chat étaient jeunes et, chez les jeunes, les questions d’éducation et d’emploi revêtent une importance toute particulière. Cela fait maintenant plusieurs années que mes collègues, à la Banque mondiale, travaillent sur le thème de l’éducation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA), en se concentrant plus spécifiquement sur l’aspect qualitatif de l’enseignement.

Tout le monde à bord et en route pour la transparence !

Lydia Habhab's picture

Francis Maude, secrétaire d’État au Cabinet Office britannique, s’est récemment exprimé, à la Banque mondiale, sur la transparence au Royaume-Uni. Il en a décrit la dynamique classique : "Les membres de la classe politique pensent que la transparence est un excellent thème de campagne. Une fois élus, ils pensent que la transparence est une excellente idée, parce qu’elle expose au grand jour ce qu’ont fait leurs prédécesseurs. Mais après un an environ, la transparence ne leur semble plus une si bonne idée que ça, car ils doivent eux-mêmes s’exposer." On ne saurait mieux dire.


Pages