Syndicate content

Les citoyens adorent la transparence, par Maya Brahmam

Et les gouvernants ? Pas tant que ça… Lorsque Francis Maude s’est exprimé récemment à la Banque mondiale à propos du libre accès aux données publiques (open data) et du gouvernement ouvert (open government), il a déclaré : « À vrai dire, les gouvernements ont généralement recueilli et amassé quantité d’informations sur leur pays et sur leur population… »

La transparence, et après ? Par Michael Jarvis

La transparence mène-t-elle au développement ? Pas forcément. Du moins pas en ce qui concerne les secteurs pétrolier, gazier et minier. La transparence est importante mais loin d’être suffisante pour améliorer les conditions de vie. Une discussion en cours entre différents intervenants, sur la plateforme Gouvernance des industries extractives (GOXI), montre que la question est loin d’être tranchée.

Une vision en profondeur du financement de l'action climatique, par Ari Huhtala

Qu’entend-on vraiment par « financement de l'action climatique » ? S'agit-il de fonds dédiés mobilisés par les donateurs sur les marchés du carbone, ou plutôt des fonds effectivement affectés aux activités d'atténuation et d'adaptation ? Face à la multitude de définitions et de publications, le réseau Climate Policy Initiative (CPI) a pris le taureau par les cornes, et lancé deux initiatives visant à faire la lumière sur la question. La semaine dernière, la directrice du bureau du CPI de Venise, Mme Barbara Buchner, est intervenue en tant que conférencière invitée au siège de la Banque mondiale, à Washington DC.

 

Il existe pléthore de rapports sur le financement de l'action climatique qui émanent d’institutions spécialisées des Nations Unies, d’institutions financières internationales et de groupes de réflexion, mais le plus complet de tous est sans doute celui qu’a publié le CPI en octobre dernier, sous le titre The landscape of climate finance. Cet ouvrage décrit les flux de financement, en particulier les sources, les intermédiaires, les instruments, les modalités d'acheminement et les utilisateurs finals. Après une présentation des estimations des flux actuels, fondées sur les données disponibles, avec une description de la méthodologie et un examen des sources de données, le document formule des recommandations sur les moyens d'améliorer les efforts futurs de collecte de données.

Doubler la mise pour le développement de la petite enfance en Amérique latine et aux Caraïbes

Keith Hansen's picture

L’Initiative en faveur de la petite enfance, née de l’union des forces de la Banque mondiale, de la fondation ALAS et de l’artiste Shakira, fête cette année ses deux ans. Grâce à ce programme, des millions enfants de la région connaissent eux aussi des anniversaires plus joyeux.

Place du Changement

Wael Zakout's picture

Il y a quelques jours, je me suis rendu place du Changement, au centre de Sanaa, la capitale yéménite, pour y rencontrer Tawakkol Karman, prix Nobel de la paix. Elle m’a reçu dans sa tente, un endroit simple mais vibrant d’idées, d’énergie, d’amour pour le Yémen et de désir de changement.

On trouve de tout sur la route de Djibouti à Addis-Abeba: des semi-remorques, des camions-citernes, des dromadaires et du sel...

Vincent Vesin's picture

Nous avons parcouru en voiture la route nationale qui relie le port de Djibouti à la frontière éthiopienne, soit quelque 220 kilomètres de désert. Notre but : nous faire une idée plus précise du transport de marchandises entre les deux pays. L’activité de Djibouti réside essentiellement dans son port de haute mer, autour duquel sa capitale s’est développée au fil des siècles. C’est le port le mieux équipé et le plus proche d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, qui n’a pas de littoral. L’Éthiopie compte entre 85 et 90 millions d’habitants, soit plus qu’aucun pays d’Europe, tandis que Djibouti n’atteint pas le million. Quasiment tous ses habitants vivent dans la ville portuaire.

Un développement ouvert grâce aux technologies

World Bank Data Team's picture

Les innovations dans le domaine des médias sociaux, de la téléphonie mobile et de la cartographie web constituent des outils puissants qui permettent aux citoyens de se mobiliser et de faire entendre leur voix. Les pouvoirs publics, de leur côté, peuvent tirer parti de l’utilisation croissante des technologies mobiles, de Facebook, de Twitter et des outils cartographiques interactifs pour renforcer la participation citoyenne.

« Vos applis pour le climat » : encourager l’innovation par la compétition

Tim Herzog's picture

En décembre dernier, la Banque mondiale a lancé l’Initiative pour le libre accès aux données sur le climat et le Portail de connaissances sur le changement climatique. Son objectif : faciliter l’accès aux données clés ou connexes sur le climat pour les acteurs de la communauté du développement et pour tous ceux qui tentent de résoudre les défis du changement climatique. Comme il a été souligné à l’occasion du lancement de ces initiatives, il est « crucial » de mettre ces données à disposition si l’on veut « renforcer la résilience au changement climatique » et étayer les stratégies envisagées par les pays pour protéger les écosystèmes et les infrastructures clés, et adapter des secteurs économiques critiques comme l’eau et l’agriculture.

Maroc : ouvrir la voie à des réformes graduelles et régulières

Lida Bteddini's picture

Alors que les citoyens faisaient entendre leurs revendications dans les rues de Rabat, nos discussions avec les autorités marocaines en vue de préparer un prêt à l’appui des politiques de développement axé sur la responsabilité et la transparence se présentaient sous les meilleurs auspices, aussi bien au niveau central que local. Il y a une réelle volonté de réformer la gouvernance en écho aux demandes de changement de la population et l’envie d’obtenir rapidement des résultats indiscutables et visibles.

Gouvernance : les gains rapides de la transparence

Soucieux de renforcer la transparence et la responsabilisation des dirigeants politiques, le président du Conseil italien, Mario Monti, a récemment obligé ses ministres à publier leurs revenus et patrimoine. Pris d’assaut par de très nombreux curieux, le site web du gouvernement n’a pas tenu le choc.

Ce type de démarche va-t-il dans le sens d’une meilleure gouvernance ?  Oui, conclut une récente étude traitant de la diffusion d’informations par la classe politique.


Pages