Syndicate content

Pour que la responsabilisation se poursuive au-delà de la révolution

Guest Blogger's picture

Par Nisreen Haj Ahmad
Nisreen Haj Ahmad est la fondatrice de l’Initiative pour l’organisation des communautés au Moyen-Orient (Middle East Community Organizing Initiative).

For Accountability to Continue Beyond the Revolution, Francis Dobbs
Les révolutions en Tunisie et en Égypte ont célébré les valeurs de liberté, de justice et de dignité humaine. Elles ont ravivé l’espoir dans la capacité des communautés d’œuvrer ensemble à instaurer le changement. Elles encouragent une prise de risque conjuguée à un esprit d’apprentissage.

Le défi à présent consiste à entretenir la participation des citoyens et développer une culture de responsabilisation mutuelle. L’action collective ne peut se résumer à une succession de révolutions. Je suis particulièrement sensible à ce qu’a dit un Shabab AlThawra [jeune de la Révolution] égyptien à ses partisans : « maintenant que vous vous êtes réveillés, ne vous rendormez pas ». L’autre défi est de veiller à ce que les énergies en présence ne soient pas manipulées par des acteurs aux valeurs contradictoires ou dévoyées par des manœuvres médiatiques.

Pour la Banque, la gouvernance et la participation citoyenne s’imposent au Moyen-Orient

Angie Gentile's picture

La crise qui embrase actuellement le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord montre à quel point une plus grande participation citoyenne et une meilleure gouvernance sont essentielles au développement économique : c’est ce que vient de déclarer le président de la Banque mondiale dans un discours prononcé à l’approche des Réunions de printemps de la Banque et du FMI, en indiquant que son institution se donnait d’agir davantage pour mettre l’accent sur ces deux impératifs.

L’accès à la nourriture est un besoin de l’être humain

Ngozi Okonjo-Iweala's picture

Je sais ce qu’est la faim : j’étais adolescente pendant les terribles années de la guerre du Biafra au  Nigeria.

Comme tant d’autres en temps de guerre, ma famille a tout perdu. Aurions-nous de quoi manger ? Cette question, nous nous la posions tous les jours. J’ai vu beaucoup d’enfants mourir du kwashiorkor ou d’autres maladies parce qu’ils n’avaient pas assez à manger. 

Stopper l’escalade des chiffres de la faim

Olivier Puech's picture

 

Pour tous ceux qui sont au bord de la faim chronique, chaque seconde compte.

 

Les chiffres qui défilent sur ce cadran représentent le nombre de personnes dans le monde qui basculent dans un état de sous-alimentation. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), il y a déjà près d’un milliard d’individus qui sont dans l’incapacité de mener une vie active normale faute d’une alimentation suffisante (les chiffres du cadran correspondent à une extrapolation des estimations 2010 de la FAO).

Crise alimentaire, conflits et corruption au cœur des Réunions de printemps de la Banque

Olivier Puech's picture

C’est aujourd’hui que nous lançons notre campagne de blog pour la couverture des Réunions de printemps 2011 de la Banque mondiale et du FMI, qui se tiendront du 15 au 17 avril. Même si deux semaines nous séparent encore de cet événement, nous assistons d’ores et déjà à la multiplication des activités autour des thèmes phares des réunions : insécurité alimentaire et volatilité des prix des denrées de base, conflits, lutte contre la corruption et développement ouvert. 

Voici une sélection des événements à venir :

Quand les peuples changent le destin des nations

Quand les peuples changent le destin des nationsBien trop souvent, le monde arabe a fait la une des journaux pour des tensions géopolitiques et autres conflits frontaliers. Aujourd’hui ce sont les peuples du monde arabe qui se soulèvent pour réclamer un changement de régime, le respect des droits citoyens, une bonne gouvernance et une meilleure qualité de vie.



Les peuples arabes et leur révolution de l’ouverture : la Banque mondiale est-elle en mesure de suivre ?

Steen Jorgensen's picture

Les peuples arabes et leur révolution de l’ouverture : la Banque mondiale est-elle en mesure de suivre ?Le monde arabe était un foyer d’effervescence intellectuelle et de découverte scientifique quand mes ancêtres d’Europe du Nord étaient un peuple relativement arriéré, occupé à lancer des raids sur ses voisins et à suer sang et eau au service du roi. Puis la roue a tourné et, au cours des dernières décennies, le monde arabe s’est caractérisé par des régimes politiques autoritaires, le non-respect des libertés fondamentales et une exclusion généralisée.

Pendant ce temps, dans d’autres parties du monde, les populations jouissaient de plus en plus de libertés et étaient de plus en plus nombreuses à bénéficier d’une révolution médiatique  qui leur ouvrait grand les portes de l’information.

L’harmonisation des incitations, tout le monde y gagne

Amira Kazem's picture

L’harmonisation des incitations, tout le monde y gagneLes problèmes de l’emploi et du chômage dans le monde arabe apparaissent comme des composantes essentielles des révolutions en cours. Nous voici donc, aujourd’hui, devant une occasion en or de nous attaquer à ces questions difficiles et de proposer des solutions courageuses qui soient à la hauteur de l’immense sentiment d’espoir et de désir d’un véritable changement.

Les régimes tombent mais des problèmes demeurent

Les régimes tombent mais des problèmes demeurentRéunissant militants, universitaires, intellectuels et experts éminents de toute la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, la conférence Voix et opinions arabes est un événement significatif en ce qu'il n'est pas le reflet de la Banque mondiale ni de ses opinions, le rôle de l'institution ayant simplement consisté à offrir la possibilité et l’espace nécessaires pour que s’engage le débat.
 
Il s'agit d'une rencontre exceptionnelle qui n'a pas pour objectif d'écouter divers exposés de la situation, mais d’ouvrir la discussion et de favoriser l’échange d’opinions sur les événements qui se déroulent dans la région. Pour être plus clair et plus précis, ce n’est pas un forum destiné à analyser les dimensions politiques changeantes des événements en cours dans le monde arabe, mais d’examiner de façon plus approfondie les problèmes qui ont contribué à les déclencher en partie et de tracer des perspectives pour l’avenir.


Pages