Syndicate content

couverture santé universelle

Santé et prospérité des nations

Jim Yong Kim's picture
© Dominic Chavez/Banque mondiale


Il y a plus de 20 ans, j’ai soigné un jeune homme, Melquiades Huaya Ore, qui vivait à Carabayllo, au Pérou, et souffrait d’une tuberculose pharmaco-résistante. À l’époque, on considérait qu’il n’était pas tenable sur la durée de traiter des patients pauvres comme lui avec les mêmes médicaments que dans les pays riches, que le coût était trop élevé et que cela n’en valait pas la peine.

Faisant fin de tous les avis, nous avons trouvé un moyen de nous procurer ces médicaments et, bien épaulés par des agents de santé communautaires, nous avons traité Melquiades avec succès. Il est aujourd’hui comptable dans son pays, et tout va bien pour lui.

L’expérience et les faits indiquent qu’il n’y a pas mieux, pour la santé, la prospérité et la sécurité, qu’un système qui soigne tout le monde sans aucune distinction.

Pourtant, la moitié seulement de la population de la planète a accès aux services de santé essentiels. Et, chaque année, près de 100 millions de personnes tombent dans l’extrême pauvreté à cause des dépenses liées aux soins. Actuellement, 800 millions consacrent au moins 10 % du budget du ménage à ces dépenses, contre 600 millions en 2000.

Au Viet Nam, c’est le manque de capital humain qui entrave l’accès universel aux soins

Sang Minh Le's picture
Cette page en : English
Un jeune médecin volontaire prodigue des conseils médicaux à une femme d’un groupe ethnique minoritaire dans le district de Bac Ha (province de Lao Cai). Photo : Nguyen Huy Hoan/Service des ressources humaines au ministère vietnamien de la Santé



À ma naissance, en 1977, je pesais à peine 2,5 kilos : un poids faible, comme les 100 000 enfants nés après la guerre. Le Viet Nam était alors dans une situation économique très difficile, qui n’épargnait pas son système de santé. Un de mes oncles est mort de la tuberculose à 40 ans. Mon grand-père, un guérisseur traditionnel, n’a pas réussi à le sauver avec des plantes médicinales, et il n’y avait ni médecin ni médicaments là où vivait ma famille. Mes parents ont quitté la campagne pour aller habiter en ville afin que leurs enfants aient un meilleur accès à l’éducation et aux services de santé.