L’apprentissage conventionnel a vécu

|

Cette page en:

© pickingpok/Shutterstock
© pickingpok/Shutterstock

C’est en cours de sociologie que j’ai entraperçu l’avenir.

À peine les cours finis, mon moi numérique se jetait sur les réseaux, en quête de vidéos de formation intensive, d’articles de The Atlantic, de cours gratuits et de tout ce que l’internet offre d’outils pour pouvoir creuser, par exemple, la notion de dramaturgie de Goffman et ses implications en matière de déviance... Au cours de ces incursions virtuelles, je glanais des tas d’informations théoriques et pratiques — à travers des textes plus ou moins longs et plus ou moins bien écrits, des quiz, des instruments de visualisation de données ou des forums internationaux de discussion — lesquelles, mises bout à bout, constituaient une sorte de cursus idéal créé « spécialement pour moi ». Comme tous mes camarades, je passe ma vie à jongler entre le monde réel et un monde virtuel saturé de données, animée par le désir insatiable d’accéder à un savoir neuf, égalitaire et individuellement organisé.

En classe, pourtant, c’était tout l’inverse : temporairement privée de ma source d’informations en ligne, je pouvais faire l’expérience intime de ce qu’est un être humain, quelqu’un qui parle, collabore, pose des questions, créé, raconte une histoire… Si j’ai retenu quelque chose de ce cours, c’est bien la nécessité de faire preuve d’agilité intellectuelle pour être capable de me débrouiller plus tard dans un monde dont nous ignorons encore pratiquement tout.

D’où cette interrogation : être une personne instruite dans la société volatile de demain, qu’est-ce que ça signifie ? Du haut de mes 17 ans, j’ai assisté à l’effondrement du vieux modèle que nous chérissons tous : après le temps des études, vient celui du travail puis de la retraite. À cette époque passionnante où « la seule constante, c’est le changement », alors que nous serons confrontés à des machines superintelligentes, des algorithmes capables de décrypter nos humeurs et des métiers en constante évolution, la formation universitaire devra occuper une place de premier plan. Tout est à réinventer.
 
Bienvenue aux classes virtuelles, aux mariages entre poésie et démarchage sur Twitter, entre fusées et philosophie, entre apprentissage traditionnel et technologies adaptatives, entre étudiants tout juste majeurs et quinquagénaires aguerris, entre éducateurs et entrepreneurs « glocaux ». Face à ces expérimentations audacieuses (au niveau du contenu, du cadre temporel, des lieux et des participants) les cours uniformes et traditionnels deviennent obsolètes. Sans elles, il n’y aura pas d’adaptation possible à l’accélération indispensable de la remise à niveau des compétences, au rythme effréné des changements induits par la technologie à l’horizon 2025 et au-delà. En un mot, ce sont elles qui nourrissent cette curiosité, cet appétit de conception participative et ces croisements inattendus. Sauf à privilégier l’apprentissage permanent, comment pourrons-nous sinon « aller plus vite que les algorithmes, qu’Amazon et que le gouvernement » ?
 
Dans cet avenir imaginé, les diplômes universitaires classiques risquent bien de perdre tout leur intérêt. Avec les innovations découlant de l’intelligence artificielle, qui poussent notre machine sociale vers l’avant, le plus important ne sera certainement pas un bout de papier incapable de décrire les compétences uniques de chaque individu. En lieu et place de qualifications dépassées, des outils comme l’« empreinte de compétences » (skill-prints) conçue par Stanford insuffleront un nouveau dynamisme à la magnifique alliance entre industries et universités. À la réflexion, cette forme mixte d’enseignement supérieur que j’ai commencé à entrevoir pendant mes cours de sociologie pourrait bien être déjà à notre portée…

 

Lycéenne à The Olympia Schools, à Hanoï (Viet Nam), Nhi Doan est l’une des deux lauréates du concours de rédaction de blog organisé par le Groupe de la Banque mondiale et le Financial Times pour réinventer l’éducation de demain.

Auteurs

Nhi Doan

High School student in The Olympia Schools, Hanoi, Vietnam

Prenez part au débat