Un nouveau MOOC pour se préparer aux bouleversements du futur monde du travail

|

Cette page en:

Le développement de plus en plus rapide de l'intelligence artificielle a de lourdes conséquences sur la main-d'œuvre. Les humains qui exécutaient certaines tâches depuis des décennies, voire des siècles, sont frappés d'obsolescence quand les robots arrivent dans l'entreprise.  Dans le même temps, de nouveaux emplois apparaissent, que les précédentes générations n'auraient jamais pu imaginer. Faute d’anticipation, ces changements risquent d'avoir des effets catastrophiques sur les économies.

Conçu à partir du Rapport sur le développement dans le monde 2019, consacré aux mutations du travail, un nouveau cours en ligne gratuit de la Banque mondiale (en anglais) explorera les différentes évolutions résultant des progrès technologiques, ce qu'elles signifient pour les travailleurs d'aujourd'hui et de demain, et la manière dont nous devons nous préparer à ces bouleversements.


Un MOOC pour approfondir le Rapport sur le développement dans le monde 2019 et les enjeux du travail de demain. Découvrez comment l'intelligence artificielle, les technologies de pointe et les nouvelles formes d'entreprises changent le monde. INSCRIVEZ-VOUS !


Les évolutions technologiques nous concernent tous

Avec l'automatisation, l'apprentissage automatique et l'intelligence artificielle qui se développent à grande vitesse, pratiquement aucun emploi n'est le même aujourd'hui qu'il y a 50 ans.  En classe, tablettes et tableaux intelligents remplacent livres et tableaux noirs. Sur les chaînes de montage, ce sont les robots qui serrent les boulons que Charlie Chaplin a rendus célèbres dans son film de 1936, Les temps modernes. Et avec la poursuite des essais et de la mise au point des voitures sans conducteur, peut-être que les fameux taxis jaunes de New York et les black cabs londoniens n'auront bientôt plus besoin de chauffeurs.

À première vue, on pourrait penser qu'il s'agit là d'évolutions qui menacent la sécurité d'emploi de millions de personnes dans le monde. Parallèlement, toutefois, elles permettent de réaliser des économies d'échelle plus importantes, de mieux utiliser des compétences spécifiques ou d'améliorer la sécurité des travailleurs. L'usage de tablettes individuelles permet à l'enseignant de mieux cerner les difficultés rencontrées par un élève et de l'aider à les résoudre, tandis que les robots sur les chaînes de montage évitent les accidents qui menacent les membres ou même la vie des ouvriers.

Les travailleurs de demain devront maîtriser de nouvelles compétences pour être compétitifs.  Les récents progrès technologiques changent notre façon de vivre, de communiquer et de faire des affaires, ils bouleversent les industries traditionnelles et redéfinissent la relation employeur-employé. Des milliers de tâches répétitives et peu qualifiées seront éliminées par l'automatisation, l'intelligence artificielle et l'hyperconnectivité numérique.

Ce nouveau cours met l'accent sur l'urgence d'investir dans le développement du capital humain pour s'adapter à ces défis imminents, et dont les effets se feront sentir pendant les décennies à venir.  Il traitera de l’impact de l'intelligence artificielle, de l'économie des petits boulots, des nouvelles technologies, de l'économie numérique, des emplois du futur et de l'apprentissage automatique sur le travail, en s’attachant à éclairer le rôle des décideurs politiques, ainsi que les enjeux liés au marché du travail et à la main-d'œuvre.

Préparer l'avenir du travail

Le cours débute par l'explication des facteurs en jeu dans les mutations de la nature du travail. Il expose aux participants les nouvelles technologies qui transforment la vie quotidienne, les nouveaux modes d'automatisation et les nouveaux types d'entreprises, notamment celles qui utilisent des plateformes numériques leur permettant d'évoluer rapidement sans intégration verticale.

Le deuxième axe du cours portera sur l'indice de capital humain, un nouvel outil mis au point par la Banque mondiale et mettant en évidence les liens entre les investissements dans la santé et l'éducation et la productivité des futurs travailleurs. En effet, pour parvenir à tirer le meilleur parti de ces nouvelles opportunités économiques, il faudra donner la priorité au développement des capacités individuelles et au renforcement des compétences pour le marché du travail de demain.

La troisième partie du cours insiste sur l'importance de l'éducation préscolaire et sur la nécessité de reconnaître son impact déterminant. Malgré des taux de pauvreté historiquement bas et une espérance de vie en augmentation, les enfants, et en particulier ceux de moins de cinq ans, sont toujours exposés à des dangers qui compromettent le développement. Une prise en charge médicale et une alimentation insuffisantes à ce stade critique du développement d'un enfant — surtout pendant les « 1 000 premiers jours » après la conception — entraînent une diminution des fonctions cognitives qui pèsera sur leur vie future d'adulte.

Dans sa quatrième partie, le cours montre comment le développement des compétences ne se limite pas à la salle de classe. Des méthodes pédagogiques innovantes, des plateformes technologiques et des coopérations entre l'industrie et les écoles permettent aux pays en développement de former un grand nombre de travailleurs, y compris les plus âgés, à de nouvelles compétences.

Enfin, la dernière partie du cours est consacrée au nouveau contrat social qu'il faut instaurer afin de consentir davantage d'investissements dans le capital humain et de mettre en place des programmes de protection sociale plus universels. Elle examine les nouveaux moyens de protéger les populations, dont une protection minimale garantie par la société indépendamment de la situation d’emploi, l'extension de la couverture globale bénéficiant en priorité aux personnes les plus démunies de la société, et la prise en charge par l'État du salaire des agents de santé communautaires.

Ce que le cours vous apportera

En participant à ce cours en ligne gratuit, vous pourrez :

  • acquérir des connaissances auprès de dirigeants d'organisations internationales et de praticiens expérimentés ;

  • collaborer avec des milliers de spécialistes du développement et des politiques publiques du monde entier ;

  • intégrer un réseau mondial de professionnels du développement ;

  • obtenir une certification edX du Groupe de la Banque mondiale.

Public concerné par la formation

  • responsables ministériels désireux d'apprendre comment préparer au mieux leur pays et investir dans le capital humain pour être prêts à faire face à de profonds changements dans la nature du travail ;

  • chefs d'entreprise conscients de la nécessité d'investir dans leurs employés pour se préparer à l'évolution de la demande ;

  • étudiants se préparant à entrer sur le marché du travail.

Un engagement ouvert et massif en faveur de la formation au développement

Depuis sa création, le Campus d'apprentissage ouvert (OLC) du Groupe de la Banque mondiale a vocation à devenir l’une des plateformes de référence pour :

  • la formation au développement international afin d'améliorer l'efficacité des actions entreprises et de mobiliser des financements et des savoirs en faveur du développement ;

  • la sensibilisation aux enjeux mondiaux, régionaux, nationaux et locaux du développement et la diffusion des approches et programmes menés par le Groupe de la Banque mondiale et ses partenaires pour y faire face ;

  • la création de plateformes virtuelles d’échange de connaissances, d’apprentissage et de mobilisation qui permettent de réunir et relier des acteurs mondiaux, nationaux et locaux dans les secteurs public et privé afin de catalyser des financements, des investissements et des savoir-faire en Objectifs de développement durable.

Ainsi, ce MOOC (a) est une illustration exemplaire du pouvoir et du potentiel des activités de mobilisation en ligne. Nous espérons approfondir et amplifier à l’avenir cette forme d’engagement à l’échelle mondiale et locale à travers des programmes de ce type.

Auteurs

Sheila Jagannathan

Responsable du Open Learning Campus à la Banque mondiale

Prenez part au débat