Relever les défis du numérique grâce aux opportunités du freelancing au Somaliland

|

Cette page en:

L’économie numérique est un concept nouveau au Somaliland (Somalie du Nord) et dans toutes les régions somalies. Pourtant, de bons exemples attirent notre attention, comme les services mobiles de monnaie virtuelle ZAAD au Somaliland, la société commerciale en ligne Ari Farm en Somalie, et bien d’autres entreprises numériques locales fondées par la population locale. Les ONG locales et internationales accordent également beaucoup d’attention au financement d’idées d’entreprises commerciales en ligne lancées par les jeunes en général et les diplômés en technologies de l’information en particulier. C’est le cas d’Innovate Ventures au Somaliland. Néanmoins, nombre de nos jeunes n’ont pas encore les compétences nécessaires pour générer un capital suffisant à partir de ce monde numérique à la croissance rapide. Ce billet portera essentiellement sur l’activité free-lance en tant que source de revenus numériques, sur les défis et les solutions, et donnera une idée de l’avenir du monde du travail au Somaliland.

Aujourd’hui, il existe de nombreuses plateformes pour travailleurs indépendants et des dizaines de cours en ligne enseignent comment générer des revenus sur Internet. Un des principaux portails pour free-lances qui mérite d’être mentionné est UpWork, une plateforme qui facilite les transactions entre des employeurs du monde entier et des travailleurs à la recherche de missions. Lors de l’inscription, ce site n’approuve que le profil des free-lances compétents et qualifiés. Je me suis moi-même inscrite et j’ai décroché ma première mission après avoir suivi des cours en ligne. Pour être tout à fait honnête, les compétences professionnelles exigées empêcheront les jeunes du Somaliland de pénétrer ce marché.

On ne peut pas mettre sur le même plan le marché de l’emploi local et les marchés internationaux. Les obstacles que doivent surmonter les jeunes Somaliens sont plutôt décourageants. En effet, nous ne disposons pas d’un système de paiement qui puisse virer de l’argent directement sur nos comptes bancaires locaux. De plus, les jeunes Somaliens peuvent avoir du mal à dépasser la barrière des langues. Il faut qu’ils soient formés à la façon dont ils peuvent monnayer leurs compétences sur les marchés de l’emploi internationaux. Il faut qu’ils acquièrent les capacités exigées pour pouvoir prétendre postuler aux missions en ligne. Quant aux sociétés, elles devraient elles aussi utiliser ce type de sites pour créer des solutions pour leurs activités professionnelles.

Ayant moi-même réussi à me lancer comme free-lance sur Internet, je me suis rendu compte du décalage entre l’offre du marché et la demande du marché en ligne. J’ai donc démarré WeFreelance pour pouvoir combler le fossé entre le marché de l’emploi local et international. Je présente le freelancing à des diplômés universitaires, quel que soit leur cursus, les aide à rédiger leur profil et les mets en contact avec des clients. Beaucoup d’initiatives peuvent être prises pour ce qui est de connecter nos jeunes aux marchés de l’emploi internationaux et de créer davantage d’opportunités d’emploi. Je pense que les instituts d’enseignement devraient produire des étudiants qualifiés. Je pense que l’État devrait contrôler et suivre la qualité de ces instituts. Et je pense qu’il faudrait ouvrir des centres de formation dotés d’Internet haut débit et d’ordinateurs portables afin de former les free-lances et leur offrir un espace de travail. Les entreprises pourront également trouver des solutions à leurs problèmes en pénétrant ces marchés en ligne – ou bien nous pourrions, à travers ce type de portails, inciter des sociétés étrangères à s’installer au Somaliland.

Puisque le marché de l’emploi du Somaliland n’est pas en mesure d’apporter à la plupart des diplômés d’université des opportunités de travail, de nouveaux diplômés tenteront à leur tour de démarrer leur propre affaire en free-lance. Ces entreprises dépendront essentiellement d’Internet, puisque les diplômés frais émoulus n'ont pas les moyens de régler les coûts professionnels associés à une entreprise qui n’est pas en ligne. D’où la nécessité d’un environnement plus favorable pour booster les activités relevant de l’économie numérique dans le pays.

Auteurs

Yasmin Ali Gedi

Lauréate du concours régional Blog4Dev2019 en Somalie, organisé par la Banque mondiale Afrique.

Prenez part au débat