Syndicate content

Middle East and North Africa

Les « Maman Lumière » de Djibouti donnent l’exemple pour changer de comportement et améliorer la santé

Marie Chantal Messier's picture

Mothers discuss child rearing in Djibouti (credit: Marie Chantal Messier).

Nous étions assises sur des tapis de sol, dans la chaleur et la poussière du quartier Moustiquaire, le plus pauvre de Djibouti, pour parler des pratiques d’alimentation des enfants. Des voix se sont soudainement élevées dans le groupe. Plusieurs femmes insultaient et montraient du doigt l’une d’entre elles qui baissait honteusement la tête.

Mes homologues djiboutiennes m’ont expliqué que la femme embarrassée était critiquée parce que son fils ne parlait pas encore à 5 ans. Au lieu de donner de l’eau à boire à son nouveau-né comme le veut la tradition, elle avait choisi d’allaiter son dernier enfant au sein exclusivement jusqu’à l’âge de six mois.  Le groupe pensait que ce choix expliquait les problèmes de développement de l’enfant.

Ma première réaction a été de me dire : « la pression du groupe est un véritable obstacle à la promotion des méthodes d’allaitement optimales à Djibouti ! »

Djibouti’s "Shining Mothers": Role models for behavior change, better health

Marie Chantal Messier's picture

Also available in: FrançaisMothers discuss child rearing in Djibouti (credit: Marie Chantal Messier).

We were sitting on floor mats in the hot and dusty Quartier Moustiquaire, the poorest neighborhood of Djibouti City, observing a group of new mothers and their children discussing child feeding practices. All of a sudden, there was an uproar in the group. One woman had her head bent down in shame, and several other women shouted and pointed fingers at her.  

My Djiboutian counterparts told me the embarrassed woman was being criticized because her 5-year-old son still doesn’t speak.  Rather than follow the ancestral tradition of giving water to her newborn, she chose to exclusively breastfeed her last child until he was 6 months old. The group asserted that this choice had led to the child’s developmental problems. 

My immediate reaction to the scene was, “Peer pressure is a true obstacle to promoting optimal breastfeeding in Djibouti!”