Syndicate content

Garantir un accès durable à l’eau potable dans les zones rurales d’Haïti

Victoria Flamant's picture

Also available in English and Spanish

Alphonsine et ses enfants doivent parcourir de longs kilomètres à pied pour pouvoir se procurer l’eau potable dont la famille a besoin tous les jours. Ils consacrent plus de dix heures par semaine à cette corvée ; ils partent de préférence au petit matin avant que la chaleur ne les accable trop. Le taux de couverture en eau dans les zones rurales d’Haïti est toujours le plus faible du continent américain : 55 % seulement de la population a accès à une source d’eau potable améliorée, contre 80 % en moyenne pour les zones rurales d’Amérique latine et des Caraïbes, selon l’OMS et l’UNICEF.

Si ces marches font partie du quotidien de nombre de femmes et enfants haïtiens vivant en milieu rural, elles ne sont pas sans conséquence. C’est autant d’heures que les femmes perdent en productivité, tandis que leurs enfants arrivent à l'école épuisés, sans parler du danger de ces trajets, des cas de viol ayant été signalés dans certains villages. Par ailleurs, l'eau recueillie à des points d'approvisionnement éloignés n'est pas toujours potable ; elle peut même s’avérer mortelle compte tenu des épidémies récurrentes de choléra dans le pays.

Jusqu’à une date récente, le pays souffrait cruellement d’un manque d’encadrement institutionnel en milieu rural, ce qui a conduit à des projets d’assainissement et de distribution de l’eau anarchiques, dépourvus de vue d'ensemble, qui périclitaient dès le désengagement des donateurs. Depuis la création de la Direction nationale de l'eau potable et de l'assainissement (DINEPA) en 2009, les missions d'assainissement et d’eau ont été décentralisées au niveau local, afin d’accroître l’accès à une eau potable sûre et à des infrastructures d’assainissement. Cependant, l'accès durable à ces services, ainsi que les insuffisances liées au traitement et à la qualité de l’eau sont des questions qui demeurent en souffrance.

Un projet pilote de la Banque mondiale, mis en place avec succès depuis quelques années dans le Département du Sud, offre une lueur d’espoir à des femmes comme Alphonsine en leur garantissant une solution durable d'assainissement et d'approvisionnement en eau potable à domicile ou presque. Les 10 millions de dollars de dons de l'Association internationale de développement (IDA) et du Fonds pour la construction de la paix et de l'État sont venus financer un cadre de gouvernance novateur intégrant le concours de professionnels locaux qui perçoivent une redevance en échange de l'exploitation, la gestion et la maintenance de systèmes d’alimentation en eau neufs ou remis en service. Ces dons ont également permis de mettre sur pied des campagnes de sensibilisation et d'éducation aux mesures d'hygiène et de santé relatives à l'eau et à l'assainissement, et favorisé la construction de latrines familiales à prix abordable. Le programme a également contribué à l’installation de 17 latrines destinées à 7 500 élèves.

Épaulé par une équipe de sensibilisation des communautés et un office des eaux local, l’exploitant des services de distribution d’eau est responsable de la perception d’une redevance mensuelle versée par les clients reliés au réseau (le prix moyen de l’abonnement est de 3 dollars). Les particuliers qui ne peuvent se permettre un tel service ont la possibilité d’acheter leur eau à un kiosque à proximité (moyennant un cent pour 5 litres).

À ce jour, le programme d'assainissement et de distribution de l’eau en milieu rural soutenu par la Banque mondiale touche huit communautés dans la partie sud d'Haïti. Il fournit une eau potable de qualité à plus de 33 000 usagers, de manière durable et à moindre coût. Il a également permis la formation de 14 maçons afin de répondre à la demande de latrines familiales. Avant fin 2013, 17 000 autres personnes bénéficieront d'un accès durable à l'eau potable.

L’approche retenue pour ce programme bénéficie du soutien de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement. Son succès à long terme dépend de la capacité de l’office des eaux local à soutenir et former les exploitants des services d’eau, tout en développant dans la population une « culture du paiement » pour ces services. Une fois cette approche consolidée, la DINEPA entend étendre dans un avenir proche ce cadre de gouvernance, fragile mais éprouvé, à toutes les autres zones rurales du pays.

Comments

Would you like to support our project in the 10th section of Gros-Morne, Leogane Haiti? The community is very poor and do not have an organization to assist the people there. We are the only organization but with limited resources visit our website at www.fondesch.org

ENVIADO POR Jonas Dorsainvil EL
salut madame Victoria Flamant, CRENO, est organisation sociale travaillant dans le domaine du developpement social dans le departement du Nord'ouest d'Haiti vous presente ses voeux les meilleurs et profite pour vous demander de bien vouloir l'integrer dans votre programme intule <> car le CRENO apres diagnostic constatant qu'il ya diverses zones dans le departement du nord'ouest il ya donc de grandes crises en adduction d'eau potable comme Baie-de-Henne, port-a-l'ecu etc.. souffrez que vous allez prendre a coeur un telle demarche. crenohaiti@gmail.com