Syndicate content

Agir aujourd’hui pour dessiner le futur...

Louise Mvono's picture
La nature et l’importance du rôle de l’éducation dans la lutte contre la pauvreté restent complexes. J’entends de plus en plus parler de la nécessité de revoir la corrélation entre l’éducation et la pauvreté, dans la mesure où l’amélioration des conditions de vie des populations en Afrique subsaharienne, reste proportionnellement inférieure au niveau des investissements consentis à ce secteur. Le fait est que nous attendons de l’éducation qu’elle réponde à nos besoins immédiats, alors qu’en réalité demain se prépare aujourd’hui.

L’efficacité des systèmes de formation actuels s’appréciera dans le futur. Par ailleurs, le niveau de contribution de l’Afrique au développement du monde dépendra de sa capacité à se réconcilier avec la nature, à écouter les messages que celle-ci lui renvoie, à explorer son environnement, à s’adapter et à se lancer à la conquête du monde sachant que cette dernière, nous mettra toujours à défi, à travers les cataclysmes, les changements climatiques, géographiques, et les conflits provoqués par l’homme.

De tout temps, l’éducation a été le principal moyen de transmission et perpétuation des traditions, savoirs et des us et coutumes d’une société. Elle reste donc le meilleur investissement pour l’avenir d’un pays.

Toutefois, elle ne se limite pas à l’éducation dispensée par le système éducatif, mais comprend aussi l’éducation qui perpétue des principes de vie basés sur des valeurs morales et humaines. Celles-là mêmes qui ne changent pas, et qui nous ont été transmises par des contes, des fables et amplifiées par les écrits de certains auteurs tels Bernard Binlin Dadié, Léopold Sédar Senghor, Sembene Ousmane et d’autres encore.

L’actualité sociale, politique et sécuritaire, qui évolue rapidement, retient constamment notre attention sur l’information du moment et sur laquelle notre pouvoir reste limité. Arrêtons de lui consacrer autant de temps et essayons plutôt de mobiliser les énergies sur ce que l’on peut encore définir, créer un monde meilleur, parce que demain se dessine aujourd’hui.

Des générations d’enfants et de jeunes aujourd’hui attendent de nous que nous les fassions profiter de notre expérience de la vie. Elles attendent que nous partagions nos frustrations, combats et analyses du moment mais, plus encore, que nous leur transmettions les bases nécessaires à leur autonomie, de manière à avoir moins de dépendances socio-économiques et d’erreurs de vie à réparer demain qu’il n’y en a aujourd’hui. Le défi à relever par les enseignants aujourd’hui est d’impartir la lecture, l’écriture et l’arithmétique, mais il nous incombe à Tous de développer et promouvoir l’esprit critique, le questionnement, le goût de l’excellence et la recherche de solutions aux problèmes du monde qui nous entoure. Ces valeurs-là ne changent pas et sont universelles.

La conquête et l’adaptation à notre milieu sont inhérents à notre condition d’Homo sapiens : embrassons ces aptitudes, gérons le présent pour dessiner, tracer le futur. Parce que l’avenir de l’Afrique dépendra de notre capacité à focaliser nos efforts sur la transmission de valeurs fondamentales qui sont nécessaires au repositionnement du continent et à en transmettre les principes.

À tout ceux qui veulent réécrire l’Afrique, à ceux qui aspirent à laisser un monde meilleur aux générations futures, gérons les inégalités et les frustrations d’aujourd’hui, mais investissons aussi dans l’éducation parce qu’il n’y a pas de développement durable sans éducation. Et parce que demain se décide aujourd’hui.
 
...une responsabilité partagée

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires