Syndicate content

Sexual Violence

« Nous avons l’impression que nous sommes à nouveau des êtres humains »

Miriam Schneidman's picture
Cette page en : English
Aider les femmes survivantes de violences dans l'Afrique des Grands Lacs

 « Nous avons l’impression que nous sommes à nouveau des êtres humains » : voici ce qu’affirme une survivante de violence sexuelle à l’hôpital Panzi situé à l’est de la RDC.  Les survivantes y arrivent avec de sérieuses blessures physiques et de profondes séquelles psychologiques. 

« La violence sexuelle est une arme de destruction massive »

Anne Senges's picture
Cette page en : English

Certains militent pour interdire les armes chimiques ou nucléaires. Le docteur Denis Mukwege, gynécologue congolais, nominé cette année pour le prix Nobel de la paix, remue ciel et terre pour que la communauté internationale érige le viol au rang des armes de destruction massive. Chaque année, l’hôpital Panzi, institution qu’il a fondée en 2008 à Kivu (province de l’Est de la RDC ravagée par les conflits), soigne 3000 survivantes de violences sexuelles. Mais à travers la fondation Panzi (fondée en 2010), le docteur Mukwege œuvre également à réintégrer ces femmes dans la société. De passage à la Banque mondiale,  à l’occasion d’un séminaire sur la violence sexuelle dont sont victimes les femmes dans la province du Kivu, « L’homme qui répare les femmes » (selon le titre d’une biographie que lui a consacré la journaliste Colette Braekman) nous parle de son combat.