Syndicate content

Environnement

Où mettrons-nous les pieds quand tout le sable aura disparu ? L’érosion du littoral menace l’avenir du Sénégal

Matthias Cinyabuguma's picture
Cette page en : English

Where will the footprints be when there is no more sand?  Coastal erosion and the future of Senegal
Des bandes rocheuses d’à peine quelques mètres de large à marée haute. Voilà tout ce qui reste de certaines des plages les plus courues de la station balnéaire de Saly, au Sénégal. Au fil des ans, l’océan Atlantique grignote un peu plus la côte, au grand désarroi des gens du cru et des touristes. Actuellement, un quart du littoral sénégalais présente un risque élevé d’érosion — un chiffre qui pourrait atteindre 75 % d’ici 2080 si la hausse du niveau de la mer se poursuit. Victime du changement climatique, le tourisme sénégalais a été mis à mal alors qu’il fait partie des axes prioritaires d’action du Plan Sénégal émergent, la stratégie de croissance et de développement à long terme du pays.

Arrêtez de voler le poisson de l’Afrique, il appartient aux Africains

Caroline Kende-Robb's picture

Il y a vingt-cinq ans, je vivais à Tanji, un village de pêcheurs situé sur la côte gambienne. Le village s’animait avant le lever du soleil, et en se levant tôt, on pouvait voir partir en mer les pirogues aux couleurs vives, ces fragiles embarcations en bois avec à leur bord six ou sept jeunes hommes courageux. Ce n’était pas une mince affaire. L’Atlantique était impitoyable, parfois traître.

Éthiopie : la technologie au service du climat

Michael Ehst's picture
Cette page en : English



Le nouveau Centre éthiopien d’innovation pour le climat (CIC) est inauguré cette semaine, avec l’appui de la Banque mondiale. Ce centre, qui fait partie d’un réseau mondial placé sous l’égide du programme technologie et climat d’InfoDev, est destiné à soutenir les initiatives locales pour répondre aux enjeux climatiques, en leur fournissant un encadrement, des financements, un accès au marché et des orientations stratégiques.

Consolider la paix et le développement, faire ses adieux à un grand homme

Makhtar Diop's picture
Cette page en : English
 À l’heure où nous songeons à ce que l’année nouvelle réserve à l’Afrique, le lien indissociable entre paix et développement me semble plus que jamais évident.
 
Début décembre, j’ai assisté au sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique qui réunissait 53 dirigeants de pays africains,  les représentants des Nations-Unies, de l’Union africaine et l’Union européenne. Nous avons évoqué avec franchise les moyens de maintenir et favoriser la paix sur le continent.