Syndicate content

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Hacker les politiques publiques, ou une approche délibérative pour aider les gouvernements d'Afrique de l'Ouest à élaborer de meilleures politiques

Alexandre Laure's picture
Cette page en : English


Que se passerait-il si vous mettiez tous les acteurs de l'écosystème entrepreneurial – fondateurs de start-ups, codeurs, étudiants, investisseurs et décideurs politiques – dans une seule pièce et facilitiez un dialogue ouvert sur l'amélioration de l'environnement des entreprises ? C'est exactement ce que la Banque mondiale a fait pendant une série de « policy hackathons »organisés dans toute l'Afrique de l'Ouest et plus récemment au Sénégal.

En janvier, les policy hackathons ont fait l'objet d'un Brown Bag Lunch (BBL) de la Banque mondiale, présidé par Sebastian Molineus, directeur de la pratique mondiale Finance, Compétitivité et Innovation (FCI). En conclusion, M. Molineus a salué la façon dont les policy hackathons favorisent la co-création entre les secteurs public et privé, ainsi qu'avec la communauté des bailleurs de fonds, des ONG et des institutions. « Nous avons tous un intérêt dans le développement et ce processus multiforme – local, descendant, ascendant – est un excellent exemple d'innovation africaine. L'engagement civique dans l'élaboration des politiques ne se fait pas ailleurs ; il ne s'agit donc pas seulement d'importer des connaissances et des pratiques exemplaires, mais aussi de générer des leçons que nous pouvons exporter vers le reste du monde. »

Qu'est-ce qu'un policy hackathon ?

Typiquement, un hackathon est un événement où des programmeurs informatiques et d'autres experts collaborent pour développer de nouveaux logiciels et applications. Un policy hackathon fonctionne à peu près de la même manière. Plusieurs intervenants sont invités à participer à un atelier animé sur les politiques et axé sur l'utilisateur, afin d'exploiter leur intelligence collective et de concevoir des solutions aux problèmes cernés. Au cours des policy hackathons, on demande aux utilisateurs/bénéficiaires des politiques publiques d'adopter le point de vue d'un décideur politique afin de créer et de proposer une législation capable de surmonter les obstacles à l'entrepreneuriat innovant.

Plus récemment, la nouvelle Délégation générale pour l'entreprenariat rapide (DER) du Sénégal a également lancé un tel processus. Le Policy Hackathon de Dakar a réuni plus de soixante acteurs de l'écosystème entrepreneurial sénégalais pour réfléchir ensemble à la manière d'améliorer l'environnement des entreprises, en particulier des start-ups.

 

Macky Sall, président du Sénégal lors du Startup Act. Photo: World Bank

« Il est important que les autorités politiques comprennent mieux les difficultés et les attentes des entrepreneurs. Et bien sûr, il est essentiel pour la société civile d'avoir une meilleure idée de l'état des réformes et de l'évolution de l'écosystème entrepreneurial », a déclaré Abdoul Aziz Sy, président directeur général d'Impact Dakar qui a accueilli le Policy Hackathon de Dakar en partenariat avec Kinaya Ventures, Jokkolabs Dakar, Gainde 2000, Concree et le Women's Investment Club.

Interactif, participatif et dynamique, le policy hackathon s'est conclu à 4h du matin par une ébauche de proposition de la part de l’écosystème entrepreneurial pour un « Startup Act » au Sénégal. Le projet de loi a été affiné avec la DER, débattu par l'ensemble de la population lors d'une consultation en ligne – utilisant un chatbot basé sur l’intelligence artificielle, révisé lors de sessions de co-création multipartites, revu par des experts juridiques locaux et finalement présenté au Président sénégalais lors d'une réunion publique télévisée. Il doit maintenant entrer dans le circuit législatif pour être adopté officiellement au premier semestre 2019.

Partout en Afrique, les gouvernements cherchent à exploiter les technologies numériques et l'entreprenariat pour transformer leurs sociétés et leurs marchés du travail. Un objectif aussi ambitieux, cependant, exige de mobiliser les communautés locales de codeurs, de comptables, d’ingénieurs, d’étudiants, d’entrepreneurs et d'autres experts. Le fait de considérer les citoyens comme une ressource et de compter sur eux pour obtenir des connaissances locales, plutôt qu'une stratégie globale de recherche de pratiques exemplaires venues d’ailleurs, permet donc l'expérimentation à l'échelle locale et donne aux citoyens un intérêt dans les politiques publiques.

« Il est temps d'innover en matière de politique économique en Afrique. Nous ne demandons pas à nos gouvernements de nous écouter, nous voulons plutôt travailler avec eux pour co-créer des politiques qui fonctionnent pour les entrepreneurs, » Markos Lemma de IceAddis.

Le policy hackathon est né en 2016 d'une initiative lancée part des centres d'innovation à travers l'Afrique, appelée i4Policy. Plus de 128 centres rassemblant des communautés totalisant plus de 700 000 entrepreneurs et innovateurs à travers le continent ont jusqu'à présent co-créé et signé le Manifeste pour la politique d'innovation en Afrique.

Le premier hackathon i4Policy a eu lieu à Impact Hub Kigali en 2017 en partenariat avec le ministère rwandais du Commerce, le DfID et le gouvernement suisse. La communauté entrepreneuriale locale a travaillé avec le gouvernement pour élaborer la stratégie nationale du Rwanda pour le développement du secteur privé et l'emploi des jeunes.

Nous assistons aujourd'hui à une véritable dynamique autour des policy hackathons. De nombreux gouvernements d'Afrique de l'Ouest et d'ailleurs cherchent à organiser leurs propres hackathons pour favoriser un développement efficace du secteur privé et des réformes en faveur de l'emploi des jeunes. Des événements similaires ont ainsi eu lieu au Nigeria, au Mali et en Côte d'Ivoire. En collaboration avec la Banque mondiale (grâce à un fonds fiduciaire financé par l'Agence italienne de coopération pour le développement – AICS) et en mobilisant d'autres bailleurs de fonds, i4Policy hubs prévoit de lancer des policy hackathons dans les autres pays de l'UEMOA en 2019, notamment au Niger, Burkina Faso, Togo et Bénin.

Nous vivons à une époque où la technologie multiplie les possibilités qui s'offrent aux populations, même dans les circonstances les plus difficiles. Les policy hackathons sont un moyen unique d'amener tous les intervenants à discuter de la façon dont les gouvernements peuvent tirer parti de la technologie et des approches entrepreneuriales pour optimiser les solutions en matière de politiques publiques.