Syndicate content

Pour tout savoir sur les taux de pauvreté relative et absolue

Juan Feng's picture
Also available in: English | 中文 | العربية | Español

Dans le monde, la plupart des pays mesurent leur niveau de pauvreté en utilisant un seuil absolu, c'est-à-dire une valeur normalisée fixe définissant ce sur quoi les ménages doivent pouvoir compter pour satisfaire leurs besoins élémentaires. Toutefois, quelques pays ont choisi d'utiliser un seuil relatif, c'est-à-dire une limite calculée en fonction de la distribution globale des revenus ou de la consommation du pays.

Chart 1

Le graphique ci-dessus illustre les différences qui existent entre les taux de pauvreté relative et absolue dans des pays qui ont mesuré les deux. Vous pouvez sélectionner d'autres pays à l'aide du menu déroulant, mais si on prend l'exemple de la Roumanie, on voit que le pays a cessé de mesurer la pauvreté en termes absolus depuis 2006 pour se mettre à utiliser des termes relatifs. Les taux de pauvreté absolue ont chuté de façon constante, de 35,9 % en 2000 à 13,8 % en 2006. Cependant, en termes relatifs, le pays enregistrait un taux de pauvreté nationale de 24,8 % en 2006. Cela ne signifie pas que la pauvreté a explosé cette année-là, du fait que ces deux chiffres ne sont tout simplement pas comparables. Mais que signifient-ils vraiment ?

L'indicateur de la pauvreté nationale
L'acception courante de la notion de pauvreté est la condition dans laquelle des ménages ou des individus se trouvent lorsqu'ils ne peuvent pas accéder à l'ensemble de biens et de services qui sont nécessaires pour vivre dans des conditions décentes au sein de la société à laquelle ils appartiennent. Mesurer la pauvreté économique nécessite de fixer un seuil monétaire spécifique, ou seuil de pauvreté, cette valeur étant utilisée pour établir une distinction entre les pauvres et les non-pauvres. Pour en savoir plus sur la manière dont les pays évaluent et choisissent les seuils de pauvreté, cliquez ici (a).
 
Si vous avez déjà travaillé sur des données relatives à la pauvreté nationale, vous avez sans doute utilisé le taux de pauvreté nationale de la base des Indicateurs du développement dans le monde (WDI) (a) de la Banque mondiale. La base WDI rassemble les taux de pauvreté mesurés en fonction d’un seuil déterminé par les autorités de chaque pays. Celles-ci calculent le taux de pauvreté nationale à l'aide de ce seuil (parfois avec une aide technique de la Banque mondiale), puis publient ce taux en tant qu'estimation officielle du niveau de pauvreté du pays. La base WDI accepte ces estimations, à condition qu'elles reposent sur des méthodes de calcul rigoureuses. Jusqu'à récemment, la base WDI publiait exclusivement les taux de pauvreté absolue. La dernière mise à jour intègre désormais des taux de pauvreté relative pour certains pays.
 
Différences entre pauvreté absolue et pauvreté relative
Dans le monde, la plupart des pays mesurent leur niveau de pauvreté en utilisant un seuil absolu, c'est-à-dire une valeur normalisée fixe définissant ce sur quoi les ménages doivent pouvoir compter pour satisfaire leurs besoins élémentaires. Toutefois, quelques pays ont choisi d'utiliser un seuil relatif, c'est-à-dire une limite calculée en fonction de la distribution globale des revenus ou de la consommation du pays. Pour en savoir plus sur la manière dont les pays évaluent et choisissent les seuils de pauvreté, cliquez ici (a).
 
L'utilisation de seuils de pauvreté relatifs est particulièrement répandue dans les pays européens. Étant donné que bon nombre des pays en développement européens sont des pays à revenu intermédiaire (a), il est souvent difficile de définir un ensemble commun de biens et de services (processus essentiel à la fixation d'un seuil de pauvreté absolu) facile à appréhender par une large frange de leur population. Ainsi, conformément à la pratique EUROSTAT (a) et à la stratégie Europe 2020, la plupart des pays européens définissent les personnes exposées à la pauvreté comme celles qui vivent dans un foyer dont le revenu disponible par équivalent adulte est inférieur au seuil de risque de pauvreté, lequel est fixé à 60 % du revenu médian national par équivalent adulte (après transferts sociaux). Une grande partie de ces estimations de la pauvreté relative reposent sur le revenu par équivalent adulte plutôt que sur le revenu par habitant (cliquez ici pour en savoir plus).
 
La mesure de la pauvreté relative présente certaines difficultés, notamment quant à la compréhension de son comportement. Par exemple, les chiffres de la pauvreté relative d'un pays peuvent ne pas diminuer de manière continue, et même se révéler persistants, du fait que le seuil de pauvreté est fixé à 60 % du revenu médian national par équivalent adulte. Il est également important d'observer le comportement des mesures de la pauvreté relative en période de crise. Comme l'indique le graphique ci-dessus, les taux de pauvreté relative en Roumanie ont chuté lors de la « Grande Récession » en raison de la contraction du revenu disponible de la population. Bien que cela puisse sembler contre-intuitif, cette observation est parfaitement acceptable compte tenu de la nature distributionnelle de cet indicateur.
 
Modifications des séries de la base WDI
À partir d'avril 2014, la base WDI ne publie plus les taux de pauvreté absolue mais les taux de pauvreté relative pour de nombreux pays européens. Si vous avez téléchargé avant cette date des données relatives à cet indicateur pour un des pays répertoriés dans le graphique ci-dessus, les séries enregistrées peuvent ne pas être comparables aux données disponibles actuellement dans la base WDI.
 
En tant qu'institution fermement engagée en faveur de la lutte contre la pauvreté, le Groupe de la Banque mondiale s'attache à suivre l'engagement et la capacité des pays à mesurer les indicateurs de pauvreté, quelle que soit la définition de ceux-ci. Compte tenu du faible nombre de pays qui ont recours aux mesures de la pauvreté relative, la base WDI publie ces mesures dans les mêmes séries que les chiffres de la pauvreté absolue des autres pays. Les chiffres de la pauvreté relative sont intégrés à ces séries pour les pays suivants : Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République slovaque, République tchèque et Slovénie. Les notes figurant dans les métadonnées permettent de distinguer ces chiffres de ceux qui ont trait à la pauvreté absolue, mais il est néanmoins important d'être bien conscient de cette différence.
 
De plus, il importe de garder à l'esprit le fait qu'il existe à présent deux séries distinctes dans la base de données sur la pauvreté et l'équité (a) pour l'indicateur « Ratio de la population pauvre en fonction du seuil de pauvreté national (% de la population) » : les séries SI.POV.NAHC et SI.POV.NAHC.NC. La série SI.POV.NAHC intègre les derniers chiffres officiels comparables au sein d'un pays. Si, auparavant, cette série comportait uniquement des valeurs absolues, elle intègre désormais des valeurs relatives pour les pays qui ont modifié leurs systèmes de suivi. Par ailleurs, la série SI.POV.NAHC.NC est une nouvelle série qui a été créée pour inclure l'ensemble des valeurs relatives et absolues historiques, notamment celles qui ne sont pas comparables dans le temps en raison de changements méthodologiques.
 
Pour illustrer cette différence, reprenons l'exemple de la Roumanie pour l'année 2006, lorsque les autorités se sont mises à publier des chiffres liés à la pauvreté relative dans leurs documents officiels tout en continuant à mesurer la pauvreté absolue. La série SI.POV.NAHC rapporte uniquement les valeurs relatives officielles publiées à partir de 2006, tandis que la série SI.POV.NAHC.NC contient également les valeurs absolues publiées avant 2006. La série SI.POV.NAHC.NC présente une image plus complète des nombreux pays disposant d'un système officiel de suivi de la pauvreté monétaire. Ces informations sont précieuses car elles reflètent mieux les efforts déployés par les pays pour collecter des données par le biais d'enquêtes réalisées auprès des ménages ainsi que pour publier des données officielles sur la pauvreté au niveau national.
 
En outre, pour tous ces pays récemment actualisés, les microdonnées requises pour reproduire cet indicateur sont également disponibles sur accréditation et conformément à des conditions d'utilisation spécifiques (pour en savoir plus sur les données de l'enquête EU-SILC et pour effectuer une demande d'accès à ces données, consultez le site Eurostat SILC (a) et la Bibliothèque de microdonnées (a) de la Banque mondiale. Ce niveau de transparence des pays est assurément louable et constitue un exemple à suivre en matière de documentation et de disponibilité des données.

Indicateur et code utilisé dans ce post:

  • Ratio de la population pauvre en fonction du seuil de pauvreté national (% de la population) SI.POV.NAHC
  • Ratio de la population pauvre en fonction du seuil de pauvreté national (% de la population) incluant les valeurs non comparables SI.POV.NAHC.NC

Add new comment