Syndicate content

octobre 2013

Parler votre langue – Le site Données financières du Groupe de la Banque mondiale devient multilingue

Prasanna Lal Das's picture

Données disponibles en français - Finances de la Banque mondiale

Notre monde est inondé par une quantité croissante de données, mais les cibles potentielles de ces informations restent mal desservies pour une raison évidente : les données ne sont tout simplement pas disponibles dans leur langue.

À quoi ressemblerait un Partenariat mondial pour une révolution des données ?

Grant Cameron's picture
Cette page en : English | 中文 | Español | العربية
//openclipart.org/detail/168029Le programme pour l’après-2015 fera la part belle aux données probantes. La nécessité de « financer ce qui donne des résultats » fait son chemin et les décideurs sont avides de données de meilleure qualité pour concevoir les interventions et suivre les performances. Le Groupe de personnalités de haut niveau chargé d’étudier le programme de développement pour l’après-2015 appelle sans ambigüité à une « révolution des données » dans le monde.
 
Une révolution a besoin de révolutionnaires pour exister (voici quelques-uns des pionniers en matière de statistiques). Mais comment fédérer des groupes du monde entier, dans toute leur diversité ? Le Groupe recommande la constitution d’un « Partenariat mondial pour les données sur le développement ». Dites-moi ce que vous en pensez.

« Liberen Los Datos » : comment aider les champions des données ouvertes à créer une entreprise viable

Sandra Moscoso's picture
Cette page en : English | Español | 中文 | العربية

« Liberen Los Datos » : comment aider les champions des données ouvertes à créer une entreprise viableLa communauté des données en libre accès est une mine d’individus pétris de bonnes intentions.
 
On ne compte plus les applications « ouvertes » qui permettent de suivre l’activité législative du Congrès américain, les instruments pour calculer le prix d’une course en taxi à Bogota ou ceux qui vous montrent comment l’argent du contribuable britannique est dépensé ou comment est l’hygiène dans les écoles du Népal… J’en passe et des meilleurs !
 
Tout cela prouve que l’innovation bat son plein et que plein de gens cherchent une idée géniale pour aider leurs concitoyens à exploiter les données à disposition. Mais j’ai un doute : combien de ces projets parviendront (comme GovTrack) à passer du simple hobby à un modèle commercial viable et rentable ? Si nos Géo Trouvetou ne sont visiblement pas dépourvus de talent technique, quid de leurs compétences entrepreneuriales ? Combien de stars du libre accès ont aussi le « courage de créer une entreprise » ?