Syndicate content

mai 2014

Des entrepreneurs des pays émergents parient sur l’open data

Alla Morrison's picture
Cette page en : 中文 | العربية | Español | English


Cartographier la circulation automobile grâce à des données en temps réel.
 

À retenir--

  • Le secteur des entreprises de l’open data est en plein essor depuis quelques années, partout dans le monde. La majorité d’entre elles utilisent des données issues des pouvoirs publics.
  • Un grand nombre de ces entreprises opèrent dans des secteurs offrant des opportunités extraordinaires sur le plan social et du développement.
  • L’Amérique latine et l’Asie disposent de mécanismes de financement opérationnels pour ces entreprises. Le financement par capitaux propres arrive en tête des demandes, suivi par les opérations de quasi-capital pour des sommes allant de 100 000 dollars à 5 millions de dollars, avec une enveloppe moyenne s’établissant entre 2 et 3 millions selon les régions. Le besoin total de financement pourrait dépasser les 400 millions de dollars.
La valeur économique des données en libre accès n’est plus une simple hypothèse de travail
Comment faire de l’argent avec des données qui, tel l’air que nous respirons, sont libres et ouvertes à tous ? Le Groupe de la Banque mondiale doit-il soutenir ce secteur naissant et, dans l’affirmative, comment, pour viser un maximum d’efficacité ? La promotion d’entreprises fondées sur l’exploitation de données ouvertes peut-elle contribuer à la réalisation de ses deux objectifs — lutter contre la pauvreté et promouvoir une prospérité partagée ?

Ces questions sont au cœur des réflexions de l’équipe de la Banque mondiale en charge des données en libre accès depuis le colloque sur les modèles d’entreprise de l’open data (a) organisé en Uruguay en juin 2013. À cette occasion, des entrepreneurs du secteur originaires d’Amérique latine avaient présenté leurs stratégies et fait part de leurs réussites et de leurs difficultés. Notre équipe avait fait le déplacement pour vérifier si le libre accès aux données pouvait contribuer à la création d’entreprises et d’emplois viables, en avançant deux hypothèses : 1) les données ouvertes possèdent une valeur économique au-delà de leurs bienfaits sur le plan de la transparence et de la redevabilité ; et 2) des entreprises de données ouvertes ont été créées dans les économies émergentes en s’appuyant sur des business plans solides et pérennes.