Syndicate content

Asie du Sud

Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans a reculé de 49 % depuis 1990

Emi Suzuki's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية | Español

À l’échelle mondiale, la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans a reculé de 49 % depuis 1990. C’est ce qui ressort des nouvelles estimations publiées aujourd’hui et du communiqué de presse s’y rapportant. Ces informations sont synthétisées dans le rapport 2014 sur les niveaux et les tendances de la mortalité des enfants (a), élaboré par le Groupe inter-agences des Nations Unies pour l’estimation de la mortalité infantile (IGME). En 2013, on a ainsi dénombré chaque jour environ 17 000 décès de moins parmi les enfants de moins de cinq ans qu’en 1990.
 
Cette baisse est la plus rapide jamais enregistrée depuis deux décennies : – 1,2 % entre 1990 et 1995, et – 4 % entre 2005 et 2013. 

Davantage d’enfants atteignent l’âge de cinq ans
La nette augmentation des taux de survie constatée depuis 1990 chez les enfants de moins de cinq ans s’explique par l’amélioration de l’accès à des soins de santé de qualité et d’un coût abordable, ainsi que par l’extension des programmes sanitaires, qui couvrent aujourd’hui les nouveau-nés et les enfants les plus vulnérables.
 
Le recul de 49 % (46 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2013, contre 90 en 1990) signifie qu’un nouveau-né a aujourd’hui une probabilité de survie au-delà de l’âge de cinq ans bien plus grande qu’un bébé né en 1990.   

Il faut redoubler d’efforts pour atteindre l’OMD nº 4
Quatre régions du monde sur six (selon la classification du Groupe de la Banque mondiale) sont en bonne voie pour réaliser le quatrième objectif du Millénaire pour le développement : réduire des deux tiers la mortalité des enfants de moins de cinq ans d’ici 2015. L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud sont les deux régions où la baisse du taux de mortalité reste insuffisante pour permettre d’atteindre cet objectif. En 2013, c’est en Afrique subsaharienne que ce taux était le plus élevé, avec 92 décès pour 1 000 naissances vivantes. Dans cette région, 1 enfant sur 11 meurt avant l’âge de cinq ans.

Chart 1

Examiner de plus près les données relatives aux jeunes pour identifier les tendances et les disparités régionales

Hiroko Maeda's picture
Cette page en : English | 中文 | Español | العربية

Alors que l’on célébrait le 12 août dernier la 15e édition de la Journée internationale de la jeunesse, une question m’est venue à l’esprit : de quels types de données disposons-nous sur les jeunes ?
 
Tout d’abord, selon la définition des Nations Unies (a), les jeunes représentent la population âgée de 15 à 24 ans. Ils se situent dans une période de transition entre l'enfance et l'âge adulte. 

« Le champ des possibles que recèle un enfant est le plus passionnant et le plus stimulant qui soit. »
– Ray Wilbur, expert américain (1875-1949)​



​Du fait que cette période (15-24 ans) est plus proche de l'âge adulte que ne l’est l'enfance et qu’elle l’affecte donc plus directement, les données relatives aux jeunes jouent un rôle essentiel : elles peuvent nous aider à mieux anticiper les opportunités et les difficultés qu’ils rencontreront plus tard.

​Où trouve-t-on les plus grandes proportions de jeunes dans le monde ? 
En 2013, les personnes nées entre 1989 et 1998 représentaient 17 % de la population mondiale, c'est-à-dire 1,2 milliard d'individus. Tandis que la population mondiale continue d'augmenter, le nombre de jeunes a quant à lui commencé à diminuer graduellement après avoir atteint un pic en 2010. Dans les pays à revenu élevé, la population jeune a diminué de 6 millions entre 2010 et 2013, ce qui reflète la tendance au vieillissement de la population dans cette catégorie de pays.

Moins de 1 000 jours avant l’échéance des OMD : de nouveaux tableaux de bord pour la dernière ligne droite

Johan Mistiaen's picture
Cette page en : English | Español | العربية

La base de données des indicateurs du développement dans le monde (WDI) rassemble toutes les informations sur la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans les pays en développement et par groupements de pays. Ces données servent à établir le Rapport de suivi mondial (GMR), qui propose tous les ans un bilan des progrès accomplis. Un grand nombre de collègues et de chercheurs du monde entier nous contactent chaque semaine pour avoir des précisions sur les performances de telle région, tel pays ou tel secteur vis-à-vis des huit OMD. Ils souhaitent aussi souvent savoir si nous disposons d’éléments permettant de dire si – ou quand – un pays ou une région atteindra tel OMD.

Alors que l’échéance se rapproche – il nous reste moins de 1 000 jours d’ici la date butoir – les initiatives engagées pour l’après-2015 battent leur plein. Face à la demande croissante d’informations additionnelles sur l’analyse et les données sous-tendant le rapport GMR, nous avons mis au point une suite interactive de tableaux de bord d’aide au diagnostic, accessibles à tous (http://data.worldbank.org/mdgs). Le tableau interactif suivant, extrait de cette base de données, résume l’avancement des différents pays (classés par région, niveau de revenu et selon d’autres critères) pour chaque OMD. Une simple sélection, par indicateur et catégorie, permet d’avoir un aperçu graphique des progrès obtenus.