Syndicate content

Climate Change

L’Atlas 2018 des Objectifs de développement durable : un tout nouveau guide visuel pour mieux comprendre les données

World Bank Data Team's picture
Cette page en : English | Español | العربية


 

« La Banque mondiale est l’un des principaux producteurs mondiaux de données et de connaissances sur le développement. Mais notre mission ne se limite pas à la publication de ces biens publics mondiaux ; nous devons aussi les rendre compréhensibles pour le grand public. L’enjeu est de faire en sorte que les responsables politiques et l’opinion publique puissent partager une vision du monde fondée sur des données factuelles. C’est une condition indispensable pour faire véritablement progresser le développement social et économique, et atteindre notamment les Objectifs de développement durable. » - Shanta Devarajan 

Nous avons le plaisir de présenter l’Atlas 2018 des Objectifs de développement durable (ODD). Riche de plus de 180 cartes et graphiques, cette nouvelle publication montre les progrès réalisés par les différents pays en direction des 17 ODD. 

Vous y trouverez de nombreuses illustrations dynamiques annotées, qui peuvent être reproduites à partir des données et du code source. Vous pouvez consulter l’Atlas des ODD en ligne, télécharger la publication et accéder aux données et au code source sur lesquels reposent les illustrations. 

La Banque mondiale investit dans 12 projets centrés sur l’innovation et les données collaboratives au service du développement

World Bank Data Team's picture
Cette page en : English | 中文

Nous avons le plaisir de dévoiler les 12 projets retenus pour soutenir l’amélioration de la production, la gestion et l’utilisation des données sur le développement. Portés par des équipes internationales aux profils variés, ces projets ont été conçus pour aider des pays à revenu faible et intermédiaire de la tranche inférieure en Afrique subsaharienne, en Asie de l’Est, en Amérique latine et en Asie du Sud.

Après le succès du premier cycle d’appel à projets lancé en 2016 (a), nous avons annoncé en août 2017 la création d’un nouveau fonds, doté de 2,5 millions de dollars, pour investir dans « l’innovation et les données collaboratives au service du développement durable ». Avec le Partenariat mondial pour des données sur le développement durable (GPSDD), le Groupe de gestion des données sur le développement de la Banque mondiale a sollicité des propositions pour améliorer la production, la gestion et l’utilisation des données, en se concentrant sur deux thèmes : « ne laisser personne sur le côté » et l’environnement. Pour s’assurer que les investissements soutiennent bien des solutions concrètes aux problèmes des populations et adaptées au contexte et aux attentes des bénéficiaires, chaque équipe devait intégrer un représentant des usagers (issu en général d’un organisme public). La sélection des projets reposait aussi sur leur capacité à produire des enseignements et des connaissances pouvant être partagés, adaptés et réutilisés.
 
De la prévision des mouvements des personnes déplacées en Somalie à une évaluation plus rapide des dégâts consécutifs aux catastrophes au Népal en passant par la lutte contre une espèce de chenille invasive au Malawi ou encore l’optimisation des services publics pour les aînés au Kenya et en Inde grâce à la cartographie, les 12 projets sélectionnés ont tous un point commun : ils illustrent la manière dont des partenariats, des méthodes et des sources d’information d’un genre nouveau peuvent être intégrés afin d’exploiter pleinement les données au service du développement.

Cette initiative est soutenue par le Fonds fiduciaire pour le renforcement des capacités statistiques (TFSCB) de la Banque mondiale et financée par le département du Développement international du Royaume-Uni (DfID), ainsi que par la République de Corée et le ministère irlandais des Affaires étrangères et du Commerce.
 

Palmarès 2018 du Fonds pour l’innovation

Depuis 2001, la planète a connu 16 des 17 années les plus chaudes jamais enregistrées

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | العربية | Español

L’année 2016 a battu tous les records de chaleur, sachant que, depuis 2001, la planète a connu 16 des 17 années les plus chaudes jamais enregistrées depuis la fin du XIXe siècle. Alors que le changement climatique risque de faire plonger plus de 100 millions de personnes dans la pauvreté d’ici 2030, il est possible de contrer cette menace en promouvant un processus de développement rapide, inclusif et soucieux du climat. En savoir plus  

Les émissions de CO2 sont sans précédent

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | العربية | Español

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2), l’un des principaux gaz à effet de serre (GES) à l’origine du changement climatique, ont bondi de 22,4 milliards de tonnes en 1990 à 35,8 milliards en 2013, soit une hausse de 60 %. Cet accroissement des émissions de CO2 et des autres GES a contribué à une augmentation de la température mondiale moyenne de 0,8 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle.
 

Atlas 2017 des Objectifs de développement durable : un nouvel outil pour le suivi des données et des progrès

World Bank Data Team's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية | Español

La Banque mondiale a le plaisir de présenter l’Atlas 2017 des Objectifs de développement durable (ODD) (a). Avec plus de 150 cartes et visualisations de données, cette nouvelle publication (a) montre les progrès accomplis sur la voie de la réalisation des 17 ODD.
 
Cet Atlas fait partie des Indicateurs du développement dans le monde (WDI) (a), notre recueil de statistiques sur le développement et les conditions de vie dans tous les pays du monde. Vous pouvez :

Les 17 ODD (et les 169 cibles associées) sont ambitieux : ils seront difficiles à mettre en œuvre, mais aussi à évaluer. L’Atlas offre l’éclairage des experts de la Banque mondiale sur chacun des ODD.
 

3 graphiques pour savoir ce que les leaders d’opinion du monde entier pensent du changement climatique 

Jing Guo's picture
Cette page en : English | العربية | Español

Début novembre, près de 200 pays se sont réunis à la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (la COP22), à Marrakech, pour réaffirmer leur engagement à mettre en œuvre l’accord de Paris. Alors que l’enjeu de la COP21 était la signature de cet accord, celui de la COP22 concerne la prochaine étape cruciale qui permettra de passer des déclarations d’intention à l’action.

Le Groupe de la Banque mondiale a mis en place un programme annuel de sondages (a) auprès d’environ 10 000 acteurs influents au sein du gouvernement, du parlement, du secteur privé, de la société civile, des médias et des milieux universitaires d’une quarantaine de pays en développement. Ces enquêtes permettent notamment de suivre l’évolution de l’opinion en matière de changement climatique, avant et après l’accord historique signé à Paris. Grâce aux informations recueillies, on peut mieux appréhender le contexte dans lequel s’inscriront vraisemblablement les efforts destinés à appliquer l’accord.
 
Les graphiques ci-après donnent un aperçu de l’état d’esprit des leaders d’opinion (dans le monde en développement). Il en ressort globalement que les préoccupations à l’égard du changement climatique se sont nettement accentuées au cours des quatre dernières années. Même si, dans nombre de pays, un pourcentage relativement plus élevé des leaders d’opinion considère l’éducation, la gouvernance ou la sécurité alimentaire comme une priorité pour le développement, la lutte contre le changement climatique est manifestement une préoccupation grandissante depuis 2015.



 

13 % des émissions globales sont désormais couvertes par le prix du carbone

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | 中文

Remarque: Seuls les ETS (Système d'échange de quotas d'émissions) ou la taxe carbone sont pris en considération dans ce graphique. Les émissions sont exprimées en pourcentage des émissions mondiales de GES en 2012. Les variations annuelles des émissions mondiales, régionales, nationales et sous-nationales de GES ne sont pas représentées dans ce graphique.

Ces dix dernières années, la part des émissions de GES couverte par la tarification du carbone a triplé. En 2016, une quarantaine de juridictions nationales et plus de 20 villes, états et régions, dont sept des dix plus grandes économies du monde, ont rejoint le mouvement visant à donner un prix au carbone. Sept gigatonnes de dioxyde de carbone, soit environ 13 % des émissions mondiales, sont couvertes par un prix du carbone. Lire la suite : State and Trends of Carbon Pricing 2016 (a).

Graphique : Les émissions de carbone par personne ont augmenté de 60 % depuis 1960

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية | Español

Le dioxyde de carbone (CO2) représente plus de 80 % des émissions totales de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale, mais seulement 12 % des émissions sont actuellement couvertes par la tarification du carbone. Le Groupe de haut niveau sur le prix du carbone (HLPCP) a appelé la communauté internationale à augmenter ce pourcentage afin d'atteindre 25 % d'ici 2020 et 50 % d'ici une décennie. En savoir plus

ODD n°6 : l’eau et l’assainissement au cœur du développement durable

Stephane Dahan's picture
Cette page en : English | Español | العربية
​​​​​​

Cette publication fait partie d’une série de billets consacrés aux Objectifs de développement durable et à l'édition 2016 des Indicateurs du développement dans le monde.

 

L’eau et l’assainissement sont étroitement liés à de nombreux domaines du développement

Bien que le nombre de personnes ne disposant pas d’une source améliorée d’eau potable ait été divisé par deux dans le monde en 25 ans, les pays les plus pauvres ont bien du mal à fournir des solutions durables d’accès à l’eau et à des installations sanitaires adéquates. En 2015, dans les pays à faible revenu, à peine plus d’un quart de la population bénéficie de telles solutions, contre un peu plus de la moitié dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. L’accès à l’eau et à l’assainissement n’est plus aujourd’hui qu’une question de fourniture de service, mais bel et bien un enjeu intimement lié au changement climatique, à la gestion des ressources hydriques ainsi qu’à la pénurie et à la qualité de l’eau.

Pages