Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Âge légal du mariage et autres écarts juridiques : 3 graphiques pour illustrer la Journée internationale des femmes

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | 中文

En ce 8 mars, Journée internationale des femmes, je me suis penché sur l’importance du droit. Il arrive souvent que la loi traite les hommes et les femmes différemment, alors qu’au contraire elle peut être un moyen efficace d’assurer une plus grande égalité entre les sexes, de protéger les femmes contre les mariages précoces et les violences domestiques, et de leur offrir plus de perspectives économiques.

Dans de nombreux pays, une jeune fille peut se marier avant 18 ans avec le consentement des parents

L’équipe en charge du rapport sur Les femmes, l’entreprise et le droit vient de consacrer un article (a) aux législations qui protègent les femmes contre les violences. Le premier point abordé est celui des mariages forcés d’enfants mineurs : 15 millions de jeunes filles sont mariées chaque année dans le monde avant l’âge de 18 ans. Même si l’âge légal du mariage est de 18 ans, de nombreux pays autorisent les filles à se marier plus jeunes avec le consentement de leurs parents.


Le rapport recense 17 pays où l’âge minimum fixé par la loi pour se marier n’est pas le même pour les hommes et pour les femmes (a), la loi prévoyant que celles-ci peuvent se marier plus jeunes.
 

La quasi-totalité des pays ont des lois qui traitent les hommes et les femmes différemment

L’âge légal du mariage n’est qu’un exemple des différences entre hommes et femmes sur le plan du droit. La loi peut par exemple restreindre la capacité des femmes à détenir un bien, ouvrir un compte en banque, monter une entreprise ou exercer certains métiers, soit autant d’obstacles qui limitent leurs perspectives économiques.
 


Pour plus de données, consultez le site Les femmes, l’entreprise et le droit ou notre portail de statistiques sexospécifiques (a).