Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

DataBank en version multilingue

Reza Farivari's picture
Cette page en : English | Español | العربية

Il y a un an, nous avions publié un billet (en anglais) concernant le lancement d’une nouvelle version de DataBank. Ce système de recherche de données de la Banque mondiale présente plus de 9 000 indicateurs à partir desquels les utilisateurs peuvent créer des rapports personnalisés avec des tableaux, des graphiques et des cartes. Ces rapports mis à jour en temps réel peuvent ensuite être enregistrés, partagés entre utilisateurs et incorporés sous forme de widgets à des sites Web ou à des blogs. Un an plus tard, DataBank s’est internationalisé : son interface est désormais disponible en plusieurs langues pour l’ensemble des bases de données tandis que le contenu des Indicateurs du développement dans le monde (a) est intégralement traduit. Nous avons demandé à Reza Farivari, l’un des « pères fondateurs » de DataBank, également responsable principal de l’information pour l’Initiative sur le libre accès aux données, de nous parler de cet outil et de ce qu’il faut en attendre à l’avenir.

En quoi consiste DataBank et quelle est son utilité ?

Il s’agit de la version la plus récente de notre outil de recherche de données. Avec cet outil, les utilisateurs peuvent accéder à des données en les triant par indicateur, pays et période dans le but d'extraire le sous-ensemble spécifique qui les intéresse. DataBank répond à deux grandes exigences :

  • permettre aux utilisateurs d'obtenir facilement et rapidement les données qui les intéressent ;
  • concevoir un outil qui fonctionne aussi bien sur tablette (un mode d'utilisation de plus en plus populaire) que sur PC de bureau ou portable.

Les principales fonctionnalités qui lui ont été ajoutées récemment et qui rendent cet outil encore plus pratique pour les utilisateurs du monde entier sont son interface multilingue et la possibilité d'accéder à des données elles-aussi multilingues.

Dans quelles langues DataBank est-il disponible, et qu'est-ce qui a guidé ce choix ?

DataBank est disponible en anglais, en français, en espagnol, en arabe et en chinois, ce qui correspond aux langues du site Données de la Banque mondiale.

Pour une brève présentation de DataBank, visionnez la vidéo ci-dessous (a).

DataBank

L’utilisation de l’outil diffère-t-elle en fonction de la langue des utilisateurs ? Que savons-nous de la manière dont la langue influence l'usage qui est fait des données ?

Cela est assez difficile à estimer, le système étant spécifiquement conçu pour offrir un environnement commun quelle que soit la langue : accès facile, grande facilité d'utilisation et compatibilité avec toutes les plateformes (tablette, PC de bureau ou portable).
Il est cependant très instructif d'examiner le type d’indicateur sur lequel les utilisateurs effectuent des recherches ou les types de rapport qu'ils créent dans telle ou telle langue. Il y a des jours où certains indicateurs occupent une place particulièrement importante pour une zone géographique spécifique. Par exemple, s'il y a une grande conférence internationale sur le changement climatique en Amérique latine, on pourra constater un fort accroissement du nombre de rapports créés et partagés en espagnol.

Qu'est-ce qui a conduit à la naissance de DataBank ?

DataBank est la dernière génération d'une longue lignée de produits de recherche de données mis au point par notre département depuis la fin des années 80, à l'époque des grands ordinateurs centraux. Juste avant DataBank, nous avions un outil nommé « WDI Quick Query ». Disponible sur abonnement, il a été utilisé pendant de nombreuses années et était très apprécié, avec des millions d'utilisateurs dans le monde. Avec le lancement de notre Initiative pour le libre accès aux données en 2010, nous avons cherché à moderniser cet outil pour qu’il corresponde davantage aux besoins de nos différents publics dans le monde. Nous avons réfléchi aux modifications à lui apporter afin qu'il réponde aux besoins d'un public plus diversifié et qu'il satisfasse aux principes directeurs et aux priorités associés à l’« Open Data » au sein de la Banque.

Quelle idée est à l'origine de la conception de DataBank ? 

Comme l'objectif était d'inciter les utilisateurs à exploiter nos données et d'encourager le travail collaboratif, il fallait concevoir ce nouvel outil du point de vue de l'utilisateur. Nous avons cherché des idées aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Banque, mais ce sont les quelques grands principes suivants qui nous ont guidés :

  • Il fallait que les utilisateurs puissent enregistrer leurs requêtes de données. Ainsi, un enseignant pourrait créer à l'avance un graphique ou un tableau contenant des données, puis montrer le résultat à ses élèves pendant son cours.
  • Il fallait un maximum de polyvalence en matière de navigateurs et d'appareils afin que les utilisateurs puissent interagir avec l’outil sur tablette aussi bien que sur PC ou portable.
  • Il fallait que la navigation dans l'outil soit aussi intuitive que possible.
  • En dernier lieu, nous savions d'après les commentaires des utilisateurs qu'ils voulaient pouvoir accéder aux données en un minimum de clics : ils voulaient que les données s'affichent immédiatement.

Et en plus de prendre en compte tous ces paramètres, il nous fallait simultanément trouver le juste équilibre entre ergonomie pour l'utilisateur et performances.

Quels sont les projets à venir pour DataBank ? Gardera-t-il sa forme actuelle ou prévoyez-vous qu'il évoluera au cours des années à venir ?

Du fait de sa nature même, DataBank sera amené à changer. Depuis son lancement en 2010, DataBank en est déjà à sa troisième version, et il est évident qu'il continuera à évoluer. Mais la mesure de ces changements dépendra des utilisateurs, de leurs commentaires (a), ainsi que des tendances du secteur. Nous réfléchissons actuellement à l'orientation à lui donner. L'un des projets consiste à intégrer d'autres outils de visualisation de données avec DataBank afin d'améliorer ses capacités de génération de graphiques et de cartes. Mais ce que nous ferons en fin de compte dépendra des souhaits des utilisateurs de nos outils. Je pense que, à mesure que davantage de gens utiliseront cet outil, nous aurons une meilleure vision des fonctionnalités supplémentaires à lui ajouter et des ajustements à effectuer. Nous espérons que les utilisateurs continueront à nous dire ce qu'ils pensent (a) de DataBank et de son fonctionnement. Alors, n'hésitez pas à utiliser DataBank, à consulter nos didacticiels (a), à poser des questions, et à nous faire part de vos commentaires et de vos idées.