Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Quel est le parlement le plus féminisé du monde ?

Leila Rafei's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文

Selon les dernières données de l’Union interparlementaire (UIP), le Rwanda arrive en tête du classement, avec pratiquement 64 % de sièges détenus par des femmes en 2013. À l’échelon mondial, celles-ci représentent en moyenne 20 % des députés, contre 15 % en 2003.
 
Le profil des dix premiers pays est assez hétérogène, que ce soit par leur niveau de revenu que par l’existence, ou non, de quotas pour favoriser la députation de femmes. Le Rwanda, devance l’Andorre avec ses 50 % de députés femmes et Cuba (49 %). Mais c’est la Suède (44 %) qui détient le record de femmes siégeant dans un parlement national sans recourir à une politique de quotas.

Proportion de sièges occupés par des femmes au parlement national (%)
Proportion of seats held by women in national parliaments (%)

En 2003, le Rwanda s’est doté d’une nouvelle constitution imposant qu’au moins 30 % des mandats législatifs soient réservés aux femmes. En dix ans, le nombre de femmes députés est plus du double du niveau minimum imposé sachant qu’actuellement, plus de 30 % des ménages rwandais sont dirigés par une femme – un chiffre supérieur à ce que l’on observe au Burundi, au Malawi et en Tanzanie, trois pays voisins.
 
En dépit des progrès obtenus sur ce front, la participation des femmes rwandaises aux échelons supérieurs de gouvernement (ministères notamment) est plus faible : en 2012, le Rwanda ne comptait que 32 % de femmes ministres – un chiffre certes supérieur à la moyenne mondiale, mais deux fois plus faible que pour les sièges de députés. En outre, les données de la Banque mondiale sur les parlements ne couvrent que les chambres basses des différents pays, ce qui rend empêche de mesurer vraiment la participation des femmes aux différents niveaux de gouvernement.

La participation des femmes à la politique s’améliore d’une manière générale depuis plusieurs décennies, mais les progrès sont lents. Deux régions affichent le plus grand nombre de femmes députés : l’Europe et l’Asie centrale et l’Amérique latine et les Caraïbes, avec un niveau moyen proche des 25 % en 2013.

Proportion de sièges occupés par des femmes au parlement national (%)
Proportion of seats held by women in national parliaments (%)

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord occupent le bas du classement même si c’est la région où la progression des femmes dans les parlements a été, proportionnellement, la plus forte de toutes. Aucune femme ne siège au parlement de quatre pays : la Micronésie, Palaos, le Qatar et Vanuatu. Mais dans le cas notamment des États insulaires du Pacifique, cela peut s’expliquer par la taille restreinte de la population.

Proportion de sièges occupés par des femmes au parlement national (%)
Proportion of seats held by women in national parliaments (%)

Malgré une tendance générale à l’augmentation de la participation des femmes dans toutes les régions et dans tous les groupes de revenu de pays, il reste encore beaucoup de progrès à faire. C’est la député rwandaise Connie Bwiza Sekemana qui résume le mieux la situation : « Que nous soyons un homme ou une femme n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est l’égalité des chances, le respect des droits du citoyen et des droits humains, pour tout un chacun ».
 
Les statistiques sexospécifiques (a) de la Banque mondiale sont riches d’informations sur la participation des femmes à la vie économique et politique. Vous pouvez aussi consulter directement l’indicateur Proportion de sièges occupés par des femmes dans les parlements nationaux (%), tiré de la base sur les Indicateurs du développement dans le monde. Quant aux données sur la participation des femmes dans les parlements nationaux, ce sont celles de l’Union interparlementaire.