Syndicate content

Des cartes interactives pour visualiser l'ensemble des projets du Groupe Banque mondiale

Philippa Sigl-Gloeckner's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية | Español




« Nous faisons la promesse d’enrichir nos cartes de renseignements détaillés afin que tout le monde puisse aller sur le web, cliquer sur ces cartes, et voir immédiatement où nous travaillons et ce que nous faisons. » (Jim Yong Kim, Assemblées annuelles 2013)

L’objectif fixé par le président du Groupe Banque mondiale lors des Assemblées annuelles 2013 est aujourd’hui atteint : tous les projets du Groupe, y compris ceux de l'IFC et de la MIGA, sont désormais visualisables sous la forme d’une carte interactive (maps.worldbank.org) (a). Cette réussite est le fruit d'une longue collaboration entre les différentes équipes du Groupe, qui aura permis de surmonter les multiples difficultés rencontrées en poursuivant la voie ouverte en 2011 par le projet de « cartographie pour les résultats » (a).

Puisque la recherche de solutions transversales et la mobilisation du secteur privé sont de nos jours des aspects essentiels du développement, nous devons être en mesure de montrer aussi précisément que possible les opérations que nous menons. Nous devons savoir où va notre argent. Nous devons pouvoir mettre en évidence les synergies entre nos différentes activités ou au contraire nos carences, et nous devons partager ces informations tant avec nos partenaires qu'avec la société civile. En effet, il s'agit de données contextuelles capitales pour toute personne en charge de la planification ou de l'évaluation d'une opération.
 
Alors que le Groupe Banque mondiale s'est fermement engagé en faveur du libre accès aux données, on assiste aujourd’hui, dans le monde entier, à une utilisation de plus en plus courante des technologies de géocodage dans les projets de développement et la gestion des affaires publiques dans le but d’améliorer la transparence, les capacités d'analyse et les opérations elles-mêmes. La Banque africaine de développement a récemment lancé sa carte de projets interactive (a), et des plateformes telles que l’Open Aid Partnership (a) et l’AidData (a) compilent des données pour chacun des projets de développement financés par une grande variété d'organisations bilatérales et multilatérales, l'ensemble de ces opérations représentant plusieurs milliers de milliards de dollars. Soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates, le site FSPmaps.org (a) permet d'appréhender l'accès aux services financiers dans certains pays en développement avec un niveau de détails sans précédent. Des institutions publiques nationales se sont aussi engagées sur cette voie : les autorités des Philippines ont par exemple introduit un procédé de géolocalisation dans leur système de passation de marchés, ce qui permet de situer les marchandises livrées. À l’instar d’autres pays, le ministère des Ressources minérales du Mozambique (a) utilise quant à lui ce genre d'outils pour renforcer la transparence et stimuler l'investissement dans le secteur minier. Le fait de montrer où va l'argent est donc en train de devenir la nouvelle norme.
 
C'est pourquoi, bien qu'il s'agisse d'une importante avancée sur laquelle nous tenons à attirer votre attention, nous n'allons pas en rester là : cartographier nos projets n'est en fait qu'un début ! Plusieurs défis restent à relever : de par leur nature même, certains projets ne peuvent pas être cartographiés de cette façon. Et il reste encore beaucoup de travail pour s'assurer que cette démarche sera durablement associée aux opérations et aux diagnostics-pays. Nous devons également remédier au manque de données infranationales sur la pauvreté, ajouter d'autres couches d'informations pertinentes et améliorer les fonctionnalités pour faire de cette initiative un outil vraiment utile.
 
À partir de là, bien des possibilités s'ouvrent à nous… et c’est le moment idéal pour vous demander votre avis : quelles sont, selon vous, les données les plus importantes pour le développement ? Quel usage souhaiteriez-vous faire de cette carte, et que vous manque-t-il ?
 
Merci de répondre à ce questionnaire (a) ou de nous faire part de vos commentaires ci-dessous. Nous avons besoin de vos suggestions pour faire avancer ce projet !

Commentaires

Soumis par nanitelamio le

Bonjour Mme et Messieurs,
je suis content de cet outil capital pour toute qui fait des recherches sur des données économiques.Cependant, je souhaite que vos interventions dans les pays africains s'accentue plus avec le secteur privé et la société civile et développer avec toute la rigueur le secteur anti-corruption sous toutes ses formes surtout au sein de la délégation envoyé en Afrique pour négociation afin de briser "l'effet mouillage de barbe".Merci

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires