Syndicate content

Selon les dernières estimations, 15 000 enfants sont morts chaque jour en 2016

Emi Suzuki's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文

Ce billet reprend les dernières estimations publiées aujourd’hui par le Groupe interorganisations des Nations Unies pour l’estimation de la mortalité juvénile (IGME).

Les progrès obtenus pour réduire la mortalité infanto-juvénile (enfants de moins de cinq ans) depuis plusieurs décennies sont indéniables : entre 1990 et 2016, ce taux a diminué de 56 %, passant de 93 à 41 décès pour 1 000 naissances vivantes. Les avancées de ces 16 dernières années ont été plus rapides qu’entre 1990 et 2000. Environ 50 millions de vies ont été sauvées depuis 2000, des enfants qui n’auraient pas survécu jusqu’à leur 5e anniversaire si ce taux était resté inchangé.

Mais l’on déplore toujours 15 000 décès d’enfants par jour en 2016 (soit 5,6 millions de vies perdues par an). Par rapport aux 35 000 décès quotidiens en 1990 (12,6 millions par an), les progrès sont réels mais il reste encore beaucoup à faire pour atteindre la cible 3.2 des Objectifs de développement durable (ODD), qui prévoit que tous les pays ramènent la mortalité des enfants de moins de cinq ans sous la barre des 25 pour 1 000 naissances vivantes.

Les pays et les régions sont loin d’être égaux sur le plan de la survie des enfants : l’Afrique subsaharienne accuse le taux de mortalité des moins de cinq ans le plus élevé du monde, avec 78 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2016 (un enfant sur trois meurt avant d’atteindre cinq ans). Le contraste est frappant avec les pays à revenu élevé, qui affichent en moyenne un taux de mortalité des moins de cinq ans de 5 pour 1 000 (un enfant sur 200 n’atteindra pas son 5e anniversaire).

Deux régions concentrent à elles seules 80 % des décès d’enfants de moins de cinq ans : l’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud. Avec un taux de 133 pour 1 000 naissances vivantes (ce qui signifie qu’un enfant sur huit ne survit pas), la Somalie détient un macabre record, très loin de la Finlande, de l’Islande, du Luxembourg et de la Slovénie, qui affichent le taux de mortalité infantile le plus faible, à 2 pour 1 000 (un décès pour 500 naissances vivantes).

Le rapport de l’IGME rappelle que la plupart de ces décès sont provoqués par des maladies (majoritairement des maladies infectieuses et des complications néonatales) que l’on peut facilement éviter ou traiter par des interventions économiques à l’efficacité éprouvée. En concentrant les efforts dans les régions et les zones accusant des taux élevés de mortalité infantile, des vies supplémentaires pourraient être sauvées.

La réduction de la mortalité néonatale progresse plus lentement

C’est pendant les 28 premiers jours de la vie que le risque de décès est le plus élevé : la mortalité néonatale concerne pratiquement la moitié (46 %) des décès d’enfants de moins de cinq ans. La réduction de la mortalité néonatale est plus lente que pour la mortalité infanto-juvénile : entre 1990 et 2016, le taux de mortalité néonatale est passé de 37 à 19 décès pour 1 000 naissances vivantes (soit un chiffre nettement supérieur à la cible de 12 pour 1 000 fixée par les ODD). Par conséquent, la proportion de décès néonatals dans la mortalité infanto-juvénile totale s’est accrue sur cette période, de 41 à 46 %.

L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud comptent chacune pour 39 % des décès néonatals dans le monde. Dans le cas de l’Afrique subsaharienne, la hausse des naissances et la lente diminution de la mortalité néonatale expliquent la relative stagnation, depuis 1990, du nombre d’enfants mourant chaque année dans leurs 28 premiers jours de vie (autour de 1 million). À l’échelle mondiale, les taux de mortalité néonatale vont de 46 pour 1 000 naissances vivantes au Pakistan à 1 pour 1 000 en Islande, au Japon et à Saint-Marin. Cinq pays enregistrent la moitié des 2,6 millions de décès néonatals dans le monde en 2016 : l’Inde (24 %), le Pakistan (10 %), le Nigéria (9 %), la République démocratique du Congo (4 %) et l’Éthiopie (3 %).

Le communiqué de presse de l’IGME observe que si les tendances actuelles se poursuivent, le nombre de décès néonatals atteindra 30 millions entre 2017 et 2030. La base de données de la Banque mondiale relative aux indicateurs du développement dans le monde (WDI) montre que pratiquement la moitié des accouchements en Afrique subsaharienne et un quart en Asie du Sud ne bénéficient pas de l’assistance d’un personnel qualifié. Il faut améliorer l’accès à du personnel de santé qualifié et bien équipé au moment de la naissance et après l’accouchement pour sauver la vie des mères et des enfants.

Pour la première fois, le rapport de l’IGME inclut des données sur la mortalité des enfants âgés de 5 à 14 ans, où le risque de décès est nettement moins marqué que chez les enfants plus jeunes. Mais environ 1 million d’enfants de ce groupe d’âge sont décédés en 2016, en recul par rapport à 1990 (1,7 million). D’importants écarts existent par ailleurs d’un pays et d’une région à l’autre. Le taux de mortalité des 5-14 ans ressort à 18 pour 1 000 en Afrique subsaharienne et à 7 pour 1 000 en Asie du Sud, contre à peine 1 pour 1 000 dans les pays à revenu élevé.

Poursuivre les efforts afin de produire des estimations fiables et transparentes de la mortalité infantile et suivre la réalisation de l’ODD 3

Comme je le soulignais dans un billet précédent, les objectifs du Millénaire pour le développement ont permis aux statisticiens de collaborer afin de produire des données de meilleure qualité en appui au suivi des avancées. Créé en 2004, l’IGME avait pour objet de partager les données sur la mortalité infantile, harmoniser les estimations au sein du système des Nations Unies, améliorer les méthodes d’estimation et suivre l’évolution vers les OMD. L’UNICEF, l’Organisation mondiale de la santé, le Groupe de la Banque mondiale et la Division de la population des Nations Unies (a) en sont membres de plein droit. Aujourd’hui, il continue de produire des estimations fiables et transparentes de la mortalité infantile afin de pouvoir suivre les progrès de tous les pays en direction de la cible 3.2 des ODD. L’ensemble des données, des estimations et des informations sur les méthodes de l’IGME sont disponibles sur son site web (base de données CME Info). Les dernières estimations de la mortalité infantile de l’IGME sont également disponibles dans les bases de données du Groupe de la Banque mondiale relatives aux indicateurs du développement dans le monde (WDI) et à la santé (HealthStats).

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires