Syndicate content

Graphique : une série télé peut-elle modifier les comportements sexuels ?

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | Español

L'éducation par le divertissement, ou édutainment, peut favoriser un changement de comportement positif en s'appuyant sur la force de diffusion des médias de masse. Une étude menée récemment au Nigéria montre que les jeunes qui ont suivi la série TV Shuga sont deux fois plus susceptibles de subir un test de dépistage du VIH et, au contraire, deux fois moins susceptibles d'avoir plusieurs partenaires sexuels sur une même période. Les infections à chlamydia ont également diminué de 58 % chez les jeunes femmes qui ont suivi l'émission. 

Cliquer pour en savoir plus sur l'étude : MTV Shuga.

Graphique : la pêche stagne tandis que l'aquaculture est en plein essor

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | العربية | 中文 | Español

Alors que l'aquaculture, ou l'élevage en milieu aquatique, s'est consérablement développé ces dernières années, la pêche marine et fluviale a tendance à stagner depuis le début des années 1990. En 2013, près de 90 % de la pêche maritime surveillée par la FAO se situait à la limite des stocks durables ou en surexploitation. Un nouveau rapport estime que le secteur pourrait générer des gains additionnels nets s'élevant à 83 milliards de dollars à condition d'évoluer vers des pratiques de pêche plus optimales tout en accroissant la quantité, la qualité et la durabilité des récoltes.

En savoir plus : lire les conclusions du rapport.

L’éducation : une priorité de développement à l’échelle mondiale, régionale et nationale

Svetlana Markova's picture
L’éducation figure au premier plan des objectifs de développement durable que se sont fixés les Nations Unies et qui vont guider le programme d’action mondial pour le développement à l’horizon 2030. C’est aussi le thème qu’a choisi la Banque mondiale pour sa prochaine édition du Rapport sur le développement dans le monde. La Banque sonde par ailleurs régulièrement le point de vue d’experts en développement dans le monde entier et, systématiquement, l’éducation s’impose comme un aspect central du développement.

Dans le cadre d’un programme d’enquêtes dédié, la Banque mondiale a ainsi interrogé, ces cinq dernières années, plus de 25 000 leaders d’opinion dans le champ du développement, dans la quasi-totalité de ses pays clients, en tous points du globe. Certains pays ont été sondés à deux voire trois reprises sur la période 2012-2016.
Des représentants des autorités nationales et locales, des agences bilatérales et multilatérales, des médias, du monde universitaire, du secteur privé et de la société civile de pays en développement ont été sollicités pour répondre entre autres à cette question : « Quelle est la priorité de développement majeure dans votre pays ? » [1].

À l’échelon mondial, l’éducation s’impose comme l’une des deux priorités majeures de développement, toutes régions confondues, alors que 57 millions d’enfants dans le monde demeurent non scolarisés [2].

Pourcentage et nombre de leaders d’opinion par région pour lesquels l’éducation est une priorité de développement absolue (123 pays en développement, 2012-2016).

 

La gouvernance et la loi : aperçu du Rapport sur le développement dans le monde 2017 en 11 graphiques

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文

Comment garantir la réussite des politiques publiques au profit des citoyens ? En améliorant la gouvernance, avance la dernière édition du Rapport sur le développement dans le monde (WDR), ce terme désignant les processus d’interaction par lesquels les gouvernants et les citoyens collaborent pour concevoir et appliquer les politiques publiques.

Je ne me risquerais pas à synthétiser ici une publication qui analyse en profondeur un sujet complexe, et je vous invite plutôt à télécharger le rapport intégral en anglais ainsi qu’une version abrégée en français.
 
En revanche, je vous propose une série de graphiques et d’éléments tirés du rapport qui m’ont particulièrement frappé. À vous d’y jeter un œil et de nous dire ce que vous en pensez.
 

Le nombre de Constitutions a explosé depuis la fin du 18e siècle

Une Constitution est un ensemble de principes ou de lois fondamentales qui régissent un pays. Leur nombre a commencé à s’accroître considérablement à partir de la fin du 18e siècle, et plus particulièrement à partir des années 40, avec l’accès à l’indépendance de nombreuses colonies à travers le monde ; une autre vague importante s’est produite plus récemment, avec le démantèlement de l’Union soviétique.
 



… mais la vie des Constitutions est agitée

L’espérance de vie moyenne d’une Constitution est de 19 ans — en Amérique latine et en Europe orientale, elle atteint huit ans seulement. Selon le rapport, l’efficacité des Constitutions, à savoir leur capacité à contrôler les pouvoirs par les règles qu’elles imposent, est mitigée.

Graphique : de plus en plus de pays appliquent des quotas pour lutter contre la discrimination de genre

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | Español | العربية | 中文

Au cours des 25 dernières années, différentes formes de quotas sexospécifiques en faveur d'une meilleure représentation des femmes dans les législatures nationales se sont répandues à l'échelle mondiale. Sur les 74 pays étudiés où des lois sur les quotas de genre ont été adoptées, le Rapport sur le développement dans le monde 2017 constate que 26 pays ont atteint les quotas et qu'en 2016 48 pays n'avaient toujours mis en oeuvre de tels quotas.

Pour en savoir plus, consultez le communiqué de presse et téléchargez le résumé du rapport : banquemondiale.org/wdr2017

Graphique : un nouveau rapport prévoit une hausse des prix des matières premières en 2017

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | العربية | 中文 | Español

Les indices des prix des produits énergétiques et non énergétiques devraient augmenter respectivement de 26 et 3 % en 2017. L'indice des prix agricoles devrait rester stable. Les prix des produits industriels tels que l'énergie et les métaux semblent avoir atteint leur point le plus bas en 2016 et devraient augmenter sensiblement cette année en raison de la forte demande et de l'offre restreinte. En savoir plus sur les perspectives des marchés de matières premières

Graphique : qui sont les principaux exportateurs de produits high-tech ?

Erin Scronce's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文

Alors que les pays développés, comme l'Allemagne, les Etats-Unis et le Japon, étaient en tête des exportations high tech dans le monde en 2015 (notamment les industries aérospaciales, informatiques et pharmaceutiques), plusieurs pays en développement, dont le Mexique, la Malaisie et les Philippines, comptaient également parmi les leaders mondiaux dans ce domaine. 

Explorez TCdata360, la nouvelle base de données du Groupe de la Banque mondiale, pour en savoir plus sur le commerce et la compétitivité. Exploitez les données et outils disponibles et partagez vos créations sur Twitter avec le hashtag #TCdata360.

Graphique : Ralentissement de la croissance pour les exportateurs de produits de base

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | العربية | 中文 | Español

La faiblesse des prix des matières premières, combinée à une faible activité mondiale, continue de générer des conditions difficiles pour l'exportation de produits de base, ainsi que pour les pays émergents et en développement. Selon le nouveau rapport de la Banque mondiale sur les Perspectives pour l'économie mondiale, en 2016, les exportateurs de produits de base ont progressé plus lentement que les importateurs dans ces pays.

Enrayer la propagation du VIH malgré des moyens limités

Clemens Benedikt's picture

Comment les résultats d’une analyse de l’allocation optimale des ressources ont conduit à une refonte des budgets dédiés à la riposte contre le VIH au Bélarus

Confronté à la montée de l’épidémie de VIH mais limité dans ses moyens, le Bélarus doit assurer le traitement d’un nombre record de personnes séropositives et, dans le même temps, continuer de développer ses programmes de prévention. Pour n’importe quel planificateur, cela relève du casse-tête. Les toutes dernières estimations sur l’épidémie au Bélarus illustrent bien l’ampleur du défi, qui ne cesse de s’aggraver : selon l’ONUSIDA (a), le nombre de personnes vivant avec le VIH est passé de 5 600 en 2000 à 35 000 en 2015. Les nouvelles infections ont augmenté, de 1 700 par an en 2000 à 2 600 en 2010, pour à nouveau plus que doubler en 2015, à 5 300.
 
Les autorités se sont attelées au problème complexe de l’allocation des moyens dédiés à la lutte contre le VIH, avec le concours de la Banque mondiale, de l’ONUSIDA, du PNUD et du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. En collaboration avec le Burnet Institute de Melbourne (Australie), notre équipe de recherche a eu recours au logiciel Optima, un modèle mathématique d’analyse de l’évolution de l’épidémie, des programmes et des coûts. Nos travaux ont débuté dès le début de l’année 2015 : un timing capital puisque le pays élaborait son nouveau programme national de prévention du VIH/sida 2016-20 et, parallèlement, sa note de cadrage destinée au Fonds mondial.

3 graphiques pour savoir ce que les leaders d’opinion du monde entier pensent du changement climatique 

Jing Guo's picture
Cette page en : English | العربية | Español

Début novembre, près de 200 pays se sont réunis à la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (la COP22), à Marrakech, pour réaffirmer leur engagement à mettre en œuvre l’accord de Paris. Alors que l’enjeu de la COP21 était la signature de cet accord, celui de la COP22 concerne la prochaine étape cruciale qui permettra de passer des déclarations d’intention à l’action.

Le Groupe de la Banque mondiale a mis en place un programme annuel de sondages (a) auprès d’environ 10 000 acteurs influents au sein du gouvernement, du parlement, du secteur privé, de la société civile, des médias et des milieux universitaires d’une quarantaine de pays en développement. Ces enquêtes permettent notamment de suivre l’évolution de l’opinion en matière de changement climatique, avant et après l’accord historique signé à Paris. Grâce aux informations recueillies, on peut mieux appréhender le contexte dans lequel s’inscriront vraisemblablement les efforts destinés à appliquer l’accord.
 
Les graphiques ci-après donnent un aperçu de l’état d’esprit des leaders d’opinion (dans le monde en développement). Il en ressort globalement que les préoccupations à l’égard du changement climatique se sont nettement accentuées au cours des quatre dernières années. Même si, dans nombre de pays, un pourcentage relativement plus élevé des leaders d’opinion considère l’éducation, la gouvernance ou la sécurité alimentaire comme une priorité pour le développement, la lutte contre le changement climatique est manifestement une préoccupation grandissante depuis 2015.



 

Pages