Syndicate content

L’Atlas 2018 des Objectifs de développement durable : un tout nouveau guide visuel pour mieux comprendre les données

World Bank Data Team's picture
Cette page en : English | Español | العربية
PDF (a) / Lire en ligne

« La Banque mondiale est l’un des principaux producteurs mondiaux de données et de connaissances sur le développement. Mais notre mission ne se limite pas à la publication de ces biens publics mondiaux ; nous devons aussi les rendre compréhensibles pour le grand public. L’enjeu est de faire en sorte que les responsables politiques et l’opinion publique puissent partager une vision du monde fondée sur des données factuelles. C’est une condition indispensable pour faire véritablement progresser le développement social et économique, et atteindre notamment les Objectifs de développement durable. » - Shanta Devarajan 

Nous avons le plaisir de présenter l’Atlas 2018 des Objectifs de développement durable (ODD) (a). Riche de plus de 180 cartes et graphiques, cette nouvelle publication (a) montre les progrès réalisés par les différents pays en direction des 17 ODD

Vous y trouverez de nombreuses illustrations dynamiques annotées, qui peuvent être reproduites à partir des données et du code source. Vous pouvez consulter l’Atlas des ODD en ligne (a), télécharger la publication au format PDF (a) (30Mb), et accéder aux données (a) et au code source (a) sur lesquels reposent les illustrations. 

Cet atlas n’aurait jamais pu voir le jour sans la contribution de statisticiens et de scientifiques des données travaillant au sein d’organismes nationaux et internationaux, dans le monde entier. Il est produit en collaboration avec nos collègues des équipes chargées de la recherche et des données à la Banque mondiale, ainsi que de ses pôles mondiaux d’expertise. 

Tendances et analyse des 17  ODD 

L’Atlas des ODD s’appuie sur les Indicateurs du développement dans le monde (a), une base de données qui regroupe plus de 1 400 indicateurs couvrant plus de 220 pays, dont une bonne partie sur plus de 50 ans. Par exemple, la section sur l’ODD 4 (a) comprend des données provenant de l’Institut de statistique de l’UNESCO relatives à l’éducation et à son impact dans le monde. 

Les diverses sections présentent des données par pays, par région et par catégorie de revenu, souvent ventilées en fonction du sexe, du niveau de richesse et de la zone géographique. 



L’Atlas des ODD explore également les nouvelles données produites par des scientifiques et des chercheurs dans des domaines où les normes destinées à mesurer les cibles des ODD sont toujours en cours d’élaboration. Par exemple, la section traitant de l’ODD 14 (a) s’appuie sur des recherches menées par la plateforme Global Fishing Watch (a) et publiées cette année dans la revue Science (a). Ce projet a suivi pendant quatre ans (2012-2016) plus de 70 000 navires de pêche industriels, et analysé 22 milliards de messages échangés dans le cadre du système d’identification automatique des navires, dans le but de cartographier et de quantifier les activités de pêche dans le monde. 

De nouvelles données et méthodes de mesure du développement 

L’Atlas met en évidence l’évolution des indicateurs des ODD, mais pas seulement. Il se penche également sur les problèmes de mesure que posent certains objectifs. Par exemple, les définitions nouvelles et plus précises de l’accès à l’eau et à l’assainissement présentées dans l’ODD 6 (a) montrent que si près de 90 % des habitants de la planète ont accès à des services d’eau « au moins élémentaires », seulement 71 % ont accès à une source d’eau potable « gérée en toute sécurité », c’est-à-dire facilement accessible et exempte de toute contamination. 



Concernant l’ODD 8 (a), les derniers chiffres issus de la base de données Global Findex révèlent que 69 % des adultes dans le monde possèdent un compte dans un établissement financier ou auprès d’un prestataire de services d’argent mobile. Mais quelque 1,7 milliard de personnes ne sont toujours pas bancarisées, et l’accès à un compte courant diffère fortement suivant la région, l’âge, le niveau d’instruction, le sexe et la richesse. 



La section relative à l’ODD 3 (a) repose sur de nouvelles données concernant la couverture sanitaire universelle (a) : en 2010, plus de 800 millions de personnes dans le monde consacraient plus de 10 % du budget de leur ménage à des frais de santé. 



 

Données en libre accès et code open source 

La production de l’Atlas des ODD utilise principalement le langage de programmation statistique R et la bibliothèque graphique ggplot. Le code utilisé pour produire chaque graphique est disponible sur github (a). Il est en outre possible de visualiser le code source des différentes figures, à l’instar de celle ci-dessous


 

Cette approche permet aux utilisateurs de comprendre comment tel ou tel chiffre a été obtenu, les traitements dont les données ont fait l’objet et les hypothèses sous-jacentes. Elle leur donne aussi la possibilité d’utiliser notre code et nos données et de les adapter à leurs besoins, tout en facilitant la maintenance et les mises à jour. 

L’essentiel des données proviennent de l’API de la Banque mondiale (a). Le Catalogue de données de la Banque mondiale (a) propose un aperçu des données de l’API utilisées dans cette publication, ainsi que des données émanant d’autres sources. 

Ne manquez pas notre prochain billet sur les enseignements que nous avons tirés de la production de l’Atlas des ODD et sur les solutions que nous avons mises en œuvre pour parvenir à cette publication e

Vos questions et commentaires (soumis à modération)