Syndicate content

Les données font apparaître une hausse du crédit intérieur dans les pays en développement

Buyant Erdene Khaltarkhuu's picture
Cette page en : English | 中文 | العربية | Español

L’accès au financement, la disponibilité du crédit et le coût des services associés sont autant de facteurs essentiels au développement financier. Le crédit finance la production, la consommation et la formation de capital, qui, à leur tour, permettent l’activité économique. La disponibilité du crédit pour les ménages, les entreprises privées et les entités publiques atteste de la croissance du secteur bancaire et financier dans le monde.

Dans ce billet, nous examinons les tendances des données relatives au crédit intérieur qui sont compilées dans les Indicateurs du développement dans le monde 2014 (a), en nous intéressant à ce que ce type de données révèle sur l’évolution du paysage financier dans les pays en développement.
 
Q : Qu’est-ce que le « crédit intérieur fourni par le secteur financier » ?
R : Le secteur financier englobe les autorités monétaires telles que la banque centrale (l’entité qui contrôle la masse monétaire d’un pays), les banques de dépôt (banques commerciales) et autres institutions financières. Dans de rares pays, l’État conserve des réserves internationales sous forme de dépôts dans le système financier plutôt qu’au sein de la banque centrale. Les créances sur l’administration centrale étant exprimées en valeur nette (créances moins dépôts de l’administration centrale), ce chiffre peut être négatif ; par conséquent, le crédit intérieur procuré par le secteur financier sera lui aussi négatif. 

Q : Qu’est-ce que le « crédit intérieur fourni au secteur privé » ?
R. : Le crédit intérieur fourni au secteur privé désigne les ressources financières apportées aux ménages et aux entreprises par les entreprises financières sous forme de prêts, d’achats de titres autres que de capital, de crédits commerciaux et autres créances. En outre, dans certains pays, le crédit au secteur privé peut parfois inclure le crédit aux entreprises détenues en partie ou en totalité par l’État.
 
Q. : Quelles sont les caractéristiques du crédit intérieur par région ?
R. : Le graphique ci-dessous fait apparaître la taille relative du crédit intérieur total et du crédit au secteur privé en pourcentage du PIB dans les six régions du monde correspondant à la classification de la Banque mondiale (pays à revenu faible et intermédiaire). On constate que la région Asie de l’Est et Pacifique est la plus importante source de crédit intérieur à l’économie et au secteur privé, avec respectivement 141 % et 122 % de son PIB.

Figure 1

Q. : Pourquoi avoir ajouté un nouvel indicateur : le « crédit intérieur fourni au secteur privé par les banques » ? 
R. : Cette année, nous avons inclus un nouvel indicateur, le crédit intérieur fourni au secteur privé par les banques, qui rend compte uniquement des ressources financières que les banques locales procurent aux entreprises privées. Cet indicateur vient compléter les indicateurs généraux qui existaient déjà (crédit intérieur fourni par le secteur financier et crédit intérieur fourni au secteur privé). Pour les économies en développement dont le développement financier en est encore à un stade précoce, le crédit au secteur privé est presque totalement constitué du crédit émanant des banques. Cette situation tient à la prédominance des banques dans le secteur financier, en particulier dans les pays où le marché boursier est naissant ou encore en phase de développement. Cependant, l’expansion des services financiers et les évolutions dont elle s’accompagne modifie ce schéma dans un nombre croissant de pays, tels que la Thaïlande, l’Indonésie, la Bolivie, le Mexique et la Roumanie, où l’on observe donc une augmentation du crédit au secteur privé fourni par des institutions financières autres que les banques. 

Figure 2

Q. : Y-a-t-il un pays pour lequel les données relatives à ce nouvel indicateur sont particulièrement instructives ? 
R. : Les données concernant la Thaïlande illustrent les changements qui se produisent depuis quelques années dans le paysage financier de ce pays et d’autres pays en développement. En Thaïlande, le volume total du crédit fourni par le secteur financier avoisinait 170 % du PIB en 2012, et 148 % pour le volume fourni au secteur privé, contre 116 % pour le crédit fourni par les banques au secteur privé. Cet écart de plus de 30 points s’explique par le développement rapide et récent d’autres institutions financières, notamment des sociétés de cartes de crédit, des établissements de crédit-bail et des sociétés de crédit à la consommation.
 
La base de données sur les Statistiques financières internationales du Fonds monétaire international (FMI) (a) est la source des données sur le crédit intérieur.
 
Le FMI prévoit de publier prochainement, de façon conjointe, un Manuel des statistiques monétaires et financières et un Guide de compilation des statistiques monétaires et financières alignés sur le Système de comptabilité nationale 2008 et la sixième édition du Manuel de la balance des paiements et de la position internationale de l'investissement. Pour obtenir les informations, le manuel et les directives à jour, rendez-vous sur le site Web du FMI.
 
Q. : Où puis-je trouver d’autres données sur le crédit intérieur ?
R. : Vous trouverez ci-dessous les indicateurs que nous avons utilisés pour ce billet, ainsi que leurs codes. Vous pouvez également parcourir les Indicateurs du développement dans le monde 2014 (a), ou consulter directement les tableaux 5.1 et 5.5 (a) pour visualiser ces données.
 
Indicateurs et codes utilisés dans ce billet

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires