Syndicate content

Perspectives pour l’économie mondiale : l’édition de Juin 2017 en 10 graphiques

Global Macroeconomics Team's picture

Disponible également en : English

La Banque mondiale prévoit que la croissance économique mondiale devrait se raffermir à 2,7 % en 2017 grâce notamment à une reprise des activités manufacturières et des échanges commerciaux, d'un regain de confiance sur les marchés et de la stabilisation des prix des produits de base, qui permettent aux pays émergents et en développement exportateurs de ces produits de renouer avec la croissance. La croissance des économies avancées s’accélérera en 2017 pour atteindre 1,9 % — une embellie qui profitera aussi aux partenaires commerciaux de ces pays. Alors que les conditions de financement à l’échelle mondiale restent favorables et que les cours des produits de base se sont stabilisés, la croissance de l’ensemble des pays émergents et en développement atteindra 4,1 % cette année contre 3,5 % en 2016. Des risques importants assombrissent toutefois ces perspectives : un éventuel durcissement des pratiques restrictives dans les échanges internationaux, les incertitudes entourant les politiques commerciales, budgétaires et monétaires et, à plus long terme, la faiblesse persistante de l’accroissement de la productivité et de l’investissement.

Télécharger l’édition 2017 des Perspectives pour l’économie mondiale (a).


1. Conformément aux prévisions, la croissance mondiale devrait se raffermir en 2017 pour atteindre 2,7 %. Avec un taux de croissance global de 4,1 %, les pays émergents et en développement afficheront un dynamisme supérieur à celui des économies avancées .



2. La reprise de l’économie mondiale repose en partie sur la croissance des échanges commerciaux, qui passe à 4 % après être tombée l’année dernière à son plus bas niveau (2,4 %) depuis la crise financière. Selon les projections, la croissance du commerce mondial devrait cependant rester en-deçà de son niveau d’avant la crise de 2008 .



3. La croissance devrait s’accélérer aux États-Unis et au Japon, tandis qu’elle restera robuste dans la zone euro. Même une reprise modeste de la croissance dans les économies avancées a des retombées positives sensibles sur les pays émergents et en développement .

Croissance par groupe de pays


4. La croissance se raffermit dans les pays émergents et en développement grâce à la reprise enregistrée par les exportateurs de produits de base. Cette reprise est diversifiée et concerne les pays exportateurs de produits énergétiques, de produits agricoles et de métaux .

Croissance du PIB dans les pays émergents et en développement exportateurs de produits de base
 

5. Dans les sept plus grands pays émergents — Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Mexique, Fédération de Russie et Turquie —, la croissance devrait s’accélérer sensiblement et surpasser en 2018 celle des sept plus grandes puissances économiques mondiales. Cette situation profitera également au reste des pays émergents et en développement .

Croissance du PIB
 

6. Le rebond des importations et des exportations chinoises contribue à la reprise du commerce mondial .



7. Les prix pétroliers devraient augmenter pour dépasser leurs niveaux de 2016, mais la résistance de la production de pétrole de schiste aux États-Unis devrait contenir cette hausse. Dans ce pays, les avancées technologiques et les gains de productivité permettent aux producteurs de pétrole de rester bénéficiaires même dans un contexte de baisse des cours pétroliers internationaux .


 
 
8. Les perspectives pour l’économie mondiale sont cependant fragiles, avec des risques de dégradation d’une ampleur supérieure à la moyenne historique. Parmi ces risques figurent notamment les mesures protectionnistes qui menacent de défaire plusieurs décennies de libéralisation des échanges. L’actualité de cette menace est manifeste dans les moteurs de recherche en ligne, avec une hausse notable des termes « protectionnisme », « guerre commerciale » ou encore « tarifs douaniers » .




9. Tandis que l’on observe de fortes incertitudes sur le plan des politiques économiques, les places financières affichent une faible volatilité, ce qui laisse planer la menace d’une correction brutale en cas de réévaluation soudaine des risques par le marché .


Incertitudes entourant les politiques économiques et volatilité des marchés financiers


10. On observe une augmentation de l’endettement et des déficits des pays émergents et en développement, en particulier parmi ceux qui sont très dépendants des exportations de produits de base, ce qui les rend vulnérables à une hausse brutale du coût des emprunts . 
 
Solde budgétaire global et dette publique dans les pays émergents et en développement.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires