Syndicate content

Comment faciliter la mémorisation de données ?

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : English | 中文 | Español | العربية
Visualisation des données - graphique 1

Illustration Borkin et al (a)

Bien que cela puisse sembler surprenant, il existe une discipline de recherche en plein essor qui s'intéresse à la mesure de l'efficacité des techniques de visualisation des informations. Comme le fait remarquer John Wihbey (a), en appliquant des éléments des sciences cognitives et comportementales, il est possible d'aller au-delà de certaines règles et des critiques souvent subjectives de la représentation graphique, pour voir ce qui marche dans un cadre expérimental.

Dans le cadre d’une étude passionnante (a), Michelle Borkin (a) a demandé à des sujets d'examiner une sélection de représentations graphiques issues du jeu de données Massvis (a) tandis qu'elle effectuait un suivi des mouvements de leurs yeux, puis leur a demandé de décrire en détails ce qu'ils se rappelaient de ces représentations.


Qu'a montré cette étude ?

Visualisation des données - graphique 2

Illustration Borkin et al (a)
 
1) Les représentations graphiques de données qui sont mémorisées « d'un simple coup d'œil » ont un contenu facile à mémoriser.
Une représentation visuelle qui peut être appréhendée rapidement (avec un minimum de mouvements des yeux) semble plus facile à se remémorer ultérieurement.
 
2) Le titre et le texte constituent des éléments essentiels d'une représentation graphique et aident à se rappeler du message véhiculé.
 
L’expérience montre que le titre attire l'attention des gens, et que ceux-ci passent l'essentiel de leur temps à regarder les éléments textuels. Elle montre donc que les lecteurs s'attardent plutôt sur le contenu du titre et du texte lorsqu'ils examinent une représentation visuelle de données et que cela les aide à l'appréhender et à la mémoriser. Concrètement, on peut voir dans le diagramme ci-dessus que le titre constitue l'aspect qui est le plus souvent mentionné lorsqu'on demande aux gens ce dont ils se rappellent.
 
3) Les pictogrammes n'entravent ni la compréhension ni la mémorisation d'une représentation graphique.
Les pictogrammes, ou « objets reconnaissables » (tels que des icônes représentant l'eau, l'éducation, la nourriture, etc.) peuvent servir d'accroches visuelles qui retiennent l'attention et favorisent la mémorisation, en complément ou à la place du texte. L'étude souligne cependant que les pictogrammes qui sont insuffisamment clairs ou dépourvus de liens avec le message véhiculé par la visualisation produisent en revanche une certaine confusion et détournent l'attention.
 
4) La redondance favorise la compréhension et la mémorisation.
Répéter les données et les messages dans une représentation graphique contribue à une meilleure compréhension de celle-ci et améliore sa mémorisation.

Vous tous qui pratiquez la « data visualisation », que devriez-vous faire différemment ?

Aspect intéressant, les conclusions de cette étude viennent étayer quantitativement bon nombre de directives de conception graphique qualitatives conventionnelles, ce qui signifie que, si vous maîtrisez déjà ces dernières, bonne nouvelle, vous pouvez continuer sur la même voie !

J'aide souvent des collègues à créer des diagrammes, graphiques et autres représentations visuelles de données pour le web, et le premier conseil que je leur donne est toujours de commencer par trouver un bon titre ou une bonne accroche. L'étude réalisée par Michelle Borkin offre de nombreux enseignements, mais si vous devez n’en retenir qu'un, c'est celui-là.
 
Pour en savoir plus, vous pouvez lire une analyse plus détaillée de cette étude (a) ainsi qu'un entretien avec Michelle Borkin sur le blog de John Wihbey (a).

Vos questions et commentaires (soumis à modération)