Syndicate content

octobre 2012

Le CGAP annonce le gagnant de son concours de photographie 2012

© Yavuz Sariyildiz - Gagnant CGAP 2012

Le gagnant du concours photo 2012 du CGAP est Yavuz Sariyildiz de Turquie. Sa photo a été choisie parmi un nombre record de 2 500 projets soumis par des photographes professionnels et amateurs de plus de 80 pays à travers le monde. La photo, intitulée « Smoke of Charcoal », montre des hommes séparant du charbon de bois dans le but de le vendre au marché local.

Comment restaurer la croissance et étendre la prospérité ? L’éclairage de Jim Yong Kim

Donna Barne's picture

Disponible en English, Español

Jim Yong Kim interviewé par le Wall Street Journal. Banque mondiale

Il y a quelques semaines, le président de la Banque mondiale lançait une grande discussion mondiale sur les solutions pour mettre fin à la pauvreté, en invitant le grand public à lui faire part de ses idées et opinions. Le jour de l’ouverture des Assemblées annuelles 2012 à Tokyo, il a détaillé son propre point de vue sur cet enjeu à l’occasion d’un

Jim Yong Kim était interviewé par Jacob Schlesinger, chef du bureau de Tokyo pour le WSJ et le Dow Jones Newswires, et s’est exprimé sur une grande variété de sujets, de la nécessité de créer des emplois à celle de trouver des solutions au changement climatique. Il est aussi revenu sur son engagement d’accélérer les efforts de la Banque afin d’atteindre l’objectif qu’elle s’est toujours fixé : l’éradication de l’extrême pauvreté.

Accaparement des terres agricoles : la véritable position du Groupe de la Banque mondiale

Rachel Kyte's picture

Disponible en : English, عربي

Aujourd’hui, à Tokyo, parallèlement à nos Assemblées annuelles où la sécurité alimentaires tient une grande place dans les discussions, j’ai eu quelques minutes pour prendre part à la réunion d’Oxfam sur les acquisitions massives de terres agricoles dans les pays en développement.

J’y ai une nouvelle fois déclaré que la meilleure solution pour faire cesser ce phénomène passait par la présence et l’engagement du Groupe de la Banque dans l’agriculture, garant du respect de normes strictes. Tout comme Oxfam, nous dénonçons la ruée sur les terres. Et c’est précisément la raison pour laquelle la Banque mondiale doit continuer de jouer un rôle actif dans le secteur agricole.

J’ai été rassurée d’entendre Oxfam affirmer que ses efforts ne visaient pas la Banque en premier lieu. Tant mieux, car la plupart de nos investissements agricoles aident les producteurs pauvres à cultiver des denrées alimentaires et ne font pas intervenir des achats de terres.

À proximité de l’épicentre du séisme au Japon, un nouvel élan pour « rendre le monde plus sûr »

Donna Barne's picture

Disponible en English, عربي

Sur une plaine côtière à proximité de Sendai, au Japon, s’élève un symbole de survie.

L’école de quatre étages était le bâtiment le plus haut du quartier. Avant la catastrophe, les enfants de cette localité de 980 habitations jouaient et allaient à l’école. Aujourd’hui, il ne reste plus que les ruines des fondations en béton. Le 11 mars 2011, plus de 300 personnes se sont réfugiées sur le toit de l’école primaire d’Arahama et ont survécu au gigantesque tsunami qui a frappé les côtes japonaises. Pour Takao Kawamura, le principal de l’école, ce jour-là, des vies ont pu être sauvées grâce aux exercices d’évacuation effectuées auparavant et au niveau de préparation de l’école et de la population.

L’histoire de cette école a trouvé un écho lors du Dialogue de Sendai (a), le 10 octobre, à l’occasion duquel des dirigeants, des experts des situations d’urgence et des spécialistes du développement ont débattu des moyens de mieux se préparer aux catastrophes dans un monde où les risques ne cessent d’augmenter et où le nombre de catastrophes a doublé en 30 ans.

TEDxSendai, un condensé de témoignages et d’idées pour mieux résister aux catastrophes

Ravi Kumar's picture

Disponible en English

SENDAI (JAPON) | Lorsqu’une catastrophe naturelle survient, c’est dans les liens qui ont été tissés au sein de la population que les survivants trouvent la force de se reconstruire. La clé du relèvement réside donc dans la résilience des communautés, et les pouvoirs publics (de même que les autres acteurs concernés) doivent non seulement pourvoir aux ressources nécessaires habituelles mais aussi instiller cette résilience dans le tissu social.

Tel est le message qu’ont voulu relayer plusieurs intervenants lors de la conférence TEDxSendai (a) consacrée aux catastrophes naturelles et organisée dans la plus grande agglomération de la région de Tohoku, durement éprouvée par le séisme et le tsunami de mars 2011.

Une visite impromptue du président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, est venue couronner ces trois heures de dialogue. Il a affirmé sa confiance dans « la possibilité d’instaurer des systèmes résilients ».

La fin des inégalités pour les femmes entrepreneurs

Caroline Anstey's picture

Disponible en English, Español, 中文

femme entrepreneur

Que faut-il faire pour que le monde se réveille et réalise les avantages qu’il y a à soutenir l’entrepreneuriat féminin dans les pays en développement ?

Légende photo : Une femme travaille dans un petit magasin au Ghana, par Arne Hoel

S’il vous semble bizarre de poser cette question au XXIe siècle, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Nous savons que les femmes représentent près de la moitié de la population active mondiale. De plus, nous savons que, dans les économies en développement, les petites et moyennes entreprises sont dirigées, pour 30-40 % d’entre elles, par des femmes.

Or au moins 9 entreprises sur 10 détenues par une femme n’ont pas accès à des prêts. Imaginez ce que peut ressentir une femme qui a monté une petite affaire dans un pays en développement : elle compte un bon nombre de clients et a élaboré une stratégie pour développer son activité, mais elle ne peut pas obtenir de prêt. Ce n’est pas un cas isolé, mais une réalité pour beaucoup de femmes dans le monde en développement. Et le sentiment de frustration qu’éprouvent ces femmes rappelle fortement celui que l’on décèle encore chez leurs sœurs plus âgées des pays riches quand elles racontent qu’il y a trente ans, elles se voyaient refuser les prêts immobiliers bien qu’elles disposaient d’un revenu garanti. 

5 conseils pour lancer un mouvement social

Jim Yong Kim's picture

Disponible en English, 中文, عربي

La Banque mondiale souhaite contribuer au lancement d’un mouvement social pour mettre fin à la pauvreté et permettre à chacun de profiter des fruits de la prospérité. Comment procéder, concrètement ? Que faut-il faire, plus généralement, pour initier un mouvement social ?

Vaste problème. Le monde regorge d’exemples malheureux et les obstacles sont légion, sans parler des Cassandre qui vous en dissuadent en affirmant que c’est mission impossible et que tous ceux qui ont essayé avant se sont cassé les dents. Pourquoi perdre du temps dans une vaine entreprise ? Quand bien même Albert Camus le tenait pour un homme heureux, Sisyphe n’est jamais parvenu à hisser son rocher au sommet de la montagne.

Mais après pratiquement trente ans de lutte contre la pauvreté, j’en suis venu à la conclusion que l’optimisme reste une option viable, même devant ce qui paraît insurmontable. Si votre cause est juste et que vous travaillez dans une institution qui a les moyens de faire vraiment la différence dans le quotidien des pauvres, alors l’optimisme devient une responsabilité morale.

2,3 millions de morts en 30 ans : face aux catastrophes, il faut installer une culture de la résilience

Rachel Kyte's picture

Disponible en Español, English

Pour qui examine la situation des habitants du monde, le constat est clair : nos sociétés modernes manquent cruellement de résilience face aux chocs naturels. Les villes se sont étendues en toute anarchie dans des zones exposées aux inondations et aux tempêtes, détruisant des barrières naturelles et rejetant souvent les pauvres à la lisière, aux endroits les plus vulnérables. Les sécheresses, dont la récurrence s’accélère avec le changement climatique, prélèvent leur dîme sur l’agriculture et provoquent des pénuries alimentaires.

Au cours des trente dernières années, les catastrophes naturelles ont fait plus de 2,3 millions de victimes. C’est l’équivalent de la population de Houston ou de la Namibie.

Assemblées annuelles 2012 de la Banque mondiale : Programme des webcasts en direct

Maureen Hoch's picture

Disponible en EnglishEspañol, عربي

Quelles solutions pour éradiquer la pauvreté ?

Les Assemblées annuelles 2012 du FMI et de la Banque mondiale et les manifestations parallèles débutent à Tokyo le 9 octobre. Nous avons rassemblé pour vous la liste des principaux webcasts qui seront proposés en direct des Assemblées. Toute la semaine, ces événements seront également relayés sur Twitter, avec le hashtag #wblive.

Comme provoquer le changement ? Comment mettre fin à la pauvreté ?

Jim Yong Kim's picture

Disponible en EnglishEspañol, عربي

Quelles impulsions apportent le changement ? Quelle action influe sur les politiques en place ? Quelle motivation profonde nous pousse à faire le bien dans notre société ?

Il y a une expérience, dans ma vie, que je n’oublierai jamais.

En 1987, le docteur Paul Farmer, quelques autres et moi-même avons participé à la fondation d’une organisation — Partners in Health — dont le but était de fournir un accès à des soins de qualité aux pauvres. Les premiers temps, notre travail s’est principalement concentré sur Haïti. Sept ans plus tard, nous avons mis en place un programme à Carabayllo, un quartier situé à la périphérie de Lima, au Pérou.