Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

février 2018

Une nouvelle publication qui démystifie les technologies d’identification numérique

Luda Bujoreanu's picture
Cette page en : English | Español | العربية

Alors que plus de 1,1 milliard d’individus dans le monde ne possèdent pas de document officiel d’identité, on assiste aujourd’hui à la maturation rapide d’un grand nombre de technologies qui, du fait de leur coût de plus en plus abordable, pourraient permettre aux pays de sauter l’étape des « papiers » d’identité pour accéder directement à l’ère du numérique. Mais cette profusion de solutions technologiques n’est pas sans inconvénient : il devient difficile de rester au fait de l’évolution des diverses technologies disponibles. C’est pourquoi le Groupe de la Banque mondiale vient de publier un nouveau rapport offrant un panorama des tendances actuelles et émergentes en matière d’identité numérique.

Face au foisonnement d’informations disponibles, le nouveau rapport dresse un tableau synthétique des technologies d’identification numérique, bien établies ou émergentes, pour permettre au lecteur de mieux comprendre leurs modalités de fonctionnement et d’identifier les choix les plus appropriés à chaque stade du processus. Les auteurs présentent aussi les principales difficultés que chaque technologie est en mesure ou non de résoudre, et les tendances essentielles à connaître.

Les systèmes hors-réseau fournissent de l’électricité à des millions de personnes

Riccardo Puliti's picture
Cette page en : English


Imaginez une île, au large du Bangladesh, si isolée qu’un raccordement au réseau d’électricité n’est pas envisageable, ni maintenant ni probablement dans un avenir proche. C’était le cas à Manpura il y a encore quelques années.

Aujourd’hui, Manpura se développe, grâce à l’énergie solaire. Les marchés fourmillent d’activité, les habitants disposent de l’électricité pour faire fonctionner leurs téléviseurs, leurs ventilateurs et même leurs réfrigérateurs, et les rues sont éclairées la nuit. Dans les zones rurales du Bangladesh, les systèmes solaires domestiques ont permis de fournir de l’électricité à plus de 20 millions de personnes.

L’électricité solaire hors-réseau a tout simplement changé la vie des populations .

Forum sur la fragilité 2018 : prévenir et gérer les risques pour favoriser la paix et la stabilité

Franck Bousquet's picture
Cette page en : English | العربية | Español
© Caroline Gluck/Oxfam


Dans quelques jours la Banque mondiale accueillera un millier de personnes pour l’édition 2018 du Forum sur la fragilité. Décideurs publics de pays développés et en développement, acteurs de l’humanitaire, du développement, de la paix et de la sécurité, chercheurs et représentants du secteur privé : les participants au Forum se réuniront à Washington avec l’objectif d’accroître leur impact et leur efficacité collective dans les pays en proie à la fragilité, au conflit et à la violence.

Cette année, notre Forum sera consacré au rôle de la gestion des risques dans la promotion de la paix et de la stabilité. Un thème qui traduit une évolution stratégique dans la manière d’aborder la question des fragilités, des conflits et des violences, en mettant notamment la prévention au premier plan. Cette nouvelle approche est au cœur d’une étude conjointe de la Banque mondiale et des Nations Unies qui paraîtra très prochainement sous le titre Pathways for Peace: Inclusive Approaches to Preventing Violent Conflict. Ses auteurs appellent la communauté internationale à davantage miser sur la prévention pour instaurer la paix, en insistant sur l’importance d’une identification précoce des risques et d’une coopération étroite avec les autorités nationales pour améliorer les réponses apportées aux menaces et renforcer l’inclusion.

Printemps arabe : des processus inachevés

Juliana J Biondo's picture
Cette page en : English | العربية
Helen Zughaib, The Places They Will Go, 2015-2016, dimensions variable, individual children’s shoes, painted in acrylic gouache on adhesive photo installation. © Helen Zughaib
Oh, The Places They Will Go, 2015-2016, chaussures d’enfant dépareillées, peintes à la peinture acrylique, sur un support photo adhésif. © Helen Zughaib 


Chacune est différente. Ici, un liseré rose avec un assortiment de pois orange, fuchsia et opaline. À côté, des rayures rouge et orange, avec des bordures turquoise. Plus loin, des damiers violet, bleu et rouge, avec une pointe de lavande. En tout, ce sont 22 baskets en toile pour enfant, peintes à la main par l’artiste Helen Zughaib. Cette œuvre, baptisée Oh, The Places They Will Go, faisait partie d’une exposition monographique présentée au siège de la Banque mondiale, à Washington, du 28 janvier au 16 février 2018, et intitulée The Arab Spring – Unfinished Journeys. Une manifestation née de la collaboration entre le Programme artistique de la Banque mondiale, qui organise des expositions nationales et internationales régulières pour mettre en lumière les grands enjeux du développement, et le vice-président régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Hafez Ghanem.

L’exposition The Arab Spring – Unfinished Journeys trace un trait d’union important entre la crise des réfugiés et des déplacés qui s’aggrave chaque jour un peu plus et les efforts continus de la Banque mondiale pour soutenir la reconstruction et le redressement et remédier aux causes profondes des conflits et des violences — de la création de nouveaux dispositifs de financement destinés à la Jordanie et au Liban à la mise en place de programmes de transferts monétaires au Yémen pour permettre aux populations de s’alimenter.

Un appel lancé depuis le Sénégal : il faut investir dans le capital humain et la protection de la planète

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | Español | العربية



Au début du mois de février, le Sénégal a été au premier plan de deux combats essentiels pour la communauté internationale : la lutte contre le changement climatique et l’amélioration de la qualité de l’éducation dans un monde en pleine mutation.

Le président de la République française Emmanuel Macron et son homologue sénégalais Macky Sall ont coprésidé la conférence de reconstitution des ressources du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), qui s’est tenue à Dakar le 2 février. Le GPE est une plateforme de financement qui a pour mission d’aider les pays à faible revenu à non seulement accroître le nombre d’enfants scolarisés mais aussi à faire en sorte qu’ils maîtrisent les apprentissages requis.

Cette conférence a permis aux dirigeants africains et à leurs partenaires de faire connaître leur détermination à fournir une éducation qui prépare les enfants à l’économie de demain et favorise les progrès socioéconomiques.

Cryptomonnaies et technologie blockchain : de nouvelles armes contre la corruption

Enrique Aldaz-Carroll's picture
Cette page en : English | العربية | Español
© Pixbaby/Creative Commons
© Pixbaby/Creative Commons


La technologie des chaînes de blocs (ou blockchain) et les cryptomonnaies de type bitcoin pourraient révolutionner les méthodes de paiement et les rapports commerciaux. Elles offrent également des perspectives très prometteuses pour lutter contre la corruption.

Les avancées technologiques ont le potentiel d’accroître considérablement la responsabilité et la transparence des dépenses publiques et d’endiguer ainsi la corruption. Quand un gouvernement décide par exemple de construire une route, il est désormais en mesure de suivre le moindre dollar dépensé, d’identifier ceux qui utilisent les fonds et de veiller à ce que seules les personnes autorisées à dépenser cet argent le font dans les délais convenus et en fonction des objectifs initialement prévus. Les enquêtes pour fraude et corruption, qui durent aujourd’hui en moyenne 15 mois (a), pourraient être bouclées par la simple activation d’une touche sur un clavier et à un coût très inférieur. Surtout, ce type de suivi dissuaderait toute velléité de corrompre un fonctionnaire, sachant que les pots-de-vin représentent aujourd’hui entre 1 500 et 2 000 milliards de dollars par an, soit environ 2 % du PIB mondial (a). Autant de gains qui amélioreraient les effets des actions de développement. Il suffirait, pour cela, d’adopter une cryptomonnaie et de faire appel à un logiciel de blockchain.

Quand la protection sociale adaptative permet d’affronter les crises et de renforcer la résilience

Michal Rutkowski's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Dans un monde fait de risques grandissants, les systèmes de protection sociale aident les individus et les familles à affronter les chocs : guerre civile, catastrophe naturelle, déplacement forcé, etc. © Farhana Asnap/Banque mondiale

Dans notre monde actuel, les situations de crise sont devenues la norme. En 30 ans, les catastrophes naturelles ont tué plus de 2,5 millions de personnes et entraîné des pertes chiffrées à pratiquement 4 000 milliards de dollars. Rien que pour l’an dernier, la facture a frôlé un montant record de 330 milliards de dollars. Le changement climatique, la pression démographique et d’autres évolutions touchant notre planète peuvent aussi aggraver la fragilité. Aujourd’hui, 80 % de tous les besoins humanitaires découlent d’un conflit tandis que la part des plus démunis vivant dans une zone en conflit devrait franchir la barre des 60 % à l’horizon 2030.

Quand l’éducation par le divertissement change notre conception du développement

Arianna Legovini's picture
Cette page en : English | العربية | Español
 ​

Améliorer le bien-être de tous ne se résume pas à proposer des services. Cela suppose aussi que chacun s’investisse activement au développement, en exigeant des services et des produits utiles au quotidien et en adoptant des réflexes propres à améliorer son existence. La prévention en matière de santé en est une bonne illustration.

En 2009, dans le cadre de notre atelier sur l’évaluation des résultats obtenus dans la lutte contre le sida organisé en Afrique du Sud, dans la ville du Cap, j’ai suivi l’intervention de Nancy Padian. Cette chercheuse en médecine au Women’s Global Health Imperative (a) a passé au crible les conclusions d’essais randomisés contrôlés testant l’efficacité des campagnes de prévention du VIH.

L’étude (a) présentée expliquait qu’une trentaine de ces campagnes avaient échoué à modifier le comportement sexuel et à faire baisser l’incidence du VIH.
Ce travail nous a donné à réfléchir : il faisait ressortir l’inefficacité de campagnes de communication qui ne parvenaient ni à changer les comportements ni à enrayer l’épidémie du VIH.
Un examen plus approfondi a mis en évidence une communication privée de trames narratives inspirantes et reposant sur des supports désuets et sans intérêt (panneaux d’affichage, dépliants, etc.).

Nous nous sommes alors posé la question de savoir si nous pouvions faire autrement.

Quel est le coût d’un emploi créé ?

David Robalino's picture
Cette page en : 中文
Cette page en : English | Español 
Un investissement de 10 millions de dollars permet de créer à peine quelques centaines d’emplois directs. / Photo : Nugroho Nurdikiawan Sunjoyo / Banque mondiale (Yogyakarta, Indonésie)


La création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité est au cœur des activités de la Banque mondiale, et c’est aussi l’objectif de la quasi-totalité des pays, qu’ils soient développés ou en développement. Mais bien souvent, le débat se focalise sur le coût et l’efficacité des programmes et projets de création d’emplois.
 
J’ai récemment participé à une discussion portant sur un projet de développement visant à créer des emplois. L’un des intervenants était opposé à ce projet, jugeant trop élevé le coût par emploi créé : « plus de 20 000 dollars par emploi », un chiffre qu’il comparait aux coûts nettement plus faibles (de 500 à 3 000 dollars) qui sont généralement associés aux programmes actifs du marché du travail (formation, aide à la recherche d’emploi, subventions salariales ou grands travaux publics).
 
Mais quelle réalité se cache derrière ces chiffres ?

Maximiser les financements pour le développement : une stratégie qui fait ses preuves

Hartwig Schafer's picture
Cette page en : English | العربية | Español
People in Saint-Louis, Senegal. © Ibrahima BA Sané/World Bank
Saint-Louis (Sénégal). © Ibrahima BA Sané/Banque mondiale

Il faudra des investissements massifs pour mettre fin à l’extrême pauvreté et favoriser une prospérité partagée à l’horizon 2030. Pour être à la hauteur de ces ambitions et atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), les besoins se chiffreraient jusqu’à 4 500 milliards de dollars chaque année. À l’évidence, nous n’y parviendrons pas en nous appuyant uniquement sur les financements publics. Soyons clairs : les pays ne réussiront à atteindre les ODD et à améliorer ainsi les conditions de vie de leur population que s’ils mobilisent davantage de ressources nationales et s’ils attirent plus de financements privés pour compléter et démultiplier les fonds publics et l’aide au développement. C’est ce que l’on appelle « maximiser les financements pour le développement ».

L’impôt au service des ODD

Jan Walliser's picture
Cette page en : 中文 |​ English 
Groupe de la Banque mondiale


La fiscalité joue un rôle clé dans la mobilisation et l’affectation des ressources intérieures nécessaires à la fourniture de services publics essentiels et, plus largement, à l’atteinte des objectifs de développement des gouvernements.

L’évasion fiscale et les paradis fiscaux ont fait la une des journaux dernièrement. Si ces phénomènes constituent un réel obstacle à la justice fiscale, elles ne doivent pas occulter l’énorme travail qu’il faut entreprendre pour aider les pays à améliorer leurs politiques fiscales, et pour que celles-ci soient appliquées efficacement par une administration structurée et compétente.

Taxation des richesses : vers de nouvelles règles du jeu

Jim Brumby's picture
Cette page en : 中文
Cette page en : English

L’ampleur croissante des inégalités de revenu est un problème crucial dans de nombreux pays, comme l’a récemment souligné le FMI dans son Moniteur des finances publiques. Pourtant, la richesse est encore plus inégalement répartie que le revenu, ainsi que le montre le schéma qui suit.
 



Malgré la fameuse proposition (a) de Thomas Piketty — instaurer une taxe généralisée de 2 % sur le patrimoine des plus riches — il n’existe que très peu de taxes visant explicitement la richesse, que ce soit dans les économies développées ou émergentes. D’ailleurs, entre 1985 et 2007, le nombre de pays de l’OCDE taxant la richesse est tombé de douze à quatre. Et dans bien des cas, ces mécanismes étaient et sont toujours assez peu efficaces. Les pays en développement ne prévoient que très rarement une taxe sur le patrimoine et l’Inde a purement et supprimé la taxe existante de son dernier budget national.

Une approche unifiée pour réduire les risques qui pèsent sur la santé humaine, animale et environnementale

Juergen Voegele's picture
 Trevor Samson / Banque mondiale


Les autorités malgaches et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont annoncé en novembre dernier que l’épidémie de peste pulmonaire à Madagascar était jugulée. Pour nous comme pour beaucoup d’autres, cette nouvelle a constitué un soulagement considérable...

5 tendances à suivre sur les réseaux sociaux et dans le numérique en 2018

Zubedah Robinson's picture
Cette page en : English | العربية | Español


Il faudra innover davantage pour faire face aux graves problèmes de développement qui persistent dans le monde. Nous avons examiné quelques-unes des grandes tendances numériques que les acteurs du développement mettent à profit pour atteindre et mobiliser leur public. Voici les cinq premières, qui devraient avoir le vent en poupe en 2018 !

10 millions de filles apprennent à coder à l’école : la parité dans l’informatique, c’est possible

Hadi Partovi's picture


Depuis que j’ai fondé le site Code.org, on me demande souvent s’il est vraiment nécessaire d’apprendre à tous les enfants à « coder ». Tout d’abord, il faut élargir cette question à l’informatique dans son ensemble : il ne s’agit pas que d’apprendre à coder ou programmer, mais aussi d’étudier la pensée « computationnelle », c’est-à-dire la résolution de problèmes, la science des données, l’apprentissage automatique, la cybersécurité, les réseaux, la robotisation, etc. Au XXIe siècle, la maîtrise de notions essentielles dans ce domaine est aussi fondamentale que des matières comme la biologie, la chimie ou les maths. Tous les élèves ne s’orienteront pas vers des cursus informatiques mais tous devraient pouvoir avoir le choix.

L’informatique est l'un des secteurs les plus dynamiques, rémunérateurs et pourvoyeurs de nouveaux emplois. Pourtant, les femmes ne représentent que 26 % de la main-d’œuvre des filières technologiques et moins de 20 % des étudiants en informatique...

Doing Business suscite des critiques erronées

Shanta Devarajan's picture
J’accepte volontiers les critiques et les commentaires à propos du rapport Doing Business — et, au demeurant, au sujet de tout autre produit de données ou de recherche de la Banque mondiale. Les récents billets de Justin Sandefur et Divyanshi Wadhwa sur les travaux de Doing Business consacrés au Chili et à l’Inde ne me paraissent toutefois ni instructifs ni utiles. En 2013, les auteurs d’une évaluation externe de Doing Business avaient recommandé, entre autres, d’élargir la gamme d’indicateurs pour mieux faire apparaître les obstacles entravant l’activité des entrepreneurs et accroître l’exhaustivité de Doing Business comme outil de comparaison au profit de la réglementation des entreprises. En conséquence, des indicateurs portant sur les différences entre les sexes, la fiabilité de l’approvisionnement en électricité et le « commerce transfrontalier » ont été soit ajoutés à la série d’indicateurs existants, soit sensiblement remaniés. Ces modifications ont été adoptées à l’issue de vastes consultations avec des universitaires et des représentants des autorités nationale ainsi qu’avec des membres du personnel, de la direction et du Conseil des administrateurs de la Banque mondiale. En raison de ces importants changements de méthodologie, nous avons déconseillé de comparer les classements au cours de l’année de la révision : un tel exercice serait revenu à comparer des pommes et des oranges. En outre, il aurait été impossible de comparer la même batterie d’indicateurs sur une période de deux ans, car les données nécessaires n’existaient tout simplement pas. Avant 2015, par exemple, la série d’indicateurs de Doing Business portant sur le commerce transfrontalier évaluait entre autres la quantité de pièces justificatives nécessaires pour satisfaire aux contrôles douaniers. Ce type d’information n’étant plus inclus dans la série d’indicateurs, les données correspondantes ne sont plus recueillies.

L’avenir de l’agriculture en Afrique : les nouvelles technologies au cœur d’une disruption positive

Simeon Ehui's picture
Cette page en : English | Español
© Dasan Bobo/World Bank
© Dasan Bobo/Banque mondiale

L’agriculture revêt une importance capitale pour plusieurs grands objectifs de développement en Afrique. Ce secteur est d’abord un moteur de la création d’emplois : alors que l’exploitation de la terre et l’élevage contribuent déjà à eux seuls à environ 60 % des emplois en Afrique subsaharienne, la part des emplois dans l’ensemble du système agroalimentaire pourrait être bien plus élevée. En Éthiopie, au Malawi, au Mozambique, en Tanzanie, en Ouganda et en Zambie, le système alimentaire devrait être le secteur le plus pourvoyeur de nouveaux emplois entre 2010 et 2025. De plus, l’agriculture est un vecteur de croissance durable et solidaire, ainsi que le socle d’un système essentiel pour assurer une alimentation nutritive, sûre et accessible à tous. 

Obésité : s’appuyer sur l’agriculture pour lutter contre une forme de malnutrition en progression dans le monde entier

Aira Htenas's picture
Cette page en : English | Español 

Alors que les journaux titrent sur la hausse alarmante de l’obésité, le rôle déterminant des systèmes agricoles et alimentaires dans cette épidémie fait toujours moins de doute.

En tant qu’économistes agricoles sensibles aux questions nutritionnelles, nous nous sommes attachées à mieux cerner la manière dont le secteur agroalimentaire contribue à ce problème de santé publique, mais aussi comment il peut faire partie intégrante de la solution. Les recherches conduites dans le cadre de notre récent rapport (a) dédié à ce sujet nous ont permis de mettre le doigt sur un certain nombre de facteurs.

Avant d’avancer nos conclusions, soulignons que la malnutrition constitue, pour la plupart des pays en développement, une forme de « double peine ». De fait, ils doivent supporter les coûts et les difficultés liés à l’excès pondéral tout en devant faire face à une sous-nutrition élevée, l’un et l’autre résultant souvent d’une carence en micronutriments. En d’autres termes, la malnutrition recouvre à la fois des situations de surnutrition, de sous-nutrition ou de déficit en micronutriments.
 

La génération qui mettra fin aux mutilations génitales féminines

Sandie Okoro's picture
Cette page en : English | Español | العربية
© UNFPA
© UNFPA

Pour des millions de filles et de femmes dans le monde, l’excision et les autres mutilations génitales féminines sont une réalité à laquelle elles se trouvent confrontées au quotidien — et quand une femme me confie qu’elle a été « coupée » ou parle des conséquences de cette pratique dans sa vie, cela ne m’étonne plus. Récemment, j’ai eu le privilège de discuter avec des victimes qui se battent désormais pour mettre fin à cette pratique en une génération, me rappelant qu’une seule personne peut faire la différence.

Pour la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, célébrée le 6 février, nous apportons notre soutien au mouvement #EndFGM. Cette campagne, initiée par des victimes, gagne du terrain partout dans le monde.

Les mutilations sexuelles sont une forme de violence qui touche au moins 200 millions de filles et de femmes dans le monde. Chaque jour, 6 000 filles et femmes environ vont subir ces pratiques, avec des séquelles durables et irréversibles.

Les mutilations génitales féminines sont inextricablement liées à la lutte contre l’extrême pauvreté : elles vont en général de pair avec un mariage précoce et forcé, et un niveau d’instruction inférieur à la moyenne ; les victimes ont plus de risques d’être issues d’un milieu défavorisé et de ne pas parvenir à s’en extraire. Au-delà des chiffres et des statistiques, des chercheurs ont démontré les conséquences de ces pratiques sur la santé sexuelle et le bien-être psychologique des femmes.