Syndicate content

Camion de pompier, prise d’eau et grande échelle : l’avenir des filets de protection sociale

Arup Banerji's picture

Enfant, j’adorais les camions de pompiers. Comme certes des millions d’autres jeunes garçons à travers le monde…

 

J’habitais à Calcutta et je me délectais de voir les camions rouges foncer vers un incendie, sirènes hurlantes et toutes lumières dehors, les pompiers dérouler à la hâte les longs tuyaux, les raccorder à la prise d’eau au bord de la route et pulvériser de grands jets pour éteindre le feu.

Le rapport avec les filets de protection sociale ?

Comme l’explique Margaret Grosh dans son dernier billet, il est acquis qu’en période de crise, les filets de protection sociale peuvent aider les familles à préserver leur niveau de vie et l’avenir de leurs enfants. En cas de crise, ces dispositifs peuvent être rapidement déployés pour en amortir l’impact, comme l’illustre l’exemple de l’Éthiopie lors de la sécheresse de l’année dernière ou celui du Mexique et de son programme Oportunidades destiné à atténuer les effets de la crise. Pour rester dans la métaphore, en cas de crise comme en cas d’incendie — la comparaison est du reste courante —, le gouvernement peut envoyer des camions de pompiers.

Mais imaginons que le camion de pompiers arrive sur le lieu de l’incendie et qu’il n’y a pas de prise d’eau ?

C’est ce qui se passe dans de nombreuses régions du monde en développement, où il n’existe pas de filets de protection sociale pour les pauvres et donc aucun dispositif qui pourrait être déployé quand survient une crise. Dans ces conditions, les effets de la crise peuvent être graves et durables, comme mon collègue Ruslan Yemtsov l’a montré dans un récent billet.

Le rôle clé des « canalisations souterraines » Comparez les filets de protection sociale existants (hors crise) au système de canalisations d’eau souterraines d’une ville. Ils permettent aux familles pauvres de faire face aux privations et aux risques quotidiens, tout comme les canalisations d’eau sont indispensables pour étancher la soif et maintenir l’hygiène. Lorsque la crise frappe, ce sont les mêmes « canalisations » de protection sociale que les « pompiers » utiliseront pour étouffer les flammes.

Les systèmes de canalisations d’eau souterraines ne sont pas aussi attrayants et visibles que les camions de pompiers, mais ils sont indispensables à leur efficacité.

La nouvelle stratégie de la Banque mondiale pour la protection sociale et le travail place cette question au centre des priorités dans les pays en développement, en soulignant l’importance d’aider les pays à créer de meilleurs systèmes de protection sociale.Dans les nombreux pays en développement où les filets de sécurité sont inefficaces, incomplets ou tout simplement absents, la Banque aide les pays à établir les rouages administratifs essentiels au développement de dispositifs de protection sociale (identification des bénéficiaires, mécanismes de paiement, dispositions institutionnelles et autres). Bon nombre de ces programmes sont soutenus par des dons du Programme d’intervention rapide dans le secteur social. La où il existe des filets de protection sociale, la Banque aide les pays à les améliorer et à mieux les intégrer aux autres programmes relatifs à la protection sociale et au travail (c’est par exemple le cas en Roumanie).

Toutefois, l’avenir des filets de protection sociale ne se limite pas à la présence de canalisations d’eau pour éteindre le feu. Il faut également des échelles, autrement dit un accès à de bons emplois, pour permettre aux gens de sortir de la pauvreté et de les doter des capacités de faire face aux risques. Nos connaissances sont encore limitées sur ces stratégies de gradation et nous ne savons pas vraiment ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans ce domaine, particulièrement pour les plus pauvres.

Dans les prochains jours, les Réunions de printemps de la Banque mondiale vont accueillir des discussions de haut niveau sur la manière dont on peut collaborer avec les partenaires mondiaux pour créer et améliorer les filets de protection sociale et combler l’écart entre ceux qui y ont accès et les autres. J’espère que nous pourrons évoluer ensemble vers un monde où chacun sera raccordé à un filet de protection sociale même en période de conjoncture favorable, aura accès à une échelle pour sortir de la pauvreté et du dénuement par l’emploi, et bénéficiera de camions de pompiers efficaces pour accroître les aides en temps de crise.

Voir aussi

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.