Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

emplois

Conflit et fragilité : l'emploi comme issue de secours

Dani Clark's picture

banque mondiale Live

Oui, il y a actuellement dans le monde 65 millions de réfugiés, de demandeurs d’asile et de personnes déplacées au sein de leur propre pays. Oui, les conflits ne faiblissent pas, ni les souffrances extrêmes qu’ils infligent aux populations. Et, oui, il faut de toute urgence trouver des solutions politiques.

Mais comment prévenir les conflits et sortir de la fragilité ? En donnant, notamment, du travail aux gens. Ce rôle fondamental de l’emploi fait l’objet d’un consensus croissant, comme l’a illustré le débat consacré à ce sujet lors des Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI à Washington. Les experts et les responsables publics réunis à cette occasion sont unanimes : il faut tout faire aujourd’hui pour créer des emplois dans les États fragiles et en situation de conflit.

Le directeur général et directeur des opérations par intérim de la Banque mondiale, Kyle Peters, a ouvert la discussion en rappelant qu’il faudra créer, à l’échelle mondiale, 500 millions d’emplois d’ici à 2030.
« Dans les États fragiles et en situation de conflit, ce sont cinq millions d’emplois supplémentaires par an qu’il faudra créer dans les 15 prochaines années, si l’on veut permettre aux jeunes qui entreront sur le marché du travail de construire leur vie », a déclaré Kyles Peters, en affirmant que « l’emploi est la clé du développement ».

C’est la raison pour laquelle le Groupe de la Banque mondiale a soumis à l’approbation de ses actionnaires son projet de consacrer 2,5 milliards de dollars à l’appui du secteur privé dans les pays les plus pauvres, et en particulier ceux touchés par un conflit ou jugés fragiles.