Syndicate content

Gestion du risque

Le changement climatique ne ralentit pas : des preuves au service des politiques

Rachel Kyte's picture

 Physical Science BasisEn cette « semaine du climat », il a beaucoup été question de pourcentages (quel est l’impact de l’activité anthropique sur le changement climatique), de conjectures (le réchauffement s’est-il ralenti) et de pistes pour l’action publique et les décideurs (quelles solutions pour endiguer le phénomène).

Qu’en est-il ressorti, concrètement ? Que nous, les êtres humains, sommes responsables des bouleversements climatiques sans précédent que subit notre planète.

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en atteste et ses arguments sont convaincants. Pour commencer, il met fin aux débats byzantins sur la réalité du phénomène : pour le GIEC, il est hautement probable (à 95 %) que l’essentiel du réchauffement observé depuis 1950 soit dû à l’homme.

État des lieux à Haïti et enjeu de la résilience aux catastrophes

Rachel Kyte's picture

Disponible en English

Rachel Kyte à Haïti pour évalier les enjeux de la résilience aux catastrophes. Photo: PNUD Haïti Depuis le haut d’un bâtiment abandonné, sur une base aérienne désaffectée, nous surplombons les environs. Sur la droite, une mer de cabanes miséreuses, serrées les unes contre les autres. Sur la gauche, une étendue de béton fissuré, avec, de-ci de-là, une cabane isolée.

Cette zone à gauche qui est en train de se vider est le résultat d’efforts fructueux. Plus de trois ans après le terrible séisme qui a dévasté une grande partie de Port-au-Prince, à Haïti, des aides locatives ont permis aux familles de quitter rapidement les camps pour de vrais logements.

Posez-nous vos questions ou faites-nous part de votre témoignage

Lauren Clyne Medley's picture

Disponible en English

La famille Gomez - Une histoire de risques et d'opportunités. Toute entreprise humaine comporte une part de risques plus ou moins prévisibles. Qu’il s’agisse de gros problèmes de santé, de grandes difficultés économiques ou des conséquences d’une catastrophe naturelle, il existe une multitude de risques qui sont autant d’obstacles à la réussite d’un individu, d’une famille, d’une entreprise voire d’un pays tout entier.

Le 27 mars à 9h30 (heure de Washington), suivez un tchat en direct avec l’équipe chargée de la prochaine édition du Rapport sur le développement dans le monde consacrée cette année à la question de la gestion des risques pour le développement (a). Cette discussion se penchera sur la gestion des risques et sur ses retombées au niveau du développement et de la réduction de la pauvreté dans le monde.

La gestion du risque au service du développement

Kaushik Basu's picture

Disponible en : English

Imaginez qu’un dirigeant mette en œuvre une politique qui provoque une crise économique au sens où, s’il n’avait pas opté pour cette stratégie dans ce contexte précis, la crise n’aurait pas eu lieu. Dans ce type de situation, nous avons généralement tendance à fustiger le dirigeant et sa décision. Il se pourrait cependant que nous ayons tort.

Pourquoi ? Comme souvent dans la vie, mieux vaut prendre un peu de recul pour envisager la situation sous un angle plus abstrait et avoir ainsi une meilleure appréhension des enjeux. Venons-en à mon propos : vous êtes sur le point de participer à un tirage aux dés (non pipés). Auparavant, vous devez choisir entre la lettre A et la lettre B. Si vous optez pour le A et que le dé tombe sur 1 ou 2, tout se passera bien. Idem si vous optez pour le B et que le dé tombe sur 3, 4, 5 ou 6. Dans le cas contraire, une crise alimentaire grave se déclenchera. Quel doit être votre choix ?