Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Haiti

État des lieux à Haïti et enjeu de la résilience aux catastrophes

Rachel Kyte's picture

Disponible en English

Rachel Kyte à Haïti pour évalier les enjeux de la résilience aux catastrophes. Photo: PNUD Haïti Depuis le haut d’un bâtiment abandonné, sur une base aérienne désaffectée, nous surplombons les environs. Sur la droite, une mer de cabanes miséreuses, serrées les unes contre les autres. Sur la gauche, une étendue de béton fissuré, avec, de-ci de-là, une cabane isolée.

Cette zone à gauche qui est en train de se vider est le résultat d’efforts fructueux. Plus de trois ans après le terrible séisme qui a dévasté une grande partie de Port-au-Prince, à Haïti, des aides locatives ont permis aux familles de quitter rapidement les camps pour de vrais logements.

Autonomiser les adolescentes à Port-au-Prince: "Nous sommes l'avenir d'Haïti"

Olivier Puech's picture

Disponible en English, Español

Initiative pour les adolescentes. Haïti. Banque mondiale Cela fait près d’un an que la Banque mondiale soutient l’Initiative pour les adolescentes (AGI) en Haïti. Un programme qui a permis à 1000 jeunes haïtiennes de 17 à 20 ans, ayant quitté le système scolaire au cours du secondaire et venant de milieux socio-économiques défavorisés, de pouvoir suivre une formation professionnelle et technique à des métiers non traditionnels pour les femmes.

J’avais eu l’occasion de me rendre à Port-au-Prince lors du lancement et rencontrer de futures bénéficiaires. J’ai pu y retourner, il y a quelques jours, pour y constater l’avancée du programme.

Aider les jeunes haïtiennes à décrocher leur premier emploi et sortir de la vulnérabilité

Olivier Puech's picture



« Est-ce qu’être maçon, conduire des engins lourds ou être électricien sont des métiers qui doivent obligatoirement fait par des hommes ? Non, moi aussi je veux pouvoir exercer ces métiers » La jeune femme qui s’exprime ainsi, c’est Edelène. Elle a 17 ans, elle a quitté l’école en 3eme parce que sa famille ne pouvait plus payer les frais de scolarité. Avec l’aide de sa mère, elle élève son jeune fils d’un an. Nous l’avons rencontrée lors de notre visite à l’association APROSIFA de Carrefour-Feuille dans la banlieue de Port-au-Prince.