Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Nations Unies

5 noms qui vous inspireront l'envie d'agir en cette Journée internationale de la jeunesse  

Bassam Sebti's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文

Les jeunes sont le moteur du changement. Leur donner l’occasion et les moyens d’agir, c’est ouvrir des horizons infinis de nouvelles perspectives. Mais que se passe-t-il lorsque les jeunes de moins de 25 ans – qui représentent 42 % de la population mondiale – ne disposent pas de l’espace sécurisé nécessaire pour s’épanouir ?  
 
Selon les chiffres des Nations Unies, un enfant sur dix dans le monde vit dans des zones de conflit et 24 millions d’entre eux ne sont pas scolarisés. L’instabilité politique, les défis du marché du travail et un accès limité à la participation politique et civique ont conduit à un isolement croissant des jeunes dans les sociétés.
 
C’est pourquoi les Nations Unies ont axé la Journée internationale de la jeunesse de cette année sur le thème « Des espaces sécurisés pour les jeunes ». Ce sont des espaces où les jeunes peuvent en toute sécurité s’engager dans des questions de gouvernance, pratiquer des sports ou d’autres activités de loisir, interagir virtuellement avec le reste du monde et trouver refuge, en particulier ceux qui sont les plus vulnérables.
 
Créer ces espaces sûrs est un défi difficile à relever dans bien des régions du monde. Pourtant, nombreux sont les jeunes hommes et les jeunes femmes qui s’attèlent à la tâche tout ouvrant des perspectives pour eux-mêmes et pour les personnes défavorisées de leurs communautés.
 
C’est ce que font les cinq jeunes que j’ai choisis pour illustrer cette Journée internationale de la jeunesse : ils s’efforcent de créer des espaces sûrs pour encourager des changements positifs, depuis l’élimination des mutilations génitales féminines jusqu’à l’acquisition de compétences numériques, en passant par la promotion de la paix, de l’éducation des filles et de la réduction des écarts de réussite.

Pourquoi les investisseurs doivent s’intéresser aux pays les plus fragiles

Stephanie von Friedeburg's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Microfinance in DRC. © Anna Koblanck/IFC
Microfinance en RDC. © Anna Koblanck/IFC


La fragilité, les conflits et la violence touchent plus de 2 milliards de personnes dans le monde. Alors que la pauvreté recule à l’échelle de la planète, les pays en conflit ne profitent pas de cette évolution (a).

Or, ce sont justement ces pays, minés par une instabilité politique et économique quasi permanente, qui ont en général le plus besoin d’investissements privés. Mais les opérateurs privés rechignent en général à s’y aventurer, convaincus que les avantages potentiels ne compenseront pas les risques.

Les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies veulent extraire des millions de personnes de l’extrême pauvreté à l’horizon 2030  — une entreprise doublement extraordinaire, par son ambition et par son coût.

Les gouvernements nationaux et l’aide publique au développement ne peuvent pas assumer seuls la facture des ODD, estimée à plus de 4 000 milliards de dollars par an.  Avec ses milliers de milliards de dollars de réserve en quête de rendements lucratifs, le secteur privé s’impose comme une solution évidente pour combler ce déficit de financement.

Pour développer le capital humain il faut augmenter et mieux cibler les investissements dans la santé : le GFF s’y emploie avec une approche innovante

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | العربية | Español
© Dominic Chavez/Global Financing Facility


Chaque année, plus de 5 millions de mères et d’enfants meurent de causes évitables. Près d’un quart des enfants de moins de 5 ans dans le monde souffrent de malnutrition et 260 millions d’enfants ne sont pas scolarisés. Ces chiffres et la crise qu’ils révèlent devraient résonner comme un avertissement à l’heure où le rythme des progrès technologiques s’accélère et où les aptitudes cognitives complexes et la capacité à résoudre des problèmes sont des compétences de plus en plus recherchées. 

Alors que la moitié de la population mondiale n’a toujours pas accès à des soins essentiels, il est urgent de mobiliser plus de financements en faveur de la santé et de la nutrition et d’optimiser ces fonds, en particulier dans les pays en développement où les besoins sont les plus importants. C’est cet impératif qui nous a conduit à lancer en 2015 le Mécanisme de financement mondial (GFF) en soutien à l’initiative « Chaque femme, chaque enfant », de concert avec les Nations Unies, le Canada, la Norvège et d’autres partenaires.

Sécurité routière : agir pour demain

Marc Shotten's picture

Lire ce billet en anglais

Savez-vous que la troisième Semaine mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière a eu lieu début mai ? Souvent, comme pour tout ce qui est omniprésent dans notre vie, nous ne prêtons guère d’attention aux accidents de la circulation mortels ou graves qui font régulièrement l’actualité locale. Cependant, plusieurs actions récentes invitent les institutions internationales, les organisations non gouvernementales, le secteur privé et d’autres partenaires à lutter ensemble contre la première cause de mortalité des jeunes dans le monde : les accidents de la route (a).

Avec l'aimable autorisation de
www.savekidslives2015.org

À la fin du mois d’avril, le Secrétaire général des Nations Unies a annoncé la nomination d’un Envoyé spécial pour la sécurité routière (a), ce qui témoigne de l’attention croissante portée à ce sujet. Cette année, la Semaine des Nations Unies pour la sécurité routière a eu pour thème la protection des enfants, mais c’est la sécurité des personnes de tous âges qui est en jeu ; et tout particulièrement dans les pays en développement, où se produisent chaque année 90 % des accidents de la route.

Le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Suède sont les champions de la sécurité routière. Alors que s’achève cette année la première moitié de la Décennie d’action des Nations Unies pour la sécurité routière 2011-2020, les professionnels s’emploient à diffuser encore plus rapidement les enseignements tirés de l’expérience de ces trois pays (et d’autres) dans l’ensemble du monde en développement. Rien que dans les 80 pays qui affichent le revenu le plus faible, le coût total estimé des décès et des traumatismes graves imputables aux accidents de la route est vertigineux : 220 milliards de dollars par an (a). Il représente, en moyenne, entre 3 et 5 % du PIB mondial.

Face à la montée des eaux, la communauté internationale fait du surplace

Rachel Kyte's picture
Cette page en : Español

19e conférence des Parties (COP19) à Varsovie, Pologne

Samedi soir dernier, les négociations climatiques se sont achevées sur fond de lassitude et de bilan mitigé : si les délégations réunies à Varsovie pour la 19e conférence des Parties (COP19) n’ont guère été enclines à prendre des engagements financiers fermes ni à promettre des mesures ambitieuses, elles sont parvenues à entretenir l’espoir d’un accord à l’horizon 2015.

Les femmes ne devraient pas se libérer du joug de la violence. Cherchez l’erreur !

Alys Willman's picture
Cette page en : English | 中文 | Español | العربية

Vous pensez, mesdames, qu’il n’y a aucun problème à quitter son tablier, conduire, voter ou porter un pantalon. Eh bien détrompez-vous. Essayez de taper « les femmes ne devraient pas… » dans la barre de recherche Google et jetez un œil aux suggestions du moteur de recherche. En fonction des langues, vous obtiendrez des résultats variant autour de « … voter », « … travailler », « … conduire » ou « … prêcher ». Ce sexisme profond et insidieux installé dans la conscience collective a inspiré une campagne d’ONU Femmes qui montre des visages de femmes la bouche couverte par ces affronts.

La campagne d’ONU Femmes montre des visages de femmes dénonçant des préjugés sexistes © Memac Ogilvy & Mather Dubai/ONU Femmes

Échos du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la fragilité et les ressources naturelles

Caroline Anstey's picture

Imaginez que vous dirigez un pays africain et que vous disposez d’un budget de 1,2 milliard de dollars pour l’année.

Imaginez que cette même année, un investisseur cède 51 % de sa part dans une gigantesque mine de fer de votre pays, pour 2,5 milliards de dollars — soit plus du double des ressources publiques.

Imaginez enfin que vous avez engagé un réexamen des permis d’exploitation accordés par les régimes précédents, sachant que l’investisseur en question avait obtenu le sien gratuitement.

Énergie, santé, éducation et #QuellesSolutions : des initiatives prometteuses à l’ONU

Jim Yong Kim's picture

NATIONS UNIES | L’Assemblée générale des Nations Unies, qui s’est déroulée à New York cette semaine, aura été riche en idées et plans d’action. Elle m’a aussi donné l’occasion de rencontrer plusieurs chefs d’État et de gouvernement, dont la présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf. Nous avons pu discuter de l’importance de trouver un emploi aux anciens combattants ou encore des besoins urgents du pays en matière de diversification énergétique. Si vous voulez connaître mon sentiment sur cette rencontre, regardez la vidéo suivante (en anglais).

video platformvideo managementvideo solutionsvideo player

La question qui fait le tour du monde : quelles solutions pour mettre fin à la pauvreté ?

Jim Yong Kim's picture

À lire en : English

Même si les données les plus récentes indiquent que la pauvreté recule à travers le monde, près de 1,3 milliard de personnes continuent de vivre avec moins de 1,25 dollar par jour. C’est un scandale.

En fait, 1,25 dollar, cela équivaut à la moitié du prix de la prise en charge pour une course en taxi à Manhattan…

Pourquoi ce parallèle ? Parce que si vous montez à bord d’un taxi new-yorkais ces jours-ci, vous verrez une vidéo qui vous appelle à twitter pour vous exprimer sur la pauvreté dans le monde et les solutions pour y mettre fin.

Réagissez aux discussions du moment