Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

opendata

Notre rétrospective de l’année 2016 en 12 graphiques (et une vidéo)

Tariq Khokhar's picture
Cette page en : Español | العربية | English | 中文

Bouleversements politiques, économiques et sociaux, conflits et violences dans le monde et flots de réfugiés et de déplacés : les raisons ne manquent pas de se sentir morose au terme de cette année 2016. Les données sont là qui illustrent certains des grands défis auxquels nous sommes confrontés mais qui témoignent aussi des progrès que nous avons accomplis en direction d’un avenir plus pacifique, prospère et durable. Retour sur l’année 2016 en 12 graphiques.
 

1. Hausse du nombre de réfugiés dans le monde. 

Au début de 2016, le nombre de personnes déplacées est passé de 60 millions à 65 millions en un an,. Plus de 21 millions sont des réfugiés. À l’exception de l’Afrique subsaharienne, les réfugiés vivent pour la plupart dans des villes où ils espèrent pouvoir vivre en sécurité, avoir un meilleur accès aux services essentiels et trouver des débouchés professionnels. Une publication intitulée Forcibly Displaced fournit un éclairage inédit sur le rôle du développement dans la réponse à la crise mondiale des réfugiés et sur les possibilités de collaboration avec des partenaires humanitaires. Parmi les initiatives qui vont dans ce sens figure notamment la décision d’apporter une nouvelle forme d’assistance financière à des pays qui, comme le Liban et la Jordanie, accueillent un grand nombre de réfugiés.

Nos réponses aux 5 questions les plus posées sur les données en libre accès de la Banque mondiale

Maryna Taran's picture

Lorsque, il y a deux ans, la Banque mondiale a ouvert virtuellement ses portes en lançant son initiative pour le libre accès aux données, notre service d’assistance dédié a été submergé de questions, demandes et autres commentaires de la part d’étudiants, de chercheurs, de journalistes, d’économistes et de statisticiens, pour ne citer qu’eux. Alors que le nombre de demandes relatives à nos données ne cesse de croître, c’est aujourd’hui près d’un millier de requêtes de ce type que notre équipe traite chaque mois, que ce soit par téléphone ou par email.

L’intérêt grandissant pour ces données nous impose une attention permanente : l’équipe chargée de l’« Open Data » est en effet constamment à la recherche de nouvelles données et sources de données, qu’elle doit ensuite valider, compiler et administrer. Il nous incombe parallèlement de concevoir des outils destinés à faciliter l’utilisation de ces données, tout en répondant à vos questions et en améliorant notre offre en fonction de vos commentaires.