Syndicate content

partage des connaissances

Lever les obstacles au partage du savoir

Nena Stoiljkovic's picture

Les acteurs du développement international possèdent un bien précieux : leur savoir. Appliqué au bon moment, un savoir adapté pourrait changer le destin de près d’un milliard de personnes : celles et ceux qui vivent aujourd’hui avec moins de 1,25 dollar par jour. Sensible à leur sort, le Groupe de la Banque mondiale s’est fixé deux objectifs ambitieux : mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 et promouvoir une prospérité partagée pour les 40 % les plus pauvres dans les pays en développement.
 
Cela passe par une mobilisation de tous les actifs du Groupe : ses moyens financiers, sa présence internationale et sa capacité de rassemblement mais aussi et surtout, son immense base de connaissances et d’expériences sur le développement. Nous pourrions aider les pauvres à forger l’avenir de leurs pays en compilant les meilleurs savoirs du monde, en les partageant rapidement et en faisant en sorte que les pays les adaptent à leurs difficultés spécifiques.
 
Cette masse de connaissances ne fait pas systématiquement l’objet d’une publication ou d’une production numérique ou multimédia. L’essentiel est niché dans les cerveaux de nos milliers d’experts, qui interviennent dans plus de 120 pays dans le monde.
 
Or, nous savons bien que ce savoir ne circule pas toujours assez vite ou ne parvient pas suffisamment tôt aux personnes qui en ont le plus besoin. Dans un récent document de travail (a), deux de nos collègues ont mis en évidence ce problème — et attiré ce faisant l’attention des médias, dont les comptes rendus ont parfois manqué de justesse (a). Au-delà des problèmes techniques réels (chercher quelque chose dans un fichier PDF n’est pas toujours facile, par exemple), le flux de connaissances numériques se heurte aussi souvent à des cloisonnements institutionnels. Il n’y a ainsi que peu d’échanges entre le personnel de la Banque mondiale en Asie de l’Est et celui qui travaille en Afrique. Sans parler du manque de liens réguliers entre les experts de l’eau et les experts de la santé… Ce manque de fluidité tient à la culture de l’organisation, à sa structure et à ses modes d’incitation. Nous pouvons faire mieux.

La science de la prestation : apprendre et réussir grâce aux données

Aleem Walji's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文

Devant la confusion qui entoure la notion de « science de la prestation », il est important de préciser que cette science n’est en rien une proposition « clef en main » qui repose sur l’idée d’une universalité des solutions. Par ailleurs, elle n’entend pas professer que, sur la foi d’analyses et d’éléments factuels, on aboutit à un résultat garanti.

Il y a quelques semaines, la Banque mondiale et l’Institut coréen de développement (a) ont organisé une conférence mondiale sur la science de la prestation et réuni plusieurs institutions de développement comme la Fondation Gates, la Fondation Grameen (a), l’UNICEF, le Dartmouth Center for Health Care Delivery Science (a) et la mHealth Alliance (a). Nous avons débattu à cette occasion des opportunités et des freins au développement lorsque s’il s’agit de lutter contre l’extrême pauvreté, en nous penchant notamment sur des expérimentations dans le domaine de la santé, sur le rôle de la technologie pour réduire les coûts et optimiser les effets des interventions, et sur la difficulté d’appliquer des programmes pilotes à grande échelle.