Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

protection sociale

Changement climatique : un risque accru pour les pays les plus pauvres

Sri Mulyani Indrawati's picture

Un ouvrier agricole marche dans une rizière inondée. © Nonie Reyes/Banque mondiale

Au Bangladesh, le littoral est menacé par le montée des eaux et, à mesure que la mer grignote les côtes, la salinisation des sols progresse inéluctablement. Pour les agriculteurs, cela se traduit par un recul des cultures ; les communautés se vident, les adultes partant travailler en ville ; les poissons d’eau douce disparaissent, ce qui réduit les apports en protéines pour les populations locales ; et, à la saison sèche, les mères rationnent l’eau qu’elles donnent à boire à leurs enfants (jusqu’à deux verres par jour seulement dans certains cas).
 
Les pays développés commencent enfin à prendre le changement climatique au sérieux même s’ils y voient, en général, une menace encore latente qu’il faudra gérer dans les années à venir. Mais pour les populations pauvres des pays pauvres, surtout dans les communautés installées le long des côtes, sur des deltas ou sur des îles, le danger est bien là, au quotidien — et conditionne de nombreux aspects de la vie.

Les villes, nouvel horizon pour la protection sociale

Keith Hansen's picture
Cette page en : English | 中文 | Español
Les villes, nouvel horizon pour la protection sociale
Photo: Dominic Chavez/Banque mondiale


​Attardons-nous d’abord sur quelques chiffres : ce matin, pendant que vous preniez votre petit déjeuner, environ 15 000 personnes sont venues grossir la population urbaine mondiale. Elles seront 180 000 d’ici la fin de la journée et 1,3 million à la fin de la semaine. Alors que la planète ne manque pas de place, ce rythme d’urbanisation effréné revient à concentrer l’humanité toute entière dans un pays comme la France.

C’est dans les villes que vit la majorité de la population mondiale, que la croissance démographique sera de plus en plus importante et que la plupart des pauvres se trouveront bientôt.

Les travailleurs informels de l’Inde composent une « économie populaire »

Renana Jhabvala's picture

Disponible en English, Español, 中文
Protections sociale Inde

L’économie mondiale connaît depuis quelques années des bouleversements sans précédent qui ont vu des systèmes formels s’effondrer et basculer dans l’informalité. L’Asie du Sud, ma région d’origine, ne fait pas exception : plus de 90 % des travailleurs appartiennent au secteur informel – qu’ils soient vendeurs de rue, installés chez eux, ouvriers du bâtiment ou petits exploitants – et beaucoup ne savent pas d’une semaine sur l’autre s’ils gagneront de quoi vivre.