Syndicate content

Russie

Une pluie de météorites, un séisme et le gouvernement ouvert en Russie : juste une journée ordinaire à la Banque mondiale

Chris Vein's picture

Disponible en English, Español

Pour mon premier jour à la Banque mondiale, j’ai pris l’avion jusqu’à Moscou pour participer à une conférence consacrée au « gouvernement ouvert ». Pendant cinq jours, j’ai animé des master class sur ce sujet à l’intention de fonctionnaires, d’experts de la société civile et d’autres parties intéressées ; j’ai débattu de l’approche retenue par la Russie dans ce domaine et j’ai même fait une apparition à la télévision russe pour discuter de l’importance stratégique de l’ouverture des pouvoirs publics à l’égard des citoyens et de ce que cela implique pour ces derniers. Et tout ça, juste pendant mon séjour à Moscou.

Deux mois plus tard, j’étais de retour en Russie, cette fois-ci à Krasnoïarsk, en Sibérie. Il se trouve que ma visite a coïncidé avec deux cataclysmes naturels dans la région : une pluie de météorites et un puissant séisme. J’ai pris la parole lors du dixième Forum économique de Krasnoïarsk (KEF). Cet événement, qui existe depuis 2004, est l’une des manifestations les plus courues dans le pays et réunit des hauts représentants des autorités, des investisseurs et des leaders d’opinion. L’édition 2013 de ce forum, intitulée « Russie : une feuille de route pour le changement » était consacrée aux nouveaux modèles et aux politiques économiques destinés à transformer les institutions et à améliorer le niveau de vie. C’est là-bas, à Krasnoïarsk, que Dmitri Medvedev, qui était alors président, a prononcé son fameux discours phare de 2008, dans lequel il a énoncé les « quatre I » sur lesquels devait reposer le développement du pays : institutions, infrastructure, innovation et investissement. Plus tard, il en a ajouté un cinquième : intelligence. Lors du Forum, le Premier ministre a réitéré l’importance d’améliorer le capital humain (la formule 4+1), préalable indispensable pour engager un mouvement de développement économique durable.

Des écoles modernes à l'ère de la modernité

Tigran Shmis's picture

Disponible en : English | Español
développement d'écoles modernes en Russie

Une journée au jardin d'enfants peut être éclairante pour un adulte. Je vais vous dire pourquoi.

L'école en question est ce que nous appelons dans la Fédération de Russie (r) une « école inclusive » : un jardin d'enfants traditionnel qui accueille des enfants ayant des besoins particuliers, mais participant aux mêmes ateliers et programmes que les autres. Et ça marche ! Cet établissement qui ne différencie guère les enfants ayant des besoins spécifiques des autres a ouvert ses portes en 2011. Les deux groupes partagent la même classe, s'assoient à la même table et participent aux mêmes activités. Peu d'établissements dans le monde font le choix de cette pédagogie.