Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

safety nets

Essor et enjeux des filets sociaux

Michal Rutkowski's picture
Cette page en : English | العربية | 中文 | Español
 
Les pays en développement sont deux fois plus nombreux à déployer des programmes de protection sociale pour leur population. Nous vous expliquons pourquoi… Photo: Mohammad Al-Arief/Banque mondiale

Les filets de protection sociale — ces allocations monétaires versées aux ménages pauvres et assorties souvent de conditions (scolarisation des enfants ou visites médicales régulières, par exemple) — sont devenus l’une des stratégies de réduction la pauvreté les plus efficaces parce qu’ils aident les personnes pauvres et vulnérables à surmonter les crises et les chocs. Chaque année, 69 millions d’habitants des pays en développement sont extraits de l’extrême pauvreté grâce aux programmes sociaux et 97 millions d’individus parviennent à quitter le quintile inférieur de revenu, deux estimations qui témoignent de l’utilité de ces interventions pour lutter contre la pauvreté dans le monde.

Camion de pompier, prise d’eau et grande échelle : l’avenir des filets de protection sociale

Arup Banerji's picture

Enfant, j’adorais les camions de pompiers. Comme certes des millions d’autres jeunes garçons à travers le monde…

 

J’habitais à Calcutta et je me délectais de voir les camions rouges foncer vers un incendie, sirènes hurlantes et toutes lumières dehors, les pompiers dérouler à la hâte les longs tuyaux, les raccorder à la prise d’eau au bord de la route et pulvériser de grands jets pour éteindre le feu.

Le rapport avec les filets de protection sociale ?

Un monde sans filet de protection sociale

Ruslan Yemtsov's picture

Les récents événements ont rappelé au monde politique la fragilité des moyens de subsistance de nombreux habitants de notre planète. À chaque nouvelle crise — flambée des prix des aliments et du carburant en 2008 puis à nouveau en 2011, implosion financière et contraction de l’économie mondiale en 2009, séisme en Haïti et inondations au Pakistan en 2010 et sécheresse dans la Corne de l’Afrique depuis 2011 —, les décideurs politiques ont été urgemment rappelés à la nécessité de faire face aux chocs.