Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

television

Lumières... Caméra… Action ! Quand les programmes de divertissement deviennent éducatifs

Anushka Thewarapperuma's picture
Cette page en : Español
Les campagnes appelant au changement des comportements sont omniprésentes. Elles sont là pour nous rappeler d'aller faire le vaccin contre la grippe, pour nous informer qu’il est interdit de manger et de boire dans les transports en commun et pour nous inciter à éteindre les lumières quand nous quittons une pièce. Elles utilisent un langage et des références qui nous sont familiers et qui nous paraissent acceptables, pour nous orienter, l’air de rien, vers l’adoption d’un meilleur comportement. L’émergence d’un ensemble de nouvelles technologies et de nouveaux moyens d’information de masse offrent une chance de sensibiliser des millions de personnes à des thématiques comme l’hygiène des mains, les pratiques sexuelles sans risque et la violence sexiste, pour n’en citer que quelques-unes. 

Cependant, bon nombre de ces campagnes restent peu convaincantes, ne parlent pas suffisamment au grand public, et sont véhiculées par des médias démodés et  obsolètes comme des panneaux d’affichage et des prospectus. Des études montrent que les interventions via des médias traditionnels échouent souvent à susciter un changement de comportement, en particulier à long terme. 

C’est là qu’entre en scène le concept d’éducation par le divertissement...

Le changement climatique est une histoire humaine racontée d'un point de vue masculin

Jing Guo's picture
Cette page en : Español
 Femme récoltant du blé (Meena Kadri vía Flickr commons).

Événements climatiques extrêmes, pénuries d’eau, récoltes moins abondantes, propagation plus rapide des maladies infectieuses… Le changement climatique a de nombreuses répercussions sur la vie humaine. Ce n’est pas seulement un problème environnemental. Le changement climatique, c’est une histoire humaine.
 
Cependant, le changement climatique ne nous affecte pas tous dans les mêmes proportions : les femmes sont plus vulnérables que les hommes, car elles constituent 70 % de la population mondiale pauvre et sont davantage tributaires pour leur survie et leurs moyens de subsistance (a) de ressources naturelles qui sont en train de s’épuiser sous l’effet du changement climatique. 

Les femmes étant bien plus touchées que les hommes, elles devraient pouvoir s’exprimer autant qu’eux, voire davantage, dans les débats publics sur le changement climatique. Mais on prête peu d’attention à ce qu’elles ont à dire.

Réagissez aux discussions du moment