Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

We-Fi

La réussite au féminin : un prix parrainé par l’Initiative We-Fi récompense des reportages consacrés aux femmes entrepreneurs

Priya Basu's picture
Cette page en : English | العربية | Español
 
Amanda Burrell, Documentary Filmmaker. © World Bank
Amanda Burrell, documentariste, recevant le prix. © 2018 One World Media Awards

En Jordanie, l’initiative Water Wise Women place les femmes au cœur de la lutte contre les problèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Comment ? En formant plus de 300 Jordaniennes à la plomberie. Ce programme piloté par l’Allemagne a permis de créer une coopérative féminine qui répond désormais à des appels d’offres pour des contrats dans des écoles, des mosquées et des organismes publics.

Al Jazeera a consacré un reportage (a) à ces femmes qui parviennent non seulement à briser les stéréotypes en réussissant dans un secteur dominé par les hommes, mais aussi à diffuser diverses techniques de gestion de l’eau au sein de leur communauté.

Le programme Water Wise Women dispense des formations axées à la fois sur la lutte contre les fuites d’eau et l’amélioration des conditions d’hygiène. Les femmes qui ont suivi cette formation reçoivent des outils et des fonds pour transmettre leurs connaissances et sensibiliser au moins 20 à 25 femmes supplémentaires.

Le reportage d’Al Jazeera vient d’être récompensé par le « Women Entrepreneurs Journalism Award », un prix décerné dans le cadre de l’édition 2018 des One World Media Awards et parrainé par l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs (We-Fi). C’est la première fois que les One World Media Awards récompensent spécifiquement des travaux de journalisme consacrés aux femmes entrepreneurs dans les pays en développement. Cette catégorie regroupe tous les types de reportage (télévision, radio, en ligne ou papier) qui ont vocation à illustrer les succès féminins dans l’entrepreneuriat, les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes qui souhaitent créer ou développer leur entreprise, et/ou le rôle essentiel que jouent les entrepreneuses dans le développement économique en contribuant à la croissance et à la création d’emplois. 

Accès au financement : combler le retard des femmes

Jim Yong Kim's picture
Cette page en : English | 中文 | Español
 


« Les femmes portent la moitié du ciel », estimait Mao Zedong. Pensez aux femmes autour de vous — mères, épouses, filles, sœurs, tantes et grand-mères — et vous lui donnerez raison. Mais le monde des affaires n’a pas encore intégré cette réalité, ce qui pénalise la société tout entière.

Cela tient notamment aux problèmes d’accès au capital. À l’échelle mondiale, plus de 30 % des entreprises officiellement enregistrées appartiennent à des femmes. Pourtant, 70 % des petites et moyennes entreprises (PME) féminines dans les pays en développement sont soit exclues du système financier formel, soit dans l’impossibilité d’obtenir les fonds dont elles ont besoin.

Alors qu’en 2014, 65 % des hommes avaient un compte en banque, seules 58 % des femmes étaient dans ce cas. Cet écart, de 7 points de pourcentage, se creuse même à 9 points dans les pays en développement.

Tous les éléments disponibles attestent pourtant des incroyables retombées positives de la participation des femmes à la vie économique pour les familles, les communautés et les pays. Le simple fait de donner aux femmes les mêmes opportunités professionnelles que les hommes pourrait entraîner un gain de croissance allant jusqu’à 34 %. Sans oublier qu’en multipliant les entreprises détenues par des femmes, on multiplie aussi les sources d’emplois. Dès lors, l’objectif visant à mettre fin à l’extrême pauvreté serait atteint beaucoup plus rapidement.