Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Protection sociale et main-d`œuvre

Approche stratégique du développement durable

Bertrand Badré's picture
Cette page en : English | Español | العربية
Un responsable de sous-station électrique à Kaboul, Afghanistan. (c) Graham Crouch/Banque mondiale.


Pour évaluer la gestion financière d’une institution et son potentiel de croissance, il convient d’abord de s’intéresser à ses états financiers. Les informations qu’ils contiennent sont évidemment essentielles, mais ne fournissent souvent qu’une vision partielle axée sur les performances à court terme.

Pour connaître la vraie valeur générée par une entreprise, il nous faut avoir une vision plus large. Cela impose d’aller au-delà des rapports financiers traditionnels et de consacrer du temps à comprendre comment elle gère ses ressources non-financières.

Les villes, nouvel horizon pour la protection sociale

Keith Hansen's picture
Cette page en : English | 中文 | Español
Les villes, nouvel horizon pour la protection sociale
Photo: Dominic Chavez/Banque mondiale


​Attardons-nous d’abord sur quelques chiffres : ce matin, pendant que vous preniez votre petit déjeuner, environ 15 000 personnes sont venues grossir la population urbaine mondiale. Elles seront 180 000 d’ici la fin de la journée et 1,3 million à la fin de la semaine. Alors que la planète ne manque pas de place, ce rythme d’urbanisation effréné revient à concentrer l’humanité toute entière dans un pays comme la France.

C’est dans les villes que vit la majorité de la population mondiale, que la croissance démographique sera de plus en plus importante et que la plupart des pauvres se trouveront bientôt.

Madagascar : développer les ressources cognitives des plus pauvres

Andrea Vermehren's picture
Cette page en : English | العربية | Español
​Photo : Laura B. Rawlings / Banque mondiale

Il est 8 heures. Le soleil d’hiver commence à apparaître au-dessus de la masse grise et verte des arbres surplombant le village de Tritriva, dans les montagnes du centre de Madagascar. La cour d’une église en pierre accueille déjà des femmes, dont beaucoup tiennent des enfants encore endormis dans leurs bras. Ces femmes se sont rassemblées là pour recevoir une allocation versée par l’État tous les deux mois.

Ces femmes sont pauvres et toutes vivent avec moins de 2 dollars par jour. L’argent qu’elles reçoivent de l’État représente environ un tiers du revenu dont elles disposent pour les deux mois qui séparent chaque versement : il les aidera à subvenir aux besoins de leur famille pendant tout l’hiver.
 
Instauré par les autorités de Madagascar, avec l’appui de la Banque mondiale, ce dispositif fait partie d’un nouveau programme mis en œuvre par le Fonds d'Intervention pour le Développement (FID) pour lutter contre la pauvreté dans les zones rurales du pays et pour créer des passerelles durables qui mèneront au développement humain.

Les femmes, les jeunes et les impôts au centre du débat sur les inégalités à Lima

Donna Barne's picture
Cette page en : English | العربية | Español
Paraisopolis, São Paulo, Brésil. © Tuca Vieira

Peut-on mettre fin à l’extrême pauvreté dans un monde aux inégalités extrêmes ? Cette question a suscité un débat animé le 7 octobre, à l’approche des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI qui se déroulent cette année à Lima (Pérou). Au menu : la corruption, la fiscalité, les discriminations contre les femmes et la nécessité d’harmoniser les règles du jeu pour les plus jeunes.

L’expérience de l’Amérique latine a occupé une place de choix dans cet événement retransmis en direct sur le web en anglais et en espagnol. Intitulé « Inégalités, opportunités et prospérité » (a) et animé par la journaliste de CNN Español Patricia Janiot (a), le débat a réuni le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim, la Secrétaire générale ibéro-américaine Rebeca Grynspan (a) et le président d’Oxfam International Juan Alberto Fuentes Knight

L’Amérique latine doit protéger les avancées sociales et les emplois des effets du ralentissement économique

Donna Barne's picture
Cette page en : English | 中文 | Español

Le ralentissement économique en Amérique latine et aux Caraïbes met les travailleurs à rude épreuve et comprime les salaires, privant d’emploi un certain nombre d’actifs. C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport (a) rendu public lors d’un événement intitulé Emplois, salaires et ralentissement en Amérique latine et diffusé en direct sur le web, à la veille des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI au Pérou.

« Beaucoup de femmes sont entrées sur le marché du travail pendant la période de prospérité. Aujourd’hui, à l’heure où l’économie s’essouffle, des travailleurs en sortent, surtout des hommes et des jeunes peu instruits. Si c’est pour aller à l’université, c’est une bonne nouvelle, mais s’ils rentrent vivre chez leurs parents sans rien faire, ce n’est pas le cas », déclare Augusto de la Torre(a), économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Amérique latine et les Caraïbes(a).

De plus, cette « sortie des jeunes du marché du travail pénalisera davantage les familles pauvres que les familles aisées, et les inégalités pourraient se creuser », poursuit-il.
 

L’égalité entre hommes et femmes dans les transports profite à l’économie

Catalina Crespo-Sancho's picture
Cette page en : العربية
Également disponible en : English

L’égalité économique des femmes et des hommes est bénéfique à l’économie. Les femmes jouent à l’évidence un rôle fondamental dans l’économie mondiale.
 
Elles représentent une importante source de croissance et d’opportunités économiques. Non seulement elles participent à l’économie formelle, mais elles s’acquittent aussi de tâches indispensables et non rémunérées lorsqu’elles s’occupent de leur famille et de leur foyer. Il a été démontré que, lorsque les opportunités s’améliorent dans l’éducation (a), la santé (a), l’emploi et les politiques publiques, le niveau de vie des femmes et de la communauté dans laquelle elles vivent s’accroît également, ainsi que le bien-être économique et social du pays dans son ensemble.
 
Cependant, on ne s’intéresse que depuis peu à la relation entre le genre et l’infrastructure, notamment l’infrastructure de transport, et au rôle de cette dernière dans le bien-être socio-économique d’un pays.

Les réseaux de transport constituent l’un des éléments les plus importants de l’infrastructure d’un pays, et ils sont indispensables à la lutte contre la pauvreté et à la promotion de l’égalité. En général, l’infrastructure de transport sert essentiellement à acheminer les marchandises, à accéder à des personnes, à des services et au commerce, dans l’objectif d’apporter la prospérité économique à un pays. Mais ce n’est qu’au cours des cinq à dix dernières années que les décisions d’investissement portant sur des projets d’infrastructure ont commencé à prendre en compte les femmes.

À mesure que la place des femmes dans l’économie d’un pays s’accroît, il devient essentiel de répondre à leurs besoins de transport si l’on veut promouvoir la croissance et la prospérité économiques.

Partenariats et opportunités autour des emplois numériques

Saori Imaizumi's picture
Cette page en : Español

Également disponible en: English


Un « emploi numérique », qu’est-ce que c’est ? Supposons que vous disposiez d’un ordinateur, d’Internet et de capacités de paiement en ligne ou sur mobile. Tout cela vous donne-t-il la possibilité de trouver du travail ? La réponse est oui, à condition aussi de savoir lire et écrire et de maîtriser des compétences informatiques de base. Connaître l'anglais est également un gros plus…

Au début de l'année, la Banque mondiale et la Fondation Rockefeller ont organisé le forum Digital Jobs Africa pour discuter du potentiel que présentent les emplois numériques en Afrique.

Résoudre la crise des migrants par l’emploi

Paul Collier's picture
Cette page en : Español
Également disponible en English
 
Photo: UNHCR/Brian Sokol

Les conflits violents, à l’image de celui qui fait rage en Syrie, perturbent l’économie d’un pays, à la fois dans l’immédiat et à terme. Parmi les défis immédiats, le fait que les personnes déplacées en masse par les combats perdent leurs moyens de subsistance. Parmi les défis futurs, le fait que des économies déjà au bord du gouffre et fragilisées par la durée des conflits peinent à renouer avec la croissance. Jusqu’ici, ces problèmes ont toujours été abordés de manière distincte, que ce soit au niveau de la théorie ou des institutions. La situation des déplacés relevant d’un devoir de sollicitude et d’assistance, elle est gérée par le Haut-commissariat aux réfugiés. La reprise économique post-conflit étant considérée comme un volet de l’aide au développement, elle est confiée, une fois la paix rétablie, aux organisations internationales de développement comme la Banque mondiale.

Les jeunes courent plus vite, mais les seniors connaissent les raccourcis !

Johannes Koettl's picture
Cette page en : Español
Productivité des jeunes et des seniors. Blog de la Banque mondialeDans un monde où les marchés du travail sont de moins en moins rigides, nombre de seniors craignent d’être évincés par des personnes plus jeunes et plus dynamiques. Mais ces inquiétudes sont-elles vraiment justifiées ? La productivité diminue-t-elle à mesure que l’on vieillit ?

La réponse à cette dernière question détermine largement dans quelle mesure les personnes d’un certain âge peuvent continuer de travailler. Comme je l’ai affirmé précédemment dans un article co-rédigé avec Wolfgang Fengler, non seulement nous vivons plus longtemps et en meilleure santé, mais nous pouvons aussi travailler plus longtemps.

Universités : comment répondre aux nouvelles attentes du marché du travail et de la société ?

Claudia Costin's picture
 
كيف يمكن للجامعات أن تلبي الاحتياجات الجديدة لسوق العمل والمجتمع

Les compétences sont l’une des clés de la participation à la population active et de la productivité du travail. Chacun sait qu’avec l’arrivée de nouvelles technologies, souvent liées aux TIC, et de changements dans l’organisation du travail, les postes impliquant des tâches routinières faciles à automatiser disparaissent progressivement tandis que les nouveaux postes exigent des compétences qui excluent la routine (analytiques, créatives, interpersonnelles) et pour lesquels les hommes dépassent encore les machines.

Pages