Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Le rôle crucial de l’éducation dans le développement économique

Harry A. Patrinos's picture

Disponible également en : English

Une écolière lit un texte devant sa classe. Photo: © Steve Harris / Banque mondiale
Une écolière lit un texte devant sa classe. Photo: © Steve Harris / Banque mondiale


La Chine a accueilli du 17 au 19 mai la Conférence mondiale sur l’équité et l’excellence dans l’éducation de base (a). À cette occasion, la Banque mondiale s'est penchée sur les résultats spectaculaires de Shanghai, la ville hôte, aux tests internationaux visant à évaluer les performances des différents systèmes éducatifs. Il a également été question de la contribution des politiques à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans d’autres pays. Voir le diaporama (a), le communiqué de presse (a) et les principales conclusions (a).

« Donnez à un homme un poisson, et il aura à manger pour une journée ; apprenez à un homme à pêcher, et il aura à manger toute sa vie. » - Cette maxime est attribuée à Lao Tseu, un sage de la Chine ancienne qui serait l’auteur d’un texte majeur, le Tao Te King. Il est considéré comme le fondateur du taoïsme et vénéré en tant que dieu par les taoïstes, mais aussi dans d’autres religions chinoises traditionnelles.

Dans toute l’histoire de l’humanité, il n’y a jamais eu autant d’enfants à l’école qu’aujourd’hui. En 1950, la durée moyenne de la scolarité était de deux ans en Afrique ; elle est désormais supérieure à cinq ans. En Asie de l’Est/Pacifique, elle est passée de deux à sept ans entre 1950 et 2010, soit une hausse de plus de 200 % ! À l’échelle de la planète (a), elle devrait atteindre 10 ans d’ici 2050. En un siècle et demi, les chiffres de l’accès à l’éducation dans le monde auront donc plus que quintuplé.
 
Pourtant, 124 millions d’enfants et d’adolescents ne sont toujours pas scolarisés. À ceux-là s’ajoutent plus de 250 millions d’enfants qui ont été à l’école, parfois pendant plusieurs années, mais qui ne savent pas lire.

Or, l’éducation joue un rôle crucial dans le développement économique. Démonstration en cinq points.

L’éducation est un investissement

Dès l'Antiquité, Platon connaissait l’importance du savoir et de l’apprentissage. Il affirmait qu’un homme qui néglige l’éducation « traverse la vie d’un pas chancelant ».

Mais les premiers à avoir vraiment mis en avant l’éducation comme un investissement sont deux prix Nobel d’économie : T. W. Schultz (a) a montré qu’investir dans l’éducation favorise la croissance et nous devons à Gary Becker la théorie du capital humain (a).

En résumé, cette théorie pose comme principe que l’investissement dans l’éducation permet une meilleure rémunération pour un individu. Des études récentes ont permis d’étayer cette thèse et de vérifier certaines estimations empiriques, ainsi que l’explique James Heckman (a).

L’étude de la neurogénèse nous apprend que la capacité d’apprentissage ne disparaît pas avec le temps. En revanche, le ratio coûts/bénéfices n’est pas le même selon qu’une personne est jeune ou âgée. Par ailleurs, quel que soit l’âge, l’investissement est plus rentable quand il concerne des travailleurs qui ont déjà de bonnes capacités. Et ces capacités se développent surtout dans les premières années de la vie d’un individu (a).

L’éducation est rentable

En moyenne, une année d’études supplémentaire augmente les revenus d’une personne de 10 % par an (a). Il n’existe pas d’autre investissement aussi rentable :

Obligation du Trésor à court terme 1,4
Obligation du Trésor à long terme 5,3
Compte d’épargne 4,7
Logement 3,8
Actifs physiques 7,4

La valeur du capital humain, c’est-à-dire sa part dans la richesse totale, est de 62 % (a), soit quatre fois le capital acquis et quinze fois le capital à la naissance. À l’échelle de la planète, l’ensemble des acteurs (pouvoirs publics, secteur privé, ménages, individus) dépensent annuellement plus de 5 600 milliards de dollars pour l’éducation et la formation. Les pays consacrent 5 % de leur PIB à l’éducation, ou 20 % de leur budget national, et 5 % environ de la population active travaille dans ce secteur.

Par ailleurs, le rendement des études sur le marché du travail est en essor : il a augmenté de plus de 20 % en Afrique et de plus de 14 % en Asie de l’Est/Pacifique. Et il faut surtout signaler une évolution qui constitue la mutation majeure de notre époque : le taux de rendement des études supérieures est aujourd’hui le plus élevé.

Le marché du travail exige des compétences nouvelles

Cette évolution tient en partie à la course que se livrent technologie et éducation et qui résulte de l’adaptation des marchés à l’automatisation de la production. Dans ce monde nouveau, la compétitivité des travailleurs pâtit du manque d’efficacité des systèmes éducatifs dans la plupart des pays en développement. Le changement technologique et la concurrence au niveau mondial imposent à nombre de personnes de maîtriser certaines compétences et d’en acquérir de nouvelles.

Les pays peuvent être compétitifs, et prospérer

Pour être performant sur le marché du travail actuel, il faut investir tôt et dans les bonnes compétences (voir l’encadré ci-dessous). Surtout, les pays doivent investir de manière judicieuse, en s’attachant à promouvoir trois éléments essentiels (a) : l’autonomie, la responsabilisation et l’évaluation. Par ailleurs, il est nécessaire de prêter attention au corps enseignant, au développement des jeunes enfants et à la culture.

 
Comment être performant sur le marché du travail ? (Attention : toutes ces compétences ne s’acquièrent pas forcément dans un système éducatif traditionnel)
Investir dans les bonnes compétences :
  1. Capacités à trouver des solutions
  2. Capacités d’apprentissage
  3. Capacités de communication
  4. Capacités d’autonomie
  5. Capacités sociales
 
Il faut se concentrer sur les résultats

Les systèmes éducatifs performants préparent les enfants dès le plus jeune âge, évoluent sans cesse et mettent à profit les informations dont ils disposent pour permettre des améliorations et favoriser la responsabilisation des établissements. La transparence et la responsabilisation, qu’elle passe par des évaluations dont les enjeux sont importants (sanctions ou primes à la clé) ou pas, sont payantes. Le fait de responsabiliser les établissements et les enseignants par le recours à des tests est en effet une méthode qui offre un bon rapport coût-efficacité : « Même si le coût de la responsabilisation était dix fois supérieur, il ne représenterait encore que 1 % du budget de l’éducation publique », explique Caroline Hoxby (a).

Il faut développer les opportunités tout en veillant à l’équité

Les pays doivent améliorer la qualité de leur système éducatif, viser l’excellence et développer les opportunités en s’attachant à l’efficacité et à l’équité afin que les jeunes issus d’un milieu défavorisé puissent accéder aux études et obtenir des diplômes.

Si les rendements de l’éducation sont en moyenne élevés (Psacharopoulos et Patrinos, 2002 [a]), ils peuvent néanmoins se révéler variables (Montenegro et Patrinos, 2014 [a]). Il est donc impératif d’améliorer les informations accessibles et de renforcer les réseaux de soutien afin que les moins bons étudiants puissent terminer un cursus d’enseignement supérieur. Les familles et les élèves issus de milieux défavorisés en profiteront également, car, souvent, ils surestiment les bénéfices de l’éducation et ils en sous-estiment les coûts.

L’éducation est de toute évidence l’un des instruments les plus puissants pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, ainsi que pour jeter les bases d’une croissance économique solide. Il est grand temps d’investir davantage dans ce secteur.
 

Commentaires

Soumis par Badiara Monteiro KANE le

Le Capital Humain est l'un des facteurs de production le plus puissant.

Soumis par Wina le

Raison pour laquelle les pays d'Afrique subsahariennes gagneraient à y investir d'avantages à la formation de ce capital humain qui est un facteur de croissance.

Soumis par Zamuda Jeanne SABITI le

Investir dans la formation et renforcement de capacités, des femmes et jeunes adultes, est un des piliers du développement durable notamment pour les Pays africains dont la population est composée de plus de 65% de femmes.

Soumis par Aïssan Codjovi Julien le

"Si vous trouvez que l'éducation coûte chere, essayez l'ignorance" c'est ainsi que Abraham Lincoln repondait aux journalistes qui essayaient de lui signifier que son programme éducatif coûtait cher pour les Etat-unis. Aujourd'hui près de 150ans après que A.L. ait quitté le pouvoir, ces paroles sont encore vraies et le niveau de développement des Etats-unis est là comme une preuve vivante de développement. Ainsi, si un chef d'état ou un décideur politique peut aujourd'hui avoir une vision aussi nette des outils de dévéloppement, les choses peuvent changer si vite pour les pauvres dans le monde. L'exemple de Mr Jean (Prénom changé pour soucit d'anonymat) est légion dans mon pays le Bénin. Jean a commencé l'école dans son village avec un effectif de 120 élèves de sa promotion en 1978. En 1983 ils étaient au nombre de 40 à réussir pour le cetificat d'étude primaire (CEP). Sur les 40 qui ont commencé le collège en 1983, seuls 4 élèves ont pu réussir au BAC dont Jean sept ans plus tard. Seul Jean a pu faire le parcours universitaire pour sortir médecin en 2000. Pour en arriver là, le papa de jean a du ventre sa moto et toutes ses terres d'héritage, bref tous ses biens.Le père de Jean était devenu la risée des ses amis qui le voyaient vraiment bête de ventre ses terre pour scolariser son enfant. Après sa soutenance, Jean le jeune médecin a été recruté pour cordonner un projet de lutte contre le VIH/SIDA dans une région limitrophe de sa région natale par une ONG Internationale en 2001. Avec son salaire mensuel de 450.000fCFA (900$US environ, Jean est retourné voir son Papa un an après et lui a demandé de retourner voir ceux qui avaient acheté ses terres pour leur proposer de les racheter. quelle surprise, 15ans après, le prix des terrains ruraux n'avaient presque pas changés. Jean et son père ont retrouvé tous les terrains vendus et disposent maintenant de moyens pour les mettre en valeur avec plus de technologie. Ceux qui il y a 15ans disposaient de moyens pour leur acheter leur terre, sont devenus à présent les ouviers qui travaillent pour Jean et son père. Pire encore, leurs enfants déscolarisés faute de moyens, sont à présent des adultes polygames pour la plupart avec de nombreux enfants dont beaucoups sont décédés du paludisme, de la diarrhée et des infections respitatoires aiguës (IRA). Bien que beaucoup ont compris l'importance de l'éducation dans la lutte contre la pauvreté, trouver les moyens pour scolariser les nombreux enfants devient difficile et le cycle de la pauvreté reprend. Le fort taux de déscolarisation dans cette région est dû à plusieurs facteurs dont la précarité, l'ignorance des parents sont les principaux.

Bonjour cher tous,
En effet,l'éducation est la véritable clé pour mieux s'affranchir de tout. Imaginer un instant qu'en Afrique tout le monde ai obtenu au moins un niveau brevet d'études premièr cycle secondaire, alors seulement se seuil doublerait la richesse actuelle de tout le contient en cet effort est possible seulement sur 3 ans.alors on triplerai le revenus des famille et il y aura plus du goût à la vie et à la créativité.
Merci

Soumis par charles moravelo le

Les problemes de cout, d'opportinute et de motivation affecte actuelement l'education en afrique (cas de madagascar).Les jeunes diplome ont du mal a trouver du travail (ou emplois decent proportionel a leur diplome) tandis que les autres sont descolarise par l'accroissement des produit agricole comme la vanille ou le girofle, reussissent leur vie dans des court laps de temps. D'ou la remise en cause par des parents de l'interet reel d'envoyer leur enfant a l'ecole, et par des jeunes de continuer leurs etude!

Soumis par Atta yaoua bema molly le

Je pense bien que si les Etats Africains se penchaient du cote de l education humaine ils accederont a un Developpement durable benefique pour l emancipation de l Afrique

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.

Réagissez aux discussions du moment