Syndicate content

La question qui fait le tour du monde : quelles solutions pour mettre fin à la pauvreté ?

Jim Yong Kim's picture

À lire en : English

Même si les données les plus récentes indiquent que la pauvreté recule à travers le monde, près de 1,3 milliard de personnes continuent de vivre avec moins de 1,25 dollar par jour. C’est un scandale.

En fait, 1,25 dollar, cela équivaut à la moitié du prix de la prise en charge pour une course en taxi à Manhattan…

Pourquoi ce parallèle ? Parce que si vous montez à bord d’un taxi new-yorkais ces jours-ci, vous verrez une vidéo qui vous appelle à twitter pour vous exprimer sur la pauvreté dans le monde et les solutions pour y mettre fin.

La vidéo, diffusée cette semaine en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, s’inscrit dans la nouvelle discussion initiée par la Banque mondiale autour d’une question « simple » : quelles solutions pour mettre fin à la pauvreté ?

La campagne, menée dans plusieurs langues et sur les réseaux sociaux, décline cette question sur tous les enjeux qui lui sont liés : Quelles solutions pour permettre aux mères d’être en bonne santé ? Pour assurer à vos enfants une éducation de qualité ? Ou pour permettre à chacun de décrocher un bon emploi ?

Je sais, ce sont là de vastes questions, des questions d’une importance vitale aux quatre coins du monde. En tant que président fraîchement nommé du Groupe de la Banque mondiale — ma prise de fonction remonte à trois mois à peine — l’un de mes premiers objectifs consiste à mobiliser chacun de nous autour de notre mission fondamentale : trouver des solutions pour mettre fin à la pauvreté et garantir plus de prospérité.

Nous avons déjà reçu quantité de tweets, commentaires et suggestions utiles du monde entier, sur l’éducation, la sécurité alimentaire, la santé, l’emploi, les soins infantiles, etc.

En voici un exemple : « il faut que les pays construisent des infrastructures de base dans les zones rurales (routes, magasins, etc.,) et qu’ils travaillent directement avec les pauvres ». Ou encore : « il faut rendre l’enseignement secondaire gratuit pour tous et élargir l’accès à l’eau potable ».

Ce n’est que le début mais, à l’évidence, le hashtag #QuellesSolutions pousse les gens à faire connaître leurs solutions et leurs idées, où qu’ils soient. Avec la diffusion de cette vidéo dans les taxis new-yorkais, nous espérons toucher les diplomates, les militants et les dirigeants invités à l’Assemblée générale des Nations Unies ainsi que toutes celles et tous ceux qui vivent à New York ou y sont de passage.

Notre initiative se mondialise. Et nous aurons à cœur de relayer vos meilleures solutions pour mettre fin à la pauvreté et assurer la prospérité.

Nous ne serons pas de trop, tous ensemble, j’en suis convaincu.

Alors, j’attends de vos nouvelles… Quelles solutions ?

 

Jim Yong Kim est président du Groupe de la Banque mondiale.

Commentaires

Soumis par CHAIX PAUL le
Bonjour, le revenu minimum d'éxistence décente pour chaque être humain et une activité auto créée ou encadrée dans une structure économique est une solution possible d'éradication de la pauvreté dans le monde au travers d'un fonds spécial des Nations Unis abondé de plusieures manières. Amitiés.

L'UNICEF est déjà partenaire de cette expérience de revenu de base en Inde. Pourquoi pas la Banque Mondiale ? http://bien-ch.ch/fr/story/standard/revenu-de-base-en-inde

Il faut luttter plus efficacement contre la corruption et travailler directement avec les populations ou les organisations ou celles-ci se retrouvent. les canaux traditionels de representativité de ces populations ont échoué et montré leurs limites. Il est temps de s'adresser directement aux populations, savoi ce dont elles ont besoin et leur apporter directement les moyens qui permettront de renforcer leurs capacités

Soumis par AJOS-BURUNDI le
Il faut d'abord lutter efficacement contre la corruption car c 'est elle qui est la base de la pauvreté qu'on observe surtout en Afrique . Il faut également obliger les gouvernements africains et autres à investir dans l'agriculture au lieu d'investir dans l'achat des armes qui protègent surtout ceux qui font la corruption . Il faut investir également dans l'éducation et la santé .J'ai plus de 35 ans, je n'ai jamais vu un agronome chez nous pour encadrer nos pauvres paysans qui cultivent à la houe. Nos gouvernements doivent apprendre à bien gérer la chose publique sinon la banque Mondiale doit prendre des mesures qui s'imposent à l'endroit de ces Etats corrompus. Il n'est pas admirable quand on voit que la Banque Mondiale continue à financer un Etat corrompus , on dirait qu'il ya complicité entre ces institutions .

Soumis par HOKOU le
Il faut écouter la voix des pauvres et des marginaux, Il faut donner la même instruction aux pauvres comme aux riches, Il faut redistribuer les richesses mondiales. Il faut comprendre que les jeunes ne sont pas l'avenir, mais le présent ! Il ne faut pas dire aux jeunes ce qu'ils doivent faire, mais leur montrer ce qu'ils peuvent faire ! Mais surtout, pour Eradiquer la Pauvreté, Il faut y croire.

Soumis par KINIALI le

Pour éradiquer la pauvreté, il faudra éradiquer la CORRUPTION à tous les échelons. Il y a tout le nécessaire pour mettre fin à la pauvreté; seule la corruption fait barrage!

Dans les années 70, il n'y avait moins de gouvernants corruptibles, tout allait bien. Depuis que une bonne partie de gouvernants est corruptible, la pauvreté a commencé à s'installer!

Dans un pays, ce n'est pas la PAUVRETÉ qui apporte la CORRUPTION. C'est plutôt l'INVERSE!

Soumis par hynnocent broux le

pour eradiquer la pauvrete:il faut la connaitre la mesurer et ensuite embaucher des solutions qui peuvent d'abord la freinee ensuite si possible l'eradiquer.
il faut dire le systeme capitaliste est d'abord un echec pour lutter contre la pauvrete.
je propose 'economie sociale comme une reponse a suivre a developper pour contrer efficamment par entremise de l'entrepreneuriat sociale qui amener les jeunes gens a s'auto-employer.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires