Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Placer la santé et l’autonomisation des femmes au cœur du développement

Kristalina Georgieva's picture
Cette page en : English | Español | 中文 | العربية
Registered nurses look after newborns at a maternity hospital in Freetown Sierra Leone. © Dominic Chavez/World Bank
Des infirmières veillent sur des nouveaux-nés dans une maternité à Freetown, en Sierra Leone.
© Dominic Chavez/Banque mondiale

La semaine dernière était l'occasion de célébrer la Journée mondiale de la population, aussi connue comme la Journée de la démographie. Cela m’a fait penser à la joie qu’apportent les enfants et au droit des femmes à décider de leurs grossesses. Une liberté importante pour les femmes. Et pour la société. Il ne peut y avoir de développement durable sans autodétermination des femmes – et il ne peut y avoir d’autodétermination des femmes sans systèmes de santé garantissant l'accès à des services de santé maternelle et reproductive. La planification familiale en fait partie.

Lors du Sommet de Londres sur la planification familiale (a), une soixantaine de partenaires se sont engagés à mobiliser plus de 2 milliards de dollars pour permettre à 120 millions de femmes (et filles) supplémentaires d’accéder à des services de planification familiale volontaire d’ici 2020. C’est une décision aussi juste que judicieuse. L’économie de demain dépend de la pleine participation des femmes. Choisir d’avoir des enfants, quand et combien fait partie des décisions fondamentales qu’une femme doit prendre dans sa vie — et qui déterminera aussi son degré de participation à la vie économique et sociale. Une étude réalisée au Bangladesh a révélé les décalages entre communautés ayant accès à des services de planification familiale et communautés privées de ce type de services : dans les premières, le taux de mortalité infantile est inférieur de 30 %, les salaires des femmes supérieurs de 40 % et le taux de possession de biens d’équipement par adulte supérieur de 25 %.

Malgré la nécessité et l’utilité économique des services de planification familiale, la part des investissements publics dans les pays à faible revenu ressort à 17 % à peine. Les contraceptifs sont payés à 54 % par les usagers eux-mêmes, ce qui veut dire que les femmes doivent financer leur propre prise en charge. Les partenaires au développement, qui n’ont pas pris d’engagements durables en la matière, sont également responsables de ce déficit de financement, important et grandissant, qui créé une situation intolérable et intenable.
 
Dès lors, je me suis réjouie de voir les ministres des Finances du Nigéria, du Pakistan, d’Afghanistan, de Sierra Leone, du Malawi, de l’Ouganda et du Bangladesh rejoindre leurs homologues de la Santé pour affirmer que la planification familiale est l’un des leviers de la réussite économique et sociale. À tous égards, c’est la « meilleure option » à prendre pour le développement.
 
Depuis des décennies, la Banque mondiale investit dans la planification familiale, intégrée dans la palette complète de services de santé maternelle et reproductive. Lors du dernier cycle de reconstitution de l’IDA, le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, pratiquement 1 milliard de dollars ont été investis dans la santé maternelle et reproductive et 4 milliards de dollars dans la consolidation des systèmes de santé assurant des services prioritaires, notamment la planification familiale. L’initiative régionale SWEDD pour l’autonomisation des femmes et le dividende démographique, lancée en 2015 avec le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) dans six pays du Sahel, couvre les services de santé reproductive et de nutrition, l’éducation des filles et l’acquisition de compétences, le renforcement de la protection sociale, des interventions pour faire évoluer les comportements et des activités de sensibilisation des hauts responsables.

Depuis 2015, la Banque mondiale a également présidé à la création du Mécanisme de financement mondial (GFF), qu’elle héberge, qui est le principal levier de financement pour l’initiative Chaque femme, chaque enfant du secrétaire général des Nations Unies en vue de la réalisation des objectifs de développement durable relatifs à la santé maternelle, néonatale et infantile et à la planification familiale. Le GFF s’appuie sur des plans d’investissement pilotés par les pays afin de lever des fonds auprès des gouvernements, des partenaires au développement et du secteur privé. Chaque dollar financé par le fonds fiduciaire du GFF donne lieu à 4 dollars de financement concessionnel de l’IDA.
 
Grâce à la réussite du modèle du GFF – et à l’ampleur de la 18e reconstitution de l’IDA – nous tenons une occasion formidable de concrétiser la promesse d’assurer un financement durable de la santé des femmes et des enfants. C’est particulièrement vrai dans les pays les plus démunis et dans les zones touchées par la fragilité et le conflit, où les femmes et les filles ont encore plus de mal qu’ailleurs à accéder à des services de santé essentiels. Ce sommet de Londres m’a convaincue que le moment était venu de faire rimer nos ambitions avec innovation et largeur de vue.

Commentaires

Soumis par RAOSETA ONY SOA le

Tout à fait d'accord, mais en rajoutant : après la PF, il leur faut, aux femmes, beaucoup de renforcement de capacité leur permettant d'être convenablement et efficacement productives et productrices.

Soumis par BIYIHA XAVIERA le

Je suis une mobilisatrice communautaire d'un projet qui est axé sur la planification familiale et j'avoue que le planning familiale est une méthode réelle d'engager les femmes et de les booster en ce qui concerne leur autonomisation pourtant l'un des grands challenge auquel nous faisons face sur le terrain est le fait que les femmes de toute les classes sociales parviennent à intégrer que ce n'est pas une méthode des blancs comme elles le dise pour les empêcher d'accoucher, mais la planification familiale a été mise sur pied pour leur frayer une voie de sortie pour leur épanouissement et qu'elle est réellement sans danger avec soit bocou plus de preuve et de témoignage.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.