Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Santé et prospérité des nations

Jim Yong Kim's picture
Egalement disponible en : English |​ Español |​ العربية 
© Dominic Chavez/Banque mondiale


Il y a plus de 20 ans, j’ai soigné un jeune homme, Melquiades Huaya Ore, qui vivait à Carabayllo, au Pérou, et souffrait d’une tuberculose pharmaco-résistante. À l’époque, on considérait qu’il n’était pas tenable sur la durée de traiter des patients pauvres comme lui avec les mêmes médicaments que dans les pays riches, que le coût était trop élevé et que cela n’en valait pas la peine.

Faisant fin de tous les avis, nous avons trouvé un moyen de nous procurer ces médicaments et, bien épaulés par des agents de santé communautaires, nous avons traité Melquiades avec succès. Il est aujourd’hui comptable dans son pays, et tout va bien pour lui.

L’expérience et les faits indiquent qu’il n’y a pas mieux, pour la santé, la prospérité et la sécurité, qu’un système qui soigne tout le monde sans aucune distinction.

Pourtant, la moitié seulement de la population de la planète a accès aux services de santé essentiels. Et, chaque année, près de 100 millions de personnes tombent dans l’extrême pauvreté à cause des dépenses liées aux soins. Actuellement, 800 millions consacrent au moins 10 % du budget du ménage à ces dépenses, contre 600 millions en 2000.

Ces constats d’un nouveau rapport (a) conjoint du Groupe de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale de la Santé révèlent que nous sommes encore loin d’un accès universel à des soins financièrement abordables.

Derrière les statistiques, il y a des histoires terribles d’êtres humains dont la vie est dévastée ou qui, en raison de la charge que représente la maladie, ne pourront jamais réaliser pleinement leurs aspirations. 

J’étais à Tokyo pour le Forum 2017 sur l’accélération des progrès vers la couverture sanitaire universelle (CSU). Les dirigeants, les ministres et les organisations de la société civile qui étaient présents ont manifesté une forte volonté politique. Le Japon a ouvert la réunion avec un nouvel engagement : 2,9 milliards de dollars pour promouvoir la CSU à travers le monde.

Mais, généralement, les pays en développement eux-mêmes n’investissent pas assez dans la CSU. Ils préfèrent trop souvent financer des routes, des ponts ou des projets énergétiques, ou ne financent la santé qu’avec le soutien des donateurs. 

Si nous entendons parvenir à la CSU d’ici 2030 – c’est l’une des ambitions centrales des Objectifs de développement durable – il faut convaincre les chefs d’État et les ministres des finances que l’investissement dans la santé est non seulement une décision pertinente, mais aussi, très certainement, la plus intelligente qui soit.

La CSU est un investissement crucial car elle s’attaque directement à la pauvreté en offrant une protection contre les grandes flambées de maladies et contre les dépenses de santé catastrophiques.

La CSU accélère la croissance inclusive : la Commission du Lancet sur l’investissement dans la santé estime que l’amélioration de la survie grâce à la CSU a représenté un tiers de la croissance économique sur la période 2000-2011, et un retour sur investissement supérieur à 1 pour 1.

La CSU dynamise le secteur de la santé et crée des emplois. En Afrique, par exemple, ce secteur a affiché une progression annuelle d’environ 6 % au cours de la dernière décennie, tandis que, globalement, les pays de cette région enregistraient une croissance de 5 %.En outre, la CSU contribue au renforcement du capital humain, c’est-à-dire du stock de connaissances, de compétences et de savoir-faire, dans chaque pays. Nos analyses indiquent d’ailleurs que le capital humain est l’un des plus puissants moteurs d’une croissance mondiale durable et inclusive.

Les chefs d’État et les ministres des finances avec lesquels je m’entretiens posent toujours la même question : d’où viendra l’argent pour financer la CSU ? Je réponds que l’on pourrait lever beaucoup de fonds de plusieurs manières. Voici quelques suggestions :

  • Améliorer le recouvrement fiscal et la gestion des finances publiques
  • Renoncer aux subventions sur les combustibles fossiles et fixer un prix pour le carbone
  • Supprimer les subventions agricoles inefficaces
  • Renforcer les programmes de fiscalité du tabac, qui ont des effets bénéfiques à la fois sur la santé publique et sur la production de recettes fiscales intérieures
  • Et mettre à profit la créativité du secteur privé – constitution de portefeuilles santé pour les travailleurs informels, par exemple – tout en continuant de s’attacher résolument à améliorer prioritairement le sort des plus défavorisés. 

Si nous ne changeons pas la donne, la CSU restera un vœu pieux. Il est nécessaire d’encourager l’innovation dans tous les domaines, à une échelle qui transformera les systèmes de santé, par l’innovation financière, par la professionnalisation des agents de santé communautaires ou par l’utilisation de technologies inédites afin de fluidifier les chaînes logistiques et de suivre les résultats. 

De plus, le nouveau projet du Groupe de la Banque mondiale sur le capital humain incitera les pays à investir dans ce qui développe le capital humain – l’amélioration de la santé, de la nutrition et de l’éducation.

Nous travaillons avec quelques-uns des meilleurs économistes au monde en vue de quantifier le stock de capital humain des pays, ainsi que d’évaluer la qualité et le volume des investissements nationaux dans ce capital.

Notre projet comprendra un classement, qui ne manquera pas d’être controversé. Mais j’estime que nous avons l’obligation morale de montrer aux chefs d’État et aux ministres des finances les conséquences désastreuses de l’absence d’investissements dans le capital humain.

Ces investissements fondamentaux n’ont jamais été aussi importants qu’aujourd’hui. Les aspirations sont de plus en plus fortes, sur l’ensemble du globe. Dans le même temps, l’innovation et les nouvelles technologies changent la nature du travail, suppriment beaucoup de tâches, ce qui fera disparaître de nombreux emplois peu qualifiés et en créera de nouveaux, qui nécessiteront des compétences plus spécialisées. Un pays ne peut espérer être compétitif demain que s’il investit aujourd’hui dans son capital humain.

La tâche sera difficile, et au début impopulaire, mais nous devons nous y consacrer pour les milliards de personnes qui n’ont toujours pas accès à des soins et à une éducation suffisante, et dont bon nombre mourront simplement parce qu’elles sont nées au mauvais endroit.

Nous sommes maintenant en 2018, il ne reste plus que douze ans pour atteindre la cible de la CSU à l’horizon 2030. Nous devons donc impérativement redoubler d’efforts afin d’instaurer une véritable égalité des chances dès lors que la couverture sanitaire universelle sera une réalité.
 


Liens utiles :
Blog : La santé pour tous, une condition indispensable pour mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030
 

Commentaires

Soumis par Edmond AMENTOTOWU le

Bonjour , j'aimerais demander si les actions aussi touche la santé mentale surtout la santé mentale communautaire.

Soumis par Daniel EDOU le

Bonjour, la santé pour tous est une idée géniale, humaniste. Pour son application dans les pays en développement notamment en Afrique subsaharienne, le problème est son financement. Qui paie? L'Etat est déjà englué dans les dépenses d'éducation, d'infrastructures, d'alimentation et, la géopolitique internationale vient imposer en plus des dépenses de sécurité. Pour des pays dont la jeunesse de moins de 20 ans représente parfois 40 à 50% de la population et où le reste de la population est rurale à 60 ou 70%, comment peut-on financer la santé pour tous?

Soumis par Essomba le

Tout est question de volonté, les ressources existent, il faut juste faire une bonne planification, et lorsque les populations se sentiront prises en compte, l'effet sera considérable, voire phénoménal. Courage,il faut justement oser.

Soumis par Essomba le

Bonjour,
Enfin nous abordons le problème dans son ensemble car aucun développement ne saurait se réaliser sans la prise en compte du capital humain dont l'etat de santé est primordial. Vivement une recommandation forte et les ressources suivront.

Soumis par Benchohra Mohammed le

Bonjour,
L'une des causes principale qui perturbe la santé humaine, je pense que c'est l'alimentation.
A cet effet ces deux paramètres doivent être traité ensemble pour réduire le coût de l'une et de l'autre.
Merci pour Votre article, il est très intéressant.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.