Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

La construction de bâtiments écologiques a un impact positif durable sur le développement

Stephanie Miller's picture
Cette page en : English

Un ouvrir du bâtiment termine l'installation de vitres sur un immeuble. Trinn Suwannapha / Banque mondiale

Qu'est-ce qui génère 70 % des émissions de gaz à effet de serre dans des villes comme New York, Beijing ou New Delhi ? Il y peu, j'aurais peut-être répondu « les voitures ». Mais ce sont les bâtiments les vrais coupables : nos maisons, nos bureaux, nos écoles et nos hôpitaux. Bon nombre de ces édifices font une utilisation extrêmement inefficace de l'électricité, de l'eau et des énergies fossiles du fait de leur conception initiale. En fait, environ 40 % de l'électricité mondiale sert à refroidir, éclairer et ventiler des bâtiments, alors qu'il existe des technologies bien plus efficaces.

Les bâtiments ont ceci de spécifique qu’ils durent longtemps. C’est pourquoi il est important de leur prêter une plus grande attention lors de la phase de construction initiale. Les décisions portant sur les matériaux de construction, l'isolation et la plomberie perdurent pendant des décennies, voire plus. C'est la raison pour laquelle l'IFC, l'organisme de la Banque mondiale chargé des opérations avec le secteur privé, s'emploie à aider les entrepreneurs du bâtiment et les promoteurs immobiliers des marchés émergents à adopter des choix « climato-intelligents » dès les premiers stades de la conception de leurs projets.

Notre nouvel outil de certification EDGE (a) a été spécialement conçu pour les marchés émergents, où les besoins en logements devraient connaître une croissance exponentielle du fait des pressions découlant de l'urbanisation rapide. Basé sur Internet et très facile d'utilisation, il fournit aux promoteurs immobiliers un large éventail d'options de conception peu coûteuses qui, dans l’actuelle course à la construction, risqueraient d’être négligées. Les bâtiments certifiés EDGE consomment 20 % d'énergie en moins, offrant ainsi une réduction des émissions sur le long terme ainsi que des économies sur les factures d'électricité, d'eau et de chauffage, ce qui constitue un avantage majeur dans le logement à prix abordable.

L’aménagement urbain et les politiques associées peuvent contribuer à encourager cette transition vers un développement sobre en carbone à grande échelle. Nos collègues de la Banque mondiale travaillent avec les autorités des pays pour aider les dirigeants des villes à planifier un développement sobre en carbone, à effectuer le suivi de leurs émissions, et à améliorer leurs notations financières afin de parvenir à mobiliser les financements nécessaires pour investir dans des infrastructures et des bâtiments à la fois soucieux du changement climatique et résilients. Le changement climatique accroît déjà sensiblement le coût du développement, et seulement 4 % des 500 plus grandes villes des pays en développement sont considérées comme solvables sur les marchés financiers internationaux à l'heure actuelle. Veiller à ce que les villes disposent des financements requis pour pouvoir choisir des modes de construction à haut rendement énergétique sera essentiel pour réduire leur impact sur le changement climatique et favoriser, à l'avenir, le développement de villes vivables.

Les bâtiments « verts » présentent à nos yeux un énorme potentiel, et nous examinons actuellement la possibilité de mettre en place le programme EDGE sur les marchés sud-africain, chinois, colombien, indien et philippin, entre autres. En encourageant les villes en expansion rapide à faire des choix climato-intelligents pour leurs nouvelles constructions, nous pouvons changer la donne, effectivement et durablement, dans les pays en développement. Pour moi, il est clair que construire de façon écologique est à la fois possible et économique, et que cela peut avoir des effets positifs à long terme sur les marchés émergents sur lesquels nous intervenons.

Photo: Trinn Suwannapha / Banque mondiale

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.