Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Les économistes, des machines à chiffres mais aussi des producteurs de sens

Michelle Pabalan's picture
Cette page en : English | العربية | Español | 中文

Je m’adresse ici à tous ceux qui, comme moi, sont fâchés avec les chiffres.
 
Quand, avant d’entrer à l’université, mes parents m’ont demandé ce que je comptais étudier, j’ai répondu « tout sauf des maths ». Et même après mon premier cycle, j’ai bien pris soin d’éviter cette matière le plus possible. Or, comble de l’ironie, je travaille aujourd’hui pour le Groupe de la Banque mondiale, où les chiffres sont la langue reine. Mais j’ai une bonne nouvelle, qui ne réjouira pas seulement les débutants dont je fais partie : les chiffres peuvent être passionnants, éclairants voire amusants… 

« Mon chiffre préféré » est une série de vidéos sur YouTube qui montre comment les chiffres ouvrent des portes sur le développement et sur l’humain. Des économistes du Groupe de la Banque mondiale y livrent des témoignages brillants (et non dénués d’humour) sur le chiffre qu’ils chérissent, réaffirmant ainsi de manière originale la fonction indispensable des chiffres dans la vie quotidienne. Ce que nous disent ces vidéos, c’est que les économistes ne s’intéressent pas seulement aux chiffres en soi et qu’ils peuvent éclairer les questions qui agitent le monde en y apportant toute leur passion et leur point de vue personnel. 

Les deux premiers « épisodes » de cette série vidéo étaient consacrés à Rachel Kyte, vice-présidente et envoyée spéciale pour le changement climatique, et Kaushik Basu, économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale (lire le blog)

Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous présenter un nouvel opus, avec Bert Hofman, économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Asie de l’Est et le Pacifique. Son chiffre préféré est le 7, soit la cible de croissance que s’est fixée la Chine dans son XIIe plan quinquennal. Cet objectif vise une croissance plus équilibrée et durable, qui sera à la fois bénéfique à la Chine et à l’ensemble du monde.

Rétrospectivement, si mes parents me demandaient de nouveau à quelles études je compte me destiner, ma réponse serait-elle « l’économie du développement ? », « les maths » ou « les statistiques » ? Probablement pas. Néanmoins, à présent, suis-je en mesure de dire que j’entrevois la beauté des chiffres. Et ce, grâce à une entrée en matière d’une efficacité redoutable. 
 
Forte de cette initiation, je me suis lancée dans des petits calculs : j’anticipe qu’au moins 65 % d’entre vous appuieront sur la touche lecture dans 3, 2, 1…
 
Écoutez Bert Hofman parler de son chiffre préféré

Retrouvez toutes les vidéos de la Banque mondiale sur la chaîne YouTube 

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.